Rouler dans le temps en exclusivité

Chroniques, Les Charlevoisiens au Saguenay, Souvenirs

Les Charlevoisiens au Saguenay | Les Gagné | 11/24

Charlevoix

Jeu. 21 mars 2024 2 minutes

Par Sylvain Dufour

Charlevoisiens saguenay vedette Gagne 11 24
Charlevoisiens saguenay vedette Gagne 11 24

En 1826 à La Malbaie, Michel Gagné se marie à Béatrice Boulianne, cousine de Modeste Boulianne, deuxième épouse d’Alexis Tremblay dit Picoté. Michel participe financièrement à l’ouverture du Saguenay par l’achat d’une des 21 parts de la Société des Pinières du Saguenay. Vers 1845, Michel, Béatrice et leurs six enfants vivants (deux sont morts en bas âge) quittent La Malbaie pour le secteur de La Baie. En juillet 1846, trois mois après avoir accouché, Béatrice est malade et confinée à son lit alors qu’un feu de forêt menace le secteur de La Baie. L’école et la chapelle brûlent puis, in extremis, un changement de vent redirige le brasier et les maisons sont sauvées. Béatrice se remet de ses maux. Le couple aura un dernier enfant à La Baie, en décembre 1848. Michel et Béatrice finissent leurs jours à Laterrière en 1870 et 1857, respectivement.

Un cousin de Michel, Louis Gagné des Éboulements, migre au Saguenay avec sa famille. Il s’installe lui aussi dans le secteur de La Baie où, en août 1843, son fils Clet marie Sophie Potvin de Baie-Saint-Paul. Louis meurt à La Baie un an plus tard. Le 21 juillet 1850, Clet est choisi pour représenter les habitants de la Grand’ Ligne (entre Chicoutimi et La Baie) sur un comité chargé d’identifier un endroit pour construire une église. Il y côtoie Bernard Fortin de Baie-Saint-Paul, représentant des habitants de la Rivière-à-Mars.

Les frères Laurent et Jean-Baptiste Gagné des Éboulements migrent en deux temps : premièrement, à La Malbaie, où ils se marient et fondent leurs familles respectives ; et deuxièmement, à l’Anse-Saint-Jean où ils ont leurs derniers enfants et passent le reste de leurs jours, ayant contribué au développement local.

En 2005, le nom Gagné était le 10e plus fréquent dans la province de Québec. Son occurrence au Saguenay-Lac Saint-Jean se situe exactement dans la moyenne provinciale tandis que dans Charlevoix, son occurrence est au 22e rang de tous les noms dans l’est et au 31e rang dans l’ouest. Néanmoins, l’émigration des Gagné de Charlevoix au Saguenay-Lac Saint-Jean a contribué à son rayonnement. Dans cette grande région, c’est dans la MRC Le Fjord-du-Saguenay, où la présence des Charlevoisiens est remarquable, que le nom Gagné est nettement plus fréquent, son occurrence se situant au septième rang de tous les noms de famille.

Avec la collaboration de Sylvain Dufour.
De plus en plus à l’étroit dans Charlevoix, des familles prennent le chemin de l’exil pour améliorer leur sort. Le Saguenay était non seulement proche de Charlevoix physiquement mais aussi du point de vue des conditions climatiques et agricoles. Le Saguenay-Lac Saint-Jean devient donc une des premières grandes destinations des familles charlevoisiennes en quête d’un avenir meilleur.
Auteur de « La Malbaie, les premières années », Sylvain Dufour a grandi à La Malbaie au sein d’une famille qui y est venue à la fin du XVIIIe siècle. Détenteur de plusieurs diplômes d’études supérieures, Sylvain se passionne pour l’histoire de la terre de ses ancêtres. Aujourd’hui retraité, il a récemment travaillé avec le Musée de Charlevoix et Parcours Fil Rouge pour créer une série de balados généalogiques sur plusieurs familles de Charlevoix. Passeurs de mémoire, Parcours Fil Rouge et le Musée de Charlevoix vous invitent à écouter ces histoires; visitez
https://www.passeursdememoire.com/territoire/charlevoix

Partager

Lien copié avec succès

25500 abonnés 2024