Rouler dans le temps en exclusivité

Chroniques, Les Charlevoisiens au Saguenay

Les Charlevoisiens au Saguenay | Les Côté | 6/24

Charlevoix

Jeu. 15 février 2024 2 minutes

Par Sylvain Dufour

Charlevoisiens saguenay vedette Cote 06 24
Charlevoisiens saguenay vedette Cote 06 24

La Société des Pinières du Saguenay ne comprenait aucun associé issu de la famille Côté. Quelques membres de cette famille ont cependant fait partie du mouvement migratoire qui a suivi le début de l’exploitation forestière dans cette région.

Isaac Côté de Baie Saint-Paul, un arrière-petit-fils de Thomas, le premier Côté établi en permanence dans Charlevoix, a migré à La Malbaie après son mariage à Rosalie Coulombe de Baie-Saint-Paul. Tous leurs enfants naissent à La Malbaie. Isaac meurt à l’âge de 49 ans en 1831. Dans les années 1840, ses garçons migrent chacun à leur tour vers le Saguenay : David opte pour l’Anse-Saint-Jean et Léandre pour Grande-Baie où il se marie en 1853 avec Sophie Noël, native de Baie-Saint-Paul. Léandre et Sophie déménagent éventuellement à Roberval et leur descendance comprend le défunt acteur Michel Côté.

Moïse Côté, un autre arrière-petit-fils de Thomas, s’établit à Grande-Baie avec son épouse Sophie Lavoie. La famille y est solidement ancrée jusqu’à ce que leur descendant Lucien déménage à Saint-Siméon où il épouse Yvette Tremblay. Lucien Côté est maire de Saint-Siméon deux fois, dans les années 1970 et 1980.

Le maître-charretier de Baie-Saint-Paul, Désiré Côté, et Édith Perron, fondent leur famille puis décident de migrer au Saguenay avec leur jeunes enfants. Onésime, le troisième, épouse Angèle Maltais née à La Baie de parents venus de Baie-Saint-Paul. Onésime Côté fonde le premier magasin général de Bagotville vers 1867, et s’impose rapidement comme le plus important commerçant de la région. Il est maire du canton de Bagot en 1871 et 1872, président de la Commission scolaire de Bagotville de 1871 à 1876, et député provincial de Chicoutimi et Saguenay de 1890 à 1892. En 1896, Onésime Côté fonde un commerce de gros pour son fils Thomas. Au début des années 1900, il s’associe à Elzéar Boivin et ce commerce devient la Maison Côté, Boivin et Cie. Onésime Côté était apprécié de tous dans la région.

En 2006, le patronyme Côté était au 7e rang des plus communs dans l’ouest de Charlevoix. L’émigration de plusieurs membres de cette grande famille de Charlevoix vers le Saguenay et le Lac Saint-Jean a contribué à faire de ce nom le 8e plus fréquent dans cette grande région administrative.

Avec la collaboration de Sylvain Dufour.
De plus en plus à l’étroit dans Charlevoix, des familles prennent le chemin de l’exil pour améliorer leur sort. Le Saguenay était non seulement proche de Charlevoix physiquement mais aussi du point de vue des conditions climatiques et agricoles. Le Saguenay-Lac Saint-Jean devient donc une des premières grandes destinations des familles charlevoisiennes en quête d’un avenir meilleur.
Auteur de « La Malbaie, les premières années », Sylvain Dufour a grandi à La Malbaie au sein d’une famille qui y est venue à la fin du XVIIIe siècle. Détenteur de plusieurs diplômes d’études supérieures, Sylvain se passionne pour l’histoire de la terre de ses ancêtres. Aujourd’hui retraité, il a récemment travaillé avec le Musée de Charlevoix et Parcours Fil Rouge pour créer une série de balados généalogiques sur plusieurs familles de Charlevoix. Passeurs de mémoire, Parcours Fil Rouge et le Musée de Charlevoix vous invitent à écouter ces histoires; visitez
https://www.passeursdememoire.com/territoire/charlevoix

Partager

Lien copié avec succès

Le festif de BSP 2024