Marché public La Malbaie

Quelques institutions muséales de Charlevoix

4 mars 2022 3 minutes 501 vues

Quelques institutions muséales de Charlevoix

Photo: Moulin Isle-aux-Coudres


Une visite dans un musée n’est jamais banale: c’est une manière de reconnaître ce que nos ancêtres ont bâti avant nous, ce qu’ils nous ont laissé en tant que vestiges. Être témoin d’exposition d’ici peut également évoquer des souvenirs et des émotions qui sont parfois bien enfouis, mais qui méritent de sortir pour voir le jour. Dans tous les cas, les oeuvres d’art qui se trouvent dans Charlevoix vous feront certainement grandir, comme peu de gens y restent indifférents. Découvrez ces lieux remplis d’histoire et de créations originales qui n’attendent que vous.


1. Le Musée de Charlevoix


À partir de 1946, Roland Gagné, un collectionneur de Pointe-au-Pic, a mis en place un musée en l’honneur de l’écrivaine Laure Conan originaire de La Malbaie. C’est en 1975 que le Musée régional Laure-Conan prend vie. Il s’installe au centre-ville de La Malbaie, dans l’édifice de l’ancien bureau de poste. La collection amassée par Roland Gagné devient la base de ce nouveau Musée. Toutefois, ces installations s’avèrent vite insuffisantes. Le conseil d’administration prend alors la décision de doter Charlevoix d’un édifice muséal plus adéquat. Le Dr Jean-Luc Dupuis, président du conseil d’administration du Musée à partir de 1983, se lance dans l’aventure accompagnée de nombreux bénévoles. Le 29 juillet 1990, le Musée de Charlevoix ouvre finalement ses portes sur le Chemin du Havre à Pointe-au-Pic et est inauguré en présence du premier ministre du Canada de l’époque, Brian Mulroney.


2. Le Musée Maritime de Charlevoix


En 1973, les Chantiers maritimes de Charlevoix ltée de Saint-Joseph-de-la-Rive, une entreprise vouée à l'hivernage et à l'entretien des goélettes depuis 1946, ferment ses portes. Les dernières goélettes qui étaient en état de naviguer sont vendues et appareillent pour la mer des Caraïbes en 1978. Celles qui restent sont volontairement échouées sur les plages de la région afin d’y mourir doucement. Quelques années plus tard, des résidents de Saint-Joseph-de-la-Rive proposent au grand public la visite de ces bateaux sur les grèves de la baie du village. En 1985, monsieur JAZ Desgagnés, désormais propriétaire du chantier maritime, consent à l’aménagement du site pour en faire un lieu d'interprétation dédié aux goélettes de bois et au patrimoine maritime de Charlevoix.



3. Le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul


Au milieu des années 80, la Corporation du Centre d’art décide de lancer une campagne de souscription populaire. Une somme de 100 000 $ est ainsi recueillie. Elle servira à mener à terme le grand projet : celui d’ériger un centre d’exposition d’envergure nationale consacré aux activités artistiques et culturelles dans la région de Charlevoix. Sous la gouverne de sa fondatrice, Madame Françoise Labbé, et avec la concertation des différentes instances gouvernementales, le nouvel édifice sera érigé sur le site du cinéma Laurentien devenu désuet. C’est le 24 juin 1992, en présence d’une foule nombreuse, que le tout nouveau musée sera inauguré.


4. Le Moulin Seigneurial de Les Éboulements


Il s’agit d’un moulin à farine construit en 1790 et qui fonctionne encore aujourd'hui. Entièrement restauré, le mécanisme d'origine muni d'une roue à eau actionne toujours les meules du moulin. Le moulin forme, avec le Manoir, l'un des quatre derniers sites seigneuriaux. La maison attenante était la demeure des meuniers.



5. Les Moulins de L’Isle-aux-Coudres


En 1815, l'absence de moulins efficaces pour la mouture des grains provoque la famine sur l'île. La population devait souvent se rendre sur la rive nord au détriment des dangereuses traversées en canot sur le fleuve, et ce, même l’hiver! Le Séminaire de Québec, Seigneur de l'île, donna son approbation pour la construction d'un moulin à eau qui a vu le jour en 1825. Cependant, année après année, le moulin à eau se révélait d'un faible rendement. C'est pourquoi on décide de faire construire un moulin à vent à proximité en 1836. Ces deux moulins ont été restaurés depuis tout ce temps et aujourd’hui, ils sont à nouveau fonctionnels et il est possible de s’y rendre pour y voir deux expositions.





Par Léa Asselin-Abston

Partager
Lien copié avec succès

Émilie Foster Vacances de la Construction