RECRUTREMENT Groupe LEBEL

«Gome» mixe bijoux avec enfance, nature, métier d'art et arts visuels.

29 juil. 2019 2 minutes 187 vues

«Gome» mixe bijoux avec enfance, nature, métier d'art et arts visuels.
Ce n'est pas par hasard que l'entreprise de Gabrielle Ouellet-Morneau s'appelle «Gome». C'est son surnom maternel qui lui a été donné dans son enfance reliant ses initiales.

Style:

Elle n'est pas dans la bijouterie traditionnelle, elle recherche un amalgame, en fait un mariage, entre le métier d'art et l'art visuel. Il faut qu'il y ait une connivence entre les deux. Tout en gardant un certain côté enfantin. «Lorsqu'on est enfant, on observe beaucoup de détails comme par exemple dans la nature. Je veux recréer ce sentiment-là quand je crée. Je veux retrouver ces petits phénomènes comme quand j'étais petite. Je m'inspire beaucoup des structures de la nature dans mon art».

«Je travaille avec un métier à tisser miniature qui me fait rechercher des techniques ancestrales, j'y intègre des techniques plus contemporaines: le travail d'aiguille, de billes et la broderie. Il y a un côté esthétique, mais qui n'est pas juste accessoire. Je veux faire des bijoux qui sont portables au quotidien, mais qui ont une histoire à raconter. Il y a un historique derrière la création. Je désire véhiculer une émotion. Je trouve ça cool d'aimer un objet à un tel point que l'on veule le porter au quotidien. Certains bijoux sont créés sur mesure avec d'anciens bijoux des clients pour leur donner une nouvelle vie et une nouvelle histoire». (J'aime!)

Avant même de peindre dans des grottes, les hommes de la préhistoire faisaient des petits trous dans les coquillages pour en faire des ornements, il y a un truc hyper fondamental là-dedans.

Études:

En 2016, Gabrielle a complété un DEP en joaillerie et cette année, son BAC en arts visuels à l'Université Laval. Avant d'aller en joaillerie, elle était en littérature «J'ai toujours aimé les histoires»

Ta business idéale? «Comme c'est ma première année au marché, pour l'instant c'était de sortir de l'atelier et de montrer mes trucs aux gens, ça me fait vraiment plaisir. Je confectionne depuis 2011 et je suis à une étape où j'ai envie de présenter mes bijoux, de concrétiser ce que j'ai fait tout en améliorant le côté technique au fil du temps. Pour l'instant, je ne suis pas encore dans le futur. C'est une passion avec laquelle je veux vivre, c'est un grand souhait!»

Gome est dans Charlevoix depuis 2 ans et elle est de Québec, Limoilou. Perso, je trouve qu'il y a une grande ressemblance entre «Lilou» et BSP; la création, l'art, le sentiment de communauté. C'est ce qui a fait déménager Gabrielle et son copain dans la région: «C'est une belle communauté d'entraide et aussi la vibe du bio, ce sont des valeurs qui nous rejoignaient. C'est beau c'est tranquille, en même temps c'est dans une petite ville, mais en campagne».

Vous pouvez retrouver ses pièces: au Marché Public de BSP, chez Twist Création et au Germain à Baie-Saint-Paul et chez Robert Langlois à Québec.


DSC_0049 copie


 

Texte: Jean Berg

Photos: Sébastien Audet

Partager
Lien copié avec succès

Vous aimerez aussi

Marché public La Malbaie