Nadia Lavoie Barbière mars 2024

Chroniques, Souvenirs, Familles d'ici

Familles d’ici | La famille Gagnon

Charlevoix

Jeu. 5 octobre 2023 2 minutes

Par Sylvain Dufour

Titre Les Gagnon 13 24
Titre Les Gagnon 13 24

Les Gagnon de la Nouvelle-France viennent de Tourouvre, village de l’ancien comté du Perche en France. Plus précisément, ils sont originaires du lieu-dit de la Gagnonnière. L’ancêtre Pierre Gagnon y est propriétaire d’une terre; avec son épouse Renée Roger, il tient aussi une auberge en ce lieu.

Mariés en 1597, Pierre et Renée ont sept enfants dont quatre viennent en Nouvelle-France en 1640 : l’aînée Marguerite (avec son second mari, Éloi Tavernier), Mathurin, qui sait lire et écrire, Jean et le benjamin Pierre. Cette décision incite leur mère, alors veuve, à les suivre.

Vers 1635, Mathurin avait eu une fille hors mariage avec Vincente Gauthier. Sans se marier, ils signent une convention dans laquelle la mère promet de prendre soin de l’enfant. En 1643, Mathurin retourne en France pour ramener sa fille, Marthe, à Québec.

Jean Gagnon (1610-1670) épouse Marguerite Cauchon (≈1620-1699) quelques semaines après son arrivée à Québec. Pierre (1612-1699) se marie en 1642 avec Vincente Devarieux (≈1624-1695) et Mathurin (1606-1690) épouse Françoise Gotreau (≈1635-1696) en 1647. Les frères exploitent une ferme entre Château-Richer et Sainte-Anne-de-Beaupré durant l’été et font du commerce à Québec durant l’hiver, sous la direction de Mathurin.

En 1709, à Petite-Rivière-Saint-François, Joseph-Marie Gagnon, petit-fils de Jean Gagnon et Marguerite Cauchon, épouse Madeleine Tremblay, sœur de Pierre, seigneur des Éboulements. Ils s’établissent aux Éboulements et fondent la principale branche de Gagnon de Charlevoix. Parmi les descendants de Mathurin, on retrouve Augustin à La Malbaie dans les années 1770. Parmi les descendants de Pierre, on retrouve François à Baie-Saint-Paul au début des années 1760.

Avec la collaboration de Sylvain Dufour.
Des familles prennent racine sur la côte nord du Saint-Laurent, en aval de la côte de Beaupré, dès la deuxième demie du XVIIe siècle. Débutant à Baie-Saint-Paul, alors de la seigneurie de Beaupré, l’établissement français s’étend par la suite à Petite-Rivière-Saint-François (1676), à La Malbaie (1688), aux Éboulements (1709) et à l’île aux Coudres (1719). La région de Charlevoix devient le berceau de familles dont la nombreuse descendance se retrouve partout en Amérique du Nord.
Auteur de « La Malbaie, les premières années », Sylvain Dufour a grandi à La Malbaie au sein d’une famille qui s’y est implantée au début du XIXe siècle. Détenteur de plusieurs diplômes d’études supérieures, Sylvain est retraité d’une prestigieuse société d’État fédérale — le Centre de recherches pour le développement international.
Sylvain a travaillé avec le Musée de Charlevoix et Parcours Fil Rouge pour créer une série de balades généalogiques sur plusieurs familles de Charlevoix. Passeurs de mémoire, Parcours Fil Rouge et le Musée de Charlevoix vous invitent à une grande fête de famille dans vos villages d’origine. Visitez https://www.passeursdememoire.com/territoire/charlevoix

Partager

Lien copié avec succès

Tchin-tchin! Bientôt sur MC