Desjardins Subaru oct 2023

Chroniques, Les Charlevoisiens au Saguenay, Souvenirs

Les Charlevoisiens au Saguenay | Les Gagnon | 12/24

Charlevoix, Saguenay-Lac-St-Jean

Jeu. 28 mars 2024 2 minutes

Par Sylvain Dufour

Charlevoisiens saguenay vedette Gagnon 12 24
Charlevoisiens saguenay vedette Gagnon 12 24

La Société des Pinières du Saguenay ne comprenait aucun investisseur issu de la famille Gagnon. Cependant, plusieurs Gagnon ont investi autrement ou ont migré pour s’impliquer dans l’exploitation forestière au Saguenay. En voici quelques exemples.

En 1838, le marchand Adolphe Gagnon de Baie-Saint-Paul, descendant de Jean Gagnon, s’associe à Roger Bouchard, ancien meunier du Séminaire à la Rémy, pour un contrat de 5 000 billots de bois à couper à l’Anse-à-Pelletier pour la Société des Pinières du Saguenay. À Baie-Saint-Paul, le duo engage plusieurs individus qui migrent au Saguenay, mais aucun Gagnon de la famille immédiate d’Adolphe.

En décembre 1841, Louis Gagnon de Sainte-Agnès, descendant de Mathurin et vétéran de la Guerre de 1812, est en société avec cinq autres habitants de Sainte-Agnès pour exploiter sur les bords de la Baie des Ha ! Ha ! une scierie qui vend des madriers à Thomas Simard de La Malbaie. Thomas et François, les deux fils aînés de Louis Gagnon, s’établissent définitivement dans le secteur vers 1848 et 1866, respectivement.

Retournons parmi les descendants de Jean Gagnon. Geneviève Gagnon est la mère du premier bébé baptisé dans la paroisse Saint-Alexis, à Grande-Baie (Port-Alfred), en 1858. Née à La Malbaie, Geneviève est venue à Grande-Baie au printemps 1842 avec ses parents Charles Gagnon et Charlotte Girard — elle avait 12 ans. Thomas Gagnon, un natif des Éboulements, est parmi les premiers à Bagotville où il joue un rôle important dans la mise sur pied de la paroisse Saint-Alphonse. Finalement, Ambroise Gagnon de La Malbaie est, en 1855, le premier préfet de la municipalité de la deuxième division du comté de Saguenay. Son père Magloire et deux de ses oncles, Dominique et Abraham, étaient venus à Chicoutimi avec leurs familles respectives; un autre oncle, Joseph Gagnon, a migré à Grande-Baie avec sa famille.

En 2006, le patronyme Gagnon était au 17e rang des plus communs dans l’est de Charlevoix et au 6e rang dans l’ouest. L’émigration de plusieurs Gagnon de Charlevoix vers le Saguenay et le Lac Saint-Jean a contribué à faire de ce nom le 3e plus fréquent dans cette grande région administrative.

Avec la collaboration de Sylvain Dufour.
De plus en plus à l’étroit dans Charlevoix, des familles prennent le chemin de l’exil pour améliorer leur sort. Le Saguenay était non seulement proche de Charlevoix physiquement mais aussi du point de vue des conditions climatiques et agricoles. Le Saguenay-Lac Saint-Jean devient donc une des premières grandes destinations des familles charlevoisiennes en quête d’un avenir meilleur.
Auteur de « La Malbaie, les premières années », Sylvain Dufour a grandi à La Malbaie au sein d’une famille qui y est venue à la fin du XVIIIe siècle. Détenteur de plusieurs diplômes d’études supérieures, Sylvain se passionne pour l’histoire de la terre de ses ancêtres. Aujourd’hui retraité, il a récemment travaillé avec le Musée de Charlevoix et Parcours Fil Rouge pour créer une série de balados généalogiques sur plusieurs familles de Charlevoix. Passeurs de mémoire, Parcours Fil Rouge et le Musée de Charlevoix vous invitent à écouter ces histoires; visitez
https://www.passeursdememoire.com/territoire/charlevoix

Partager

Lien copié avec succès

Tchin-tchin! Bientôt sur MC