Josette McNicoll septembre

Enseignant, métalleux, fana de moto et aventurier, entre autres

26 nov. 2020 8 minutes 373 vues

Enseignant, métalleux, fana de moto et aventurier, entre autres

Il a grandi à Cap-à-l'Aigle, il a travaillé chez les autochtones, il joue de la musique heavy metal, il est fanatique de motos, particulièrement de la marque Ducati, il a parcouru l'Amérique et l'Europe et il est présentement à l'écriture de son premier roman.

Ce ne sont que quelques caractéristiques du parcours de Sébastien Maltais, un aventurier multitalentueux. Aux origines, il est le fils de Gérard Maltais et Paula Dufour et le frère de Jean-François, Harold et Louise Malbaie. Ses parents étant originaires de la Côte-Nord, il voit le jour à Les Escoumins en 1970. La famille déménage à Cap-à-l'Aigle. Son père travaille au ministère des Transports et sa mère opère un petit dépanneur de village sur la rue Saint-Raphaël. Sébastien joue au hockey jusqu'au niveau bantam et il se souvient d'un voyage aux Canadiens à Montréal alors qu'il était tout jeune. Son destin se dessine tôt puisqu'à l'âge de 5 ans il sait manier le tourne-disque et il écoute les albums de ses frères dans le style de Deep Purple et Frank Zappa, entre autres. Ses deux frères grattent un peu la guitare, il s'y met lui aussi. À 14 ans, il assiste à un spectacle du groupe malbéen Metal Shark à Cap-à-l'Aigle et il attrape la piqûre. Il forme le groupe Crusaders qui fait 2 ou 3 concerts à la Polyvalente, des interprétations de pièces métal et quelques compositions. Ses complices s'appellent Frédéric Dufour, Éric Turcotte et Patrice Côté.

Après son secondaire, il se dirige vers le Cégep de Limoilou pour étudier pour devenir enseignant, un rêve d'enfant. Il obtiendra un diplôme de professeur d'histoire. Il travaille dans l'hôtellerie tous les étés. D'abord au Manoir Richelieu et à la Pinsonnière et enfin à Québec pendant qu'il est à l'université. La musique était passée en second, car sa passion, qu'il a toujours, est la moto. Il lit tous les magazines qui traitent de ce sujet même s'il n'a pas les moyens d'en avoir une. Les motos anciennes le passionnent et il s'intéresse particulièrement à la marque italienne Ducati. Il finit par pouvoir s'en procurer une comme cadeau de fin d'études universitaires. Le type de moto qu'il préfère est semi-route, semi-trail pour voyager.

Son premier emploi comme enseignant est dans la réserve atikamekw Obedjiwan, toute une expérience pour un nouveau jeune professeur. C'est un apprentissage à la dure, mais très formateur. Les autochtones sont méfiants envers nous et il faut gagner leur respect, ce que Sébastien fait sur la patinoire. Il ne passe que 6 mois là-bas. La pauvreté reste une des choses qu'il l'a le plus marqué sur la communauté.

Retour à Beauport où il fait de la suppléance. Son expérience chez les autochtones lui est d'un grand secours notamment dans la capacité d'avoir le respect des élèves. Il reçoit une autre offre d'emploi chez les autochtones, cette fois chez les Innus de La Romaine sur la Basse Côte Nord. Il accepte la proposition qui lui fera vivre un voyage intérieur. Sa famille étant originaire de la Côte-Nord et ayant vécu au Havre Saint-Pierre, il rencontre des gens qui ont connu ses parents et il s'initie à l'histoire de cette région très particulière du Québec où on se déplace de village en village en bateau ou en avion. Il enseigne en adaptation scolaire dans une petite école de ce village qu'il a beaucoup aimé. Les gens sont sympathiques, la nature est belle. Il va chasser et camper avec des autochtones, il participe à des tournois de hockey sur des patinoires extérieures à -30C. Au bout d'un an, il pense avoir trouvé sa place pour quelques années. Il passe l'été à faire de la moto en Ontario et un peu partout au Québec. Au début de l'automne, il décide de monter sa moto à La Romaine, même si les routes sont très limitées. Il l'embarque sur le Nordik Express du Groupe Desgagnés pour l'expédier et il fait son épicerie pour un an à Sept-Îles, les denrées de base étant très chères à La Romaine. Coup de théâtre, il reçoit un coup de fil de la Commission scolaire de Beauport, on lui offre un poste permanent pourvu qu'il se présente en entrevue le lendemain. Il récupère sa moto sur le bateau et il roule jusqu'à Cap-à-l'Aigle pour un bref repos et il arrive à Québec pas changé, pas rasé, plein d'huile et les cheveux longs pas très propres. Il exige une réponse immédiate de la Commission scolaire parce qu'on l'attend à La Romaine. On lui offre 3 emplois permanents. Il écoute sa raison plus que son coeur et il accepte de s'installer à Beauport comme enseignant de français permanent au secondaire. Il ne faisait plus de musique depuis 5 ou 6ans, mais il rencontre des professeurs avec qui il fait équipe pour jouer dans des partys, des mariages et autres événements sociaux.

sm2

Il s'intéresse énormément à l'histoire et surtout à l'histoire de la moto. Il a un contact avec un collectionneur qui le réfère au magasine Moto Mag et il commence à écrire des articles pour ce média. Il a la piqûre du journalisme dans les revues de moto et il sera collaborateur pour de nombreuses années. Il écrira notamment des articles sur ses voyages en moto aux États-Unis. C'est à ce moment qu'il rencontre la femme de sa vie qui est partie enseigner en Louisiane. L'année suivante, malgré les réticences de sa blonde, ils repartent tous les deux dans les bayous avec un kayak et leurs meubles. On le regarde comme un extra-terrestre parce que personne ne fait de kayak là-bas à part Céline Dion. Ce serait être une proie parfaite pour les alligators. Il enseigne le français dans une école primaire à des descendants d'esclaves très pauvres. Ils ont été accueillis très chaleureusement par les Cajuns américains qui ont, selon Sébastien, des coeurs d'or. Il a même joué au hockey à La Nouvelle-Orléans puisqu'il avait amené son équipement. Lui et sa blonde voyagent beaucoup en moto. Un des itinéraires le plus mémorables fut le long du Mississippi de Kansas City à la Louisiane en moto Ducati. Les champs de coton dégagent tellement de pollen qu'on croirait une tempête de neige. Ils vont également à Memphis rencontrer le fantôme d'Elvis à Graceland. Et pourquoi pas le Texas et la Floride. À la fin de l'année scolaire, c'est l'ouest des États-Unis avec le Barber Motocycle Museum et Alabama et une convention de motos à Las Vegas.

sm3

De retour au Québec, il s'adonne à la moto sur piste et il part jouer au hockey en Suisse, en France et en Italie dans le style garage. Il en profite, en fou de moto, pour aller visiter l'usine de Ducati à Bologne en Italie. Il publie un article à son retour. Le magasine décide de l'envoyer en Californie couvrir le lancement mondial d'une nouvelle moto Ducati. Il est accueilli en limousine à l'aéroport, il semble un peu sorti de nulle part au milieu des journalistes qui couvrent l'industrie de la moto depuis 20 ans. Contre toute attente il se lie d'amitié avec le PDG de Ducati, monsieur M. Minolli, avec qui il discute toute la soirée. Ce dernier a sûrement été très impressionné par les connaissances de Sébastien sur sa marque de moto.

La prochaine étape est un retour à la musique avec le même Frédéric Dufour, maintenant prof comme lui, Daniel Savard et Simon Savard dans un groupe qui fait de la pop/prog en français. Le groupe s'appelle Malcolm et il enregistre un album au studio 7e ciel, chez Yvon Bouchard à Clermont. Il déplace sa passion de la moto vers la musique et il joue dans 5 à 6 groupes de 2006 à 2008. Fear of visions un projet original prend forme et Sébastien est compositeur des paroles. Il font un album de Metal Progressif. Le groupe prend fin et il est maintenant papa d'un garçon et d'une fille.

sm6

Il se concentre davantage sur son travail et sa famille et fait des voyages avec ses élèves en Espagne, en Chine et en Angleterre. Il fait quelques spectacles avec eux aussi. Des gars de Baie-Saint-Paul forment le groupe Metalord et ils se cherchent un bassiste. Entre Charlevoisiens, ça clique et il reprend du service. Un premier album sort où il a peu participé, mais le groupe est signé chez UNIVERSAL MUSIC et des choses extraordinaires se produisent. Un vidéo super professionnel de Speed of Life sort et ils fort la première partie de géant comme Queensryche et surtout Metallica au Festival d'été. Il côtoie alors son groupe préféré, Voivod. Il seront aussi de la programmation du Rockfest de Montebello où il se produiront en compagnie du petit Jérémie. Au même festival, on trouve Rammstein et Mégadeth. En 2019, il quitte le groupe pour se retrouver en famille, car ses enfants sont encore jeunes.

sm4

En 2017, il vit une épreuve, car on lui retire une tumeur au cerveau. Ce sera douloureux pendant longtemps. Un passionné comme lui ne peut s'arrêter longtemps, il veut reformer Fear of visions et surtout il s'est mis à l'écriture d'un roman d'anticipation ayant son origine dans Charlevoix. Il aurait aimé m'en dire beaucoup plus, mais ce sera une prochaine fois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

chaine fois.

Partager
Lien copié avec succès

Vous aimerez aussi

Émilie Foster Vacances de la Construction