RECRUTEMENT Ville Baie-St-Paul

Charlevoix est aussi une ville

25 juil. 2019 2 minutes 349 vues

Charlevoix est aussi une ville
2 mois par année, l'ensemble de Charlevoix expérimente l'assaut d'un tsunami de touristes et son lot de désagréments par rapport à notre petite vie campagnarde habituelle. Juillet et août et dans une moindre mesure septembre produisent des phénomènes très intéressants pour l'économie, mais parfois dérangeants. Le cas de la lumière au coin Fafard et de la Lumière est emblématique depuis plusieurs années.

De longue file d'automobiles s'accumulent sur les deux artères et met à bout la patience des habitants. Une voie de déviation en passant par le nouvel hôpital ou l'hôtel de ville peut dénouer quelque peu ce blocage annuel. La traverse de l’île aux Coudres et celle de Baie-Sainte-Catherine connaissent des délais d'attente importants. Parfois il faut attendre deux ou trois bateaux à Saint-Joseph de la Rive et une heure d'attente pour atteindre Tadoussac est monnaie courante.

Ces jours-ci on peut observer au moins deux accidents automobile par jour. La route très fréquentée à la fois par les locaux et les touristes devient beaucoup plus dangereuse  avec des touristes pas habitués à nos routes sinueuses et côteuses et nous qui devenons impatience de suivre des VR et des touristes qui roulent à 80 km à l'heure. Cela produit des situations potentiellement dangereuses. Le secteur des Caps à la hauteur de Petite-Riviere Saint-Francois est fertile en tôle froissée et occasionnellement en blessés. Le nombre de motos sur les routes est en hausse exponentielle depuis quelques années. Un accident de moto possède une haute probabilité de blessures et même de décès et nos premiers répondants ont de plus en plus à intervenir dans ce type de situation.

Dans les municipalités plus touristiques, les restaurants sont bondés, les épiceries très fréquentées ce qui peut occasionner quelques désagréments pour les locaux. Les parcs nationaux sont bondés, ceci causant pas beaucoup d'interférences avec le citoyen charlevoisien. Le train de Charlevoix parcours le territoire et heureusement personne ne se plaint de son sifflement comme les intolérants de Boischatel. Les années quelques conflits d'usage sont survenus, par exemple quand les agriculteurs étendent le fumier sur leurs terres en pleine saison touristique.

Mais le summum pour mettre notre patience est la multiplication des chantiers routiers qui obligent constamment à s'arrêter à des endroits où se forment d’énormes files de véhicules et qui poussent inconsciemment à conduire plus vite après l'obstacle. Bref, cela prend beaucoup de patience à l’homo charlevoisius pendant la période estivale. En même temps, c’est la manne pour l'industrie touristique qui fait la majorité de son chiffre d'affaires pendant cette courte période. Les retombées sont inestimables et cela doit nous rendre fiers.

Notre région par sa beauté et son offre touristique compte parmi les plus beaux endroits en Amérique du Nord.  Cela vaut bien quelques désagréments. Notre réputation d'accueil se déploie et notre population est au travail.

Longue vie à juillet et août dans Charlevoix.
Partager
Lien copié avec succès

Vous aimerez aussi

Josette McNicoll septembre