Émilie Foster Vacances de la Construction

Cache toé ben le pis sec à Pérou

3 mars 2022 4 minutes 2481 vues

Cache toé ben le pis sec à Pérou

Nos ancêtres étaient très imaginatifs pour donner des noms caractéristiques des lieux qu’ils habitaient ou fréquentaient. Ces noms souvent très originaux sont parvenus jusqu’à nous. Voici une petite nomenclature non exhaustive des lieux-dits de la région de Charlevoix. Leur origine est parfois disparue dans le temps et certains tentent des explications qui sont souvent tirées par les cheveux. J’y glisserai aussi quelques appellations de nos voisins d’en face de la Côte du Sud qui sont souvent aussi originales que nous. Ces noms ont été donnés entre 1800 et 1900.


Charlevoix


Cache toé ben :


Situé à Notre-Dame-des-Monts, le vrai nom est le rand Sainte-Catherine. Selon une origine plausible, il semble qu’un amérindien nommé Aubin y installait des caches destinés à la chasse. La présence d’un nommé Vilmont Aubin à Pointe-au-Pic dans les années 60-70 qu’on disait amérindien peut être un témoignage de la véracité de cette origine. Le chansonnier point au picois Jean-Yves Belley a repris l’expression dans une de ses chansons :


Cache toé ben, cache toé ben



Vlà la police qui s’envient



Cache toé ben


Rang Chicago :


D’après ce qu’on raconte, le nom viendrait du fait que plusieurs familles de ce rang auraient émigré à Chicago pour y améliorer leur situation financière. Ce toponyme désigne le rang Saint-André ou le rang 7 qui trace la limite entre Notre-Dame-des-Monts et Saint-Hilarion. Il désigne aussi une rivière située à proximité. (Municipalité de Notre-Dame-des-Monts) Ho! Surprise en étudiants les cartes du dit rang, je découvre un autre lieu dit que je n’ai jamais entendu du nom de Rebeca. Si quelqu’un a des informations sur cette appellation, veuillez nous en parler en commentaires.



Snigolle :


Snigolle est aujourd’hui un nom officiel et répertorié depuis les années 60. Situé dans la forêt clermontoise sur le cours de la rivière Malbaie. C’est un lieu de villégiature depuis plus d’un siècle. Le cran Martel est particulièrement fréquenté par les jeunes de Charlevoix-Est en été et a été malheureusement l’endroit de plusieurs noyades dues à la traîtrise des courants. La chute qu’on y retrouve était un lieu de pique-niques pour les estivants américains. L’origine du nom la plus courante vient justement de l’anglais Seagull ou goéland, oiseaux qui étaient présents sur les lieux probablement attirés par les victuailles. Un nouveau apparaît aussi sur la carte, il s’agit de la butte à Julie sur la route du Mont Grand-Fonds.


Main sale :


Chemin qui part de la municipalité de Saint-Aimé-des-Lacs vers les Hautes Gorges. On retrouve ce vocable dans le roman Menaud Maître Draveur de Mgr Félix-Antoine Savard. L’origine vient peut-être du fait que ce territoire faisait partie de la municipalité de Sales.


Pousse-pioche :


Notre-Dame-des-Monts est riche en lieux-dits. Le rang Pousse-Pioche qui relie Saint-Aimé à Notre-Dame derrière le lac Brûlé fut vraisemblablement donné à cause de la pauvreté des terres et des habitants qui n’avaient que des pioches pour labourer le sol. On ne trouve plus beaucoup de cultivateurs dans ce rang.


Île aux pots :


Située à Pointe-au-Pic, il s’agit d’un petit quartier assez bien délimité situé à l’ouest de la voie ferrée derrière l’ancien Île-aux-Corneilles. On a presque affaire à un archipel sans eaux. D’ailleurs c’est l’origine du nom. Alors que le reste du village avait le tout-à-l’égout au début de 20e siècle, les insulaires terrestres demeuraient non desservis, donc dépendants des pots et des bécosses. Il s’agissait aussi d’un quartier où les gens n’étaient pas très riches.



Pis Sec :


Il s’agit du rang Saint-Jérôme à Saint-Urbain. On raconte que ce nom s’est répandu chez la population qui désirait plus que tout se souvenir de cet été de sécheresse où l’herbe fut tellement rare dans le rang Saint-Jérôme que les vaches ne donnèrent cette année-là que très peu de lait. On disait alors qu’elles avaient le pis sec. D’autres toponymes figurent également dans l’histoire de Saint-Urbain. On peut les découvrir en visitant l’endroit ou tout simplement en côtoyant ses habitants. (MRC de Charlevoix)


Côte de Pérou :


Au contraire de Pis-sec, le nom de Pérou réfère à l’abondance de récolte des céréales de ce secteur qu’on pouvait comparée a l’or des incas du Pérou. On parle aujourd’hui de Pérou tout court avec tendances a laisser tomber le vocable de côte.


A suivre


Partager
Lien copié avec succès

Josette McNicoll septembre