RECRUTREMENT Groupe LEBEL

La folie de la cybersécurité

8 août 2019 4 minutes 91 vues

La folie de la cybersécurité
Il y a plusieurs années, on nous a annoncé en grande pompe que l’informatique allait nous rendre la vie plus simple et que nous pourrions profiter de nos nombreux moments de loisirs pour être heureux. Mon œil.

Pour avoir accès à certains de nos propres renseignements ou pour effectuer des transactions, c’est devenu très pénible et frustrant juste de s’identifier. Cette semaine, j’en ai vécu un véritable, qui n’est pas terminé, juste pour m’identifier sur certains sites. Le champion et le pire a été Bell Canada, un compagnie que je respectais avant parce que mon père y a fait toute sa carrière. Tout ce que je voulais faire était de payer ma facture de cellulaire, en fait leur donner de l’argent. Mon application Bell avait décidé que les réponses de sécurité n’étaient pas valides alors que je suis sûr à 100% que c’était les bonnes. Je dois donc appeler au service à la clientèle. Après le parcours de « faites » le 2, « faites » le 6, appuyez le 0, entrez les lettres au clavier numérique, je parle enfin à quelqu’un, un marocain au Maroc nommé Karim.

Et l’enfer commence, je dois m’identifier. Avez-vous le montant exact de vos deux dernières factures ? Non. Combien de gigs avez-vous utilisés ce mois-ci? Je le sais-tu moi. Quels sont les deux derniers appels que vous avez faits ? Je ne peux pas regarder, j’ai le téléphone sur l’oreille ?

Quelle couleur était la robe du 50ième anniversaire de mariage de votre grand-mère paternelle? Plus il pose de questions que je ne peux répondre, plus le ton monte et le Karim est un baveux de première classe. Il me parle avec mépris et me reprochant que ça fait 10 minutes que j’essaie de m’identifier. Ça finit par une méga engueulade et je lui rapproche au nez. Il me donne son numéro d’employé que je n’ai pas le temps de noter. De toute façon je n’ai pas de temps à perdre pour faire une plainte, mais Bell vient de baisser encore une coche dans mon estime.

J’ai connu des problèmes similaires chez Desjardins où il faut aussi avoir avec soi des documents très précis pour pouvoir s’identifier. Souvent quand on contacte le service à la clientèle on n’a pas ces documents sous la main, ce qui signifie un échec sur ce que vous avez à faire. Or, il arrive qu’on ait besoin de services en urgence et en déplacement, sachez que vous devrez dorénavant traîner une mallette pleine de papiers partout où vous irez.

Finalement Clic Sécure, pour faire affaire avec le gouvernement du Québec, il faut passer par cette identification. Personnellement j’ai 3 clicSÉCURE, clicSÉCURE Citoyen, ClicSÉCURE Entreprise, CicSÉCURE Express. J’ai besoin d’accéder environ une fois par année. Je dois avouer que je ne suis pas la personne la plus à l’ordre dans les tonnes de papier qu’on doit gérer aujourd’hui. Mais bon, je dois renouveler mon certificat de conseiller en voyages. Je suis le dédale, d’abord sur le web, ensuite je téléphone n’ayant plus mon mot de passe. Premier appel est un échec n’ayant pas avec moi deux avis de cotisation de Revenu Québec des deux dernières années. Par contre, la personne est très gentille. Je trouve les documents en question, je rappelle et une dame très serviable qui veut vraiment m’aider réussit à me guider au bout du processus. OK je vais pouvoir renouveler mon certificat. Non monsieur ça c’est seulement pour votre dossier à Revenu Québec, ça vous prend un autre ClicSÉCURE pour l’Office de Protection du Consommateur qui émet les certificats. GRAND SOUPIR; heureusement grâce à mon avis de cotisation j’ai pu renouveler le dit certificat.

Enfin hier, fort de mon certificat renouvelé, j’achète un billet d’avion à très bas prix pour le Mexique, ma cliente n’a pas de carte de crédit, on utilise celle d’un ami. La compagnie refuse le paiement parce que l’adresse pour le billet ne correspond pas à celle du porteur de la carte de crédit. Il doit être payé par virement bancaire et j’attends toujours comment faire.

Avec les vols d’identité, tout le monde est devenu fou, la première règle est de compliquer la vie des gens, d’exercer leur patience jusqu’à ce qu’ils éclatent. Je pense aux personnes moins habiles avec l’informatique et les personnes âgées aux prises avec ces énormes monstres bureaucratiques. La panique est installée dans les gouvernements, les banques, les entreprises et les compagnies d’assurances. Ce qu’ils trouvent de mieux à faire est de compliquer la vie de leurs clients et des citoyens. Alors préparez-vous à vous souvenir de la couleur des bas de mon oncle Alfred en 1957 si vous voulez être reconnus.

La folie de la cybersécurité est parmi nous, big Brother Is watching You.

Partager
Lien copié avec succès

Vous aimerez aussi

RECRUTEMENT Ville Baie-St-Paul