RECRUTEMENT Ville Baie-St-Paul

Jean-Paul Huard le Gaspésien Charlevoisien

16 nov. 2020 7 minutes 100 vues

Jean-Paul Huard le Gaspésien Charlevoisien

Il y a des gens qui ont la fibre sociale. Ce sont des personnes qui consacrent leur vie à aider les autres de façon professionnelle. On le voit présentement avec les travailleurs et les travailleuses de la santé qui sont de près ou de loin dans le service à une population qui souffre d'une pandémie comme on en a plus vu depuis plus de 100 ans. Jean-Paul Huard est un de ceux-là. Il a passé toute sa vie dans les services sociaux à côtoyer des gens qui ne l'ont pas facile pour différentes raisons. Tout ça vient peut-être un peu de son enfance. Comme il le dit, il a appris très jeune le sens de la communauté puisqu'il faisait partie d'une famille de 14 enfants, 10 garçons et 4 filles. Dans le petit village de L'Anse-aux-Gascons en Gaspésie, son père est bûcheron et pêcheur. 3 familles de Huard habitent dans différents secteurs de la localité. Un autre d'entre eux le docteur Ildebert Huard sera connu de plusieurs personnes qui ont séjourné à sa maison de thérapie, la Villa Igniatia.


Après ses études secondaires, Jean-Paul se dirige vers Rimouski pour une première fois pour ses études collégiales en sciences sociales. Il fera des études universitaires en criminologie à l'Université de Montréal. Il commence sa carrière à Rimouski comme travailleur de rue, probablement la fonction qu'il a le plus aimée en raison du côté terre à terre et des relations humaines crées.  Il devient très rapidement gestionnaire dans le réseau de la santé comme coordonnateur des services sociaux et communautaires au CLSC Malauza à Matapédia dans la vallée du même nom.


Après deux, il revient à Rimouski comme directeur des services de réadaptation et services professionnels pour le Centre de réadaptation jeunesse qu'on commençait à peine à ne pas appeler école de réforme. Il poursuit son chemin dans les services sociaux avec un poste important de directeur des services sociaux hospitaliers pour les CH de Rimouski, Mont-Joli, Matane et Matapédia. C'est le CSSS de Rimouski qui rend ce service.


Son affectation suivante dure 10 ans comme coordonnateur des services sociaux et communautaires au CLSC de l'Estuaire à Rimouski. Après une brève période à son compte, il touche directement à l'alcoolisme et la toxicomanie comme directeur de deux centres de réadaptation en dépendances, un au Bas-Saint-Laurent et l'autre qui couvre la Gaspésie et les Îles de la Madeleine. Il occupera ce poste pendant 12 ans, ayant amplement le temps de bien comprendre les problématiques diverses qui peuvent mener une personne à l'alcoolisme ou à la dépendance aux drogues.


Pendant toutes ces années, il est très impliqué dans le milieu communautaire de Rimouski. Il fonde un maison de répit pour les sans-abri appelée Le Répit du Passant. Il co-fonde un comptoir alimentaire et est membre fondateur du Centre d'action bénévole. Il tâte aussi de la politique municipale comme conseiller à la Ville de Pointe-au-Père.


Une dernière direction générale dans un organisme communautaire en santé mentale bien connu au Bas-Saint-Laurent, la Lueur de l'Espoir. Et voilà que l'amour frappe à sa porte, en la personne d'une Charlevoisienne qui veut vivre dans sa région. Il applique sur un poste d'intervenant chez Ressources Génesis, mais avec son bagage, on lui offre plutôt la direction générale.


jph1


À la différence de plusieurs directeurs généraux de ce type d'organismes, Jean-Paul Huard n'a pas connu lui-même de problèmes de dépendance, mais sa longue expérience plus de 40 ans dans les services sociaux le rendent très qualifié pour aider les Charlevoisiens de l'est aux prises avec un problème qui cause énormément de souffrances et des décès prématurés. Il est secondé d'Anne-Marie Leroux comme intervenante.


jph2


Quand je lui demande comment est la clientèle d'aujourd'hui comparativement à 1990 quand j'ai cocréé Ressources Genesis avec Jean-Guy Girard et Alain Dufour, c'est le mot Peanuts ou amphétamines ou méthamphétamines ou drogues de synthèse qui prend les devants. Il reste encore quelques alcooliques purs et durs accrochés à la boisson, mais les jeunes carburent aux pilules très peu dispendieuses et faciles à cacher. Le pot étant légal, ça n'empêche pas certains d'en être dépendants. Ressources Genesis est ouvert à toutes personnes ayant besoin de support et d'aide pour gérer leur consommation. Jean-Paul Huard recommande fortement les AA et les NA à cause de la force du groupe. Une trentaine de clients réguliers fréquentent l'organisme avec des règles spéciales en période de pandémie. La zoothérapie est même offerte quelques fois par semaine. Ressources Genesis a aussi des ententes avec le Casino pour le jeu compulsif qui est aussi une dépendance très douloureuse pour ceux qui en souffrent. La cyberdépendance est aussi un phénomène de plus en plus présent.


jph3


Si l'alcool ou la drogue ont une mauvaise influence sur votre vie, vous avez des trous de mémoire (black-out), vous faites des gaffes et vous avez des remords et autres inconvénients, Genesis est présent depuis 30 ans et des centaines de personnes vivent aujourd'hui une vie beaucoup plus heureuse grâce à Genesis et aux groupes anonymes. J'en fais partie depuis 35 ans et j'ai vécu la plus belle des vies sans alcool ni drogue. Et j'ai ça un jour à la fois.


 

 

 

 

 

 

 

Partager
Lien copié avec succès

Vous aimerez aussi

Josette McNicoll septembre