Gens de Chez Nous, Personnalités du jour, Chroniques

Personnalités du jour | François-Guy Thivierge

Saint-Siméon, Charlevoix

Mar. 25 juin 2024 4 minutes

Par André Magny

Si tu voyais Charlevoix au fond là-bas... c’est beau !

En paraphrasant la célèbre chanson de Jean-Pierre Ferland, c’est un peu à ça que nous convie François-Guy Thivierge, quand il nous invite à visiter les Palissades de Charlevoix à St-Siméon, afin de profiter pleinement de la première via ferrata installée au Québec.

Mont Everest S
Mont Everest S

Quand François-Guy Thivierge parle de « balades » en montagne, il sait de quoi il parle ! Celui qui est originaire de Québec racontait, il y deux ans dans Mon Charlevoix, ses aventures sur la quarantaine de sommets grimpés en Arctique et en Antarctique, sans oublier le prince des hauts lieux, l’Everest.

Deux ans plus tard, alors qu’il est toujours aux commandes d’Aventurex, offrant des activités de plein air et d’escalade dans des lieux vertigineux, celui-ci n’a rien perdu de l’émerveillement des parois d’ici. Outre le Parc de la Chute Montmorency face à l’Île d’Orléans, la Vallée Bras-du-Nord à St-Raymond dans Portneuf, le Centre d’escalade Roc Gyms à Québec, l’entreprise de M. Thivierge tient les rênes depuis 2001 des Palissades de Charlevoix. Situé à 10 km de St-Siméon, sur la route 170, ce parc d’aventure est unique en son genre sur le continent.

Francois Guy Thivierge Les Palissades de Charlevoix S
Francois Guy Thivierge Les Palissades de Charlevoix S


Selon lui, c’est la plus belle via ferrata du Québec : « Elle est naturelle, sauvage. C’est une montagne avec de belles prises de roches. Elle est sécuritaire. » Le réputé alpiniste rappelle qu’une via ferrata - parcours d’escalade combinant randonnée et escalade -, ça s’entretient aussi. « Pour l’améliorer, il faut faire régulièrement des inspections. Enlever, par exemple, des petites roches qui bougent. » Les Palissades de Charlevoix offre deux parcours avec un spectaculaire pont aérien de 200 mètres de haut, une descente en rappel sur corde de 70 mètres et deux tyroliennes de 250 m traversent le Lac-à-Jean.

Et ça s’adresse même aux débutants. Rencontrée lors d’une exploration des lieux, Ariane, jeune intervenante au sein de l’OBNL charlevoisien, la Croisière des Alizés, confiait à Mon Charlevoix que le fait d’avoir réussi son parcours, « ça m’a permis de me dépasser ! ».

Tyrolienne au Lac a Jean S
Tyrolienne au Lac a Jean S

Viser les hauts sommets

À la question combien de visiteurs viennent annuellement sur le site des Palissades, François-Guy Thivierge avance le chiffre entre 4 et 5 000 visiteurs. En près de 25 ans, c’est donc plus de 100 000 personnes qui se sont agrippées aux parois de la montagne. Encadrées, bien sûr par des guides compétents. Le directeur tient à souligner qu’ils ont tous et toutes 40 heures d’entraînement avant de commencer une saison.

Sur les quelque 110 000 visiteurs, 40 % viennent de la région et des alentours, 30 % de Québec et Montréal et l’autre 30 % de l’étranger. « Beaucoup d’Européens, de Canadiens, d’Américains, de Mexicains et d’Asiatiques, de préciser M. Thivierge. Ils sont ravis du paysage. Contrairement à l’Europe, les montagnes ici sont plus rondes, car plus vieilles. Du haut de la montagne, on voit clairement le passage des glaciers. Le Lac-à-Jean, c’est un gros morceau d’un glacier qui a fondu. » L’alpiniste est intarissable quand il s’agit de décrire son environnement. Les chevreuils, les lynx, les loutres, les aigles, le paysage forestier, les plantes comme le sabot de la Vierge qui fleurit tous les sept ans, tout y passe !

S’approprier le territoire

Kayaks au Lac a Jean S
Kayaks au Lac a Jean S

Passionné comme pas un, François-Guy Thivierge définit son entreprise « comme un agent de conservation. On fait de l’éducation sur le terrain grâce à nos randonnées, à l’observation qu’on y fait. »

D’ailleurs dans les prochaines années, le site verra peut-être son affluence augmentée. Selon François-Guy, il est question qu’un nouveau parc national soit instauré par la SÉPAQ. « Dans quatre ou cinq ans », selon l’homme de terrain, qui parle au conditionnel et qui parle aussi aux politiciens ! « C’est un projet politique. Mais on n’est pas fermé à ça. »

En tant « qu’opérateur professionnel avec une conscience environnementale », il souhaite que les gens de Charlevoix s’approprient davantage les installations que son équipe met à leur disposition et ce, même en dehors de la saison estivale. « On voudrait augmenter les partys de groupes et de familles », car de novembre à février, il est possible de réserver des chambres et d’y faire de la raquette, du ski hors-piste ou de randonnée et, bien sûr, de l’escalade de glace.

Et puisqu’il considère que les Palissades de Charlevoix sont dans la cour des Charlevoisiens, François-Guy Thivierge tient à préciser qu’il y a des rabais proposés aux gens de Charlevoix.

Logo palissade
Logo palissade
Chroniqueur André Magny
André Magny

Partager

Lien copié avec succès