Desjardins Subaru oct 2023

Chroniques, Familles d'ici, Souvenirs

Familles d’ici | La famille Guay

Charlevoix

Jeu. 2 novembre 2023 3 minutes

Par Sylvain Dufour

Titre Les Guay 17 24
Titre Les Guay 17 24

Les deux principales lignées de Guay établies au Canada sont celles qui descendent de Jean et de Gaston, originaires de deux différentes régions. Le premier est venu de Charente-Maritime alors que le second est venu de Seine–Saint-Denis. Né à Montreuil en 1630, de Nicole Adam et Mathieu Guay, Gaston est à l’origine de la plus grande branche des Guay de Charlevoix. Il avait deux sœurs aînées et une plus jeune. Vers 1650, Gaston épouse Jeanne Prévost, née en 1632 dans une famille marchande. De 1654 à 1669, ils ont quatre enfants survivants. Au printemps de 1662, lorsque Pierre Boucher, gouverneur de Trois-Rivières, fait du recrutement à Montreuil, Gaston et Jeanne ne sont pas en situation de partir. C’est dix ans plus tard, soit en 1672, qu’ils émigrent avec leurs quatre enfants : Mathieu, Marguerite, François et Jean-Baptiste. Un cinquième, Charles naît à Québec en mars 1673 et meurt en bas âge. Gaston meurt en 1681, à 51 ans, après une longue maladie. Jeanne Prévost ne se remarie pas et lui survit plus de 17 ans.

Les enfants et petits-enfants de Gaston et Jeanne se font appeler les « Gaston Guay », qui devient « Castonguay » ou « Guay dit Castonguay ». Ce surnom n’est pas associé aux Guay de Charlevoix. À Québec en 1681, l’aîné, Mathieu, célèbre le premier de ses trois mariages avec Thérèse Poirier, fille des immigrants Françoise Pinguet et Vincent Poirier, sergent de la garnison de Trois-Rivières. En 1711, leur fils aîné Noël épouse Madeleine Poulin à Baie-Saint-Paul. En octobre 1713, Madeleine meurt, avec l’enfant, lors de son premier accouchement. En 1716, Noël se remarie à Baie-Saint-Paul avec Catherine Simard, fille de Madeleine Racine et de l’immigrant Noël Simard, employé de la seigneurie de Beaupré.

Quatre des neuf enfants de Noël et Madeleine arrivent à l’âge adulte et produisent une descendance qui se disperse dans tous les coins de Charlevoix. Par exemple, les frères Noël et Joseph épousent des sœurs Tremblay et s’installent aux Éboulements. Un des fils de Joseph, Josse, déménage à La Malbaie où son mariage avec Geneviève Maltais en 1775 est le premier inscrit dans le registre de la paroisse.

Avec la collaboration de Sylvain Dufour.
Des familles prennent racine sur la côte nord du Saint-Laurent, en aval de la côte de Beaupré, dès la deuxième demie du XVIIe siècle. Débutant à Baie-Saint-Paul, alors de la seigneurie de Beaupré, l’établissement français s’étend par la suite à Petite-Rivière-Saint-François (1676), à La Malbaie (1688), aux Éboulements (1709) et à l’île aux Coudres (1719). La région de Charlevoix devient le berceau de familles dont la nombreuse descendance se retrouve partout en Amérique du Nord.
Auteur de « La Malbaie, les premières années », Sylvain Dufour a grandi à La Malbaie au sein d’une famille qui s’y est implantée au début du XIXe siècle. Détenteur de plusieurs diplômes d’études supérieures, Sylvain est retraité d’une prestigieuse société d’État fédérale — le Centre de recherches pour le développement international.
Sylvain a travaillé avec le Musée de Charlevoix et Parcours Fil Rouge pour créer une série de balades généalogiques sur plusieurs familles de Charlevoix. Passeurs de mémoire, Parcours Fil Rouge et le Musée de Charlevoix vous invitent à une grande fête de famille dans vos villages d’origine. Visitez https://www.passeursdememoire.com/territoire/charlevoix

Partager

Lien copié avec succès

MRC Bandeau SKI 2024 970 x 250 V4