Dery telecom

Desjardins en eaux troubles 3

5 déc. 2019 5 minutes 152 vues

Desjardins en eaux troubles 3

Le plan est réalisé.


Ça y est, nos caisses de village sont fermées dans l'indifférence et la résignation presque complète. Desjardins a gagné son pari. Les grands perdants sont les personnes âgées en perte d'autonomie qui ne sont pas les plus grands utilisateurs d'internet. Il semble que dans l'Est, ça ne toucherait que quatre cents membres j'en doute beaucoup. Juste à Pointe-au-Pic, les anciens membres de cette caisse sont plus nombreux que ça. Saint-Aimé des Lacs et Notre-Dame-des-Monts devaient aussi avoir quelques centaines de membres. Même si c'est à petite échelle, la perte de service à Baie-Sainte-Catherine a beaucoup plus d'impacts. C'est d'ailleurs le seul endroit où il y a eu une réaction publique. Dans l'Ouest, la préfète Simard n'est pas heureuse pour Saint-Urbain. C'est terminé et on en parle plus. Les stratèges de Desjardins avaient tout évalué et prévu. Les mots d'ordre viennent de la Fédération et nos dirigeants locaux sont des exécutants. Oublions les caisses populaires d'antan qui faisaient partie de la vie des villages et des gens. Ça n'existe plus. Des édifices au cœur des villages touchés deviennent désaffectés ou en péril. C'est inclus dans le sacrifice. Il n'y aura pas de pertes d'emploi. Ce n'est pas ça que j'entends en coulisse. Certaines ont démissionné voyant leurs conditions se précariser, d'autres voient leurs conditions se détériorer. On ne fait pas d'omelette sans casser des œufs.


Desjardins fait les grands titres.


Pour compenser, nous promet-on, Desjardins va mettre en place un Fonds de développement des régions sur lequel tout ce qui bouge va se jeter dessus pour obtenir sa part du gâteau comme la misère sur le pauvre monde. Est-ce que les retombées seront suffisantes pour compenser la présence d'une institution financière dans un petit village?  Sur la rive sud où la même chose se produit, les municipalités ont mis en place des guichets municipaux opérés par les villages, l'expérience semble plus ou moins réussie. Pendant ce temps, les déboires se poursuivent pour la dite coopérative milliardaire. Toutes nos identités ont été volées, même Equifax qui est censé nous protéger s'est fait aussi dérober des identités. Un ménage s'opère parmi les têtes dirigeantes à un million et plus de salaires par année. M. Cormier le principal dirigeant à 4 ou 5 millions par année n'est pas inquiété. Le monde des très hauts salariés comme l'autre chez Bombardier a ses propres règles toujours à l'avantage des multimillionnaires. Desjardins refuse aussi de soutenir une autre coopérative qui cherche à sauver les journaux régionaux de Capitale, dont le Soleil. La présidente du CA de Capital coopératif veut poursuivre le ministre de l'Économie Pierre FitzGibbon. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.


L'argent de Desjardins c'est notre argent.


On considère que le gouvernement gère notre argent, bien je vous annonce que Desjardins la gère encore plus. Nous sommes membres d'une coopérative qui, en principe, appartient à ses fiduciaires. Presque toute ma vie, j'ai confié la gestion de mon argent à Desjardins, j'ai payé des dizaines des milliers si ce n'est des centaines de milliers de dollars en intérêt. C'est notre argent qui est placé pour soutenir des décisions d'affaires contestables et les salaires faramineux des dirigeants. Les administrateurs locaux sont maintenant payés et formés à la vision d'affaire Desjardins. Quel est leur niveau de représentativité du membre de base? Je suis membre depuis 45 ans, mon père depuis 65 ans, combien d'entre nous sont dans la même situation? J'ai quitté presque complètement Desjardins pendant une dizaine d'années je n'en ai pas souffert. Je suis revenu parce que j'y croyais encore un peu. La fermeture des caisses de village sans même y laisser un guichet me frappe au cœur. Certains gestes posés sans égard aux conséquences pour la collectivité notamment dans le cas du 805 Richelieu (ne plus jamais l'appeler la caisse) me révoltent. Oui les caisses commanditent bien des événements et ils sont des citoyens corporatifs à ce niveau, mais financièrement cela valait-il la peine de dévitaliser de petites communautés? Aujourd'hui c'est Petite-Rivière-Saint-François, Saint-Urbain, Saint-Aimé-des-Lacs, Notre-Dame-des-Monts etc. Ne soyons pas dupes, demain ce sera l'Ile-aux-Coudres, Saint-Hilarion, Saint-Siméon, peut-être même Clermont, ce n'est qu'une question de temps.




[caption id="attachment_65884" align="alignnone" width="240"]caisse 805 Richelieu Pointe-au-Pic propriété de Campus Charlevoix[/caption]

La Corporation Campus Charlevoix est propriétaire des terrains et de l’édifice où étaient dispensés les services financiers de la coopérative. Elle a indiqué qu’elle prenait acte de cette décision, qui a bien sûr des conséquences financières en raison des frais de location.-HEBDO CHARLEVOISIEN 29 octobre 2019

Je continue de faire affaire chez Desjardins parce que les employés sont merveilleux ce n'est pas contre eux que je me plains. Ce sont les décisions des dirigeants qui passent mal. Je n'aime pas qu'on utilise mon argent pour couper des services et payer des salaires millionnaires.


À suivre……


 

 

 

Partager
Lien copié avec succès

Vous aimerez aussi

Fondation Mains de l'Espoir voeux noel