Bientôt Sports Motorisés avec André

Chroniques, Familles d'ici

Familles d’ici | La famille Maltais

Charlevoix

Jeu. 30 novembre 2023 2 minutes

Par Sylvain Dufour

Titre Les Maltais 21 24
Titre Les Maltais 21 24

La famille de Jean-Marie Maltais a de profondes racines à Poitiers (Vienne) où ses ascendants sont marchands depuis au moins trois générations. Né en 1728 de Marie-Anne Rolland et du commerçant François-Daniel, Jean-Marie Maltais devient orphelin en 1738. Deux ans plus tard, au printemps, Jean-Marie embarque à La Rochelle à bord du navire Le comte de Matignon affrété par le marchand rochelais Simon Lapointe à destination de Québec.

Sachant lire et écrire, Jean-Marie se place facilement comme engagé chez un dénommé Ponsant, à Saint-Joachim. Son prédécesseur chez Ponsant se prénommait Jean-Baptiste. Son patron utilise toujours ce prénom pour Jean-Marie, qui devient ainsi Jean-Baptiste. En 1753, Jean-Baptiste se rend aux Éboulements et y épouse la veuve Josèphe Gagnon, fille de Joseph et de Madeleine Tremblay, sœur du seigneur des Éboulements, Étienne Tremblay, témoin pour la mariée. Après les noces, Jean-Baptiste rejoint Josèphe et ses six enfants sur la propriété de l’île aux Coudres héritée de son premier mari, Jean Gontier. Ils y vivent jusqu’en 1754 puis, ils traversent sur une terre des Éboulements.

Jean-Baptiste, Josèphe et leurs deux premiers fils, nés aux Éboulements, s’établissent à La Malbaie vers 1758. Leur troisième et dernière enfant, Geneviève, y est baptisée. D’ailleurs, son mariage du 10 octobre 1776 avec Josse Guay sera le premier inscrit dans le registre de La Malbaie. Jean-Baptiste et Josèphe demeurent à La Malbaie jusque vers 1776, sauf peut-être durant l’hiver 1759-1760, après le raid punitif des Rangers américains qui faisait partie du crescendo de la bataille des Plaines d’Abraham, à Québec. Pendant tout ce temps, la terre des Éboulements demeure dans le patrimoine familial. C’est là que Jean-Baptiste et Josèphe vivent leurs dernières années.

Les fils de Jean-Baptiste et Josèphe, Jean-Marie et Alexis, perpétuent le nom Maltais à La Malbaie.

Avec la collaboration de Sylvain Dufour.
Des familles prennent racine sur la côte nord du Saint-Laurent, en aval de la côte de Beaupré, dès la deuxième demie du XVIIe siècle. Débutant à Baie-Saint-Paul, alors de la seigneurie de Beaupré, l’établissement français s’étend par la suite à Petite-Rivière-Saint-François (1676), à La Malbaie (1688), aux Éboulements (1709) et à l’île aux Coudres (1719). La région de Charlevoix devient le berceau de familles dont la nombreuse descendance se retrouve partout en Amérique du Nord.
Auteur de « La Malbaie, les premières années », Sylvain Dufour a grandi à La Malbaie au sein d’une famille qui s’y est implantée au début du XIXe siècle. Détenteur de plusieurs diplômes d’études supérieures, Sylvain est retraité d’une prestigieuse société d’État fédérale — le Centre de recherches pour le développement international.
Sylvain a travaillé avec le Musée de Charlevoix et Parcours Fil Rouge pour créer une série de balades généalogiques sur plusieurs familles de Charlevoix. Passeurs de mémoire, Parcours Fil Rouge et le Musée de Charlevoix vous invitent à une grande fête de famille dans vos villages d’origine. Visitez https://www.passeursdememoire.com/territoire/charlevoix

Partager

Lien copié avec succès

Bientôt Sports Motorisés avec André