RECRUTREMENT Groupe LEBEL

Le 21 octobre et après ?

26 août 2019 5 minutes 117 vues

Le 21 octobre et après ?
Les élections fédérales s'en viennent. Charlevoix ne constitue plus qu'une part presque négligeable du grand comté Beauport, Île D'Orléans, Côte de Beaupré, Charlevoix. Moins que le quart des électeurs au total appelés aux urnes sont domiciliés entre Petite-Rivière-St-François et Baie-Sainte-Catherine. La majorité des grands enjeux sont donc liés à la Ville de Québec et sa banlieue dont le fameux troisième lien. Nos préoccupations à nous sont bien sûr prises en compte par les candidats, mais quand vient le temps d’établir les priorités, les dossiers traînent souvent en longueur.

Le dernier mandat libéral a été exceptionnel en raison du G7,  pas tellement pour que ça apporté, mais surtout par un déploiement jamais vu dans Charlevoix, même si nous n'en étions pas à notre premier président américain avec Howard Taft dans les années 20 et les Bush, père et fils à Sagard de même que le Français Sarkozy et peut-être d'autres plus discrets. Pendant au moins un an, le G7 a pris toute la place et le legs d'accessibilité internet qui devait en résulter ne semble pas avoir fonctionné, je ne sais pour qu’elle raison. Don si on exclut ce gros événement, que reste-t-il des quatre dernières années au plan fédéral. Depuis 1990, une bibitte fédérale survit à tous les gouvernements et c’est la SADC de Charlevoix qui s'est même agrandie jusqu’à l’île D'Orléans. C'est probablement le meilleur coup du gouvernement canadien depuis 30 ans pour aider les entreprises et les entrepreneurs d'ici. Le plus gros dossier est probablement le pont sur le Saguenay cher à notre préfet BIX. Je crois bien que le troisième lien , le Pont de Québec et le prolongement du métro de Montréal risquent fort d'être traités en priorité. Les milliards ne tombent pas du ciel et les ponts non plus. Les traversiers sont neufs et logent plus de véhicules.

Parlons un peu des candidats officiels et à venir. A tout seigneur toute honneur, notre député Sylvie Boucher, elle est partout depuis le printemps. Elle fait même venir son chef Andrew Scheer au rodéo de Saint-Aimé-des-Lacs, bonhomme sympathique qui m'impressionne par son niveau de français. Malheureusement, je ne suis pas capable d'adhérer à l'idéologie conservatrice, même si je partage quelques-unes de leurs positions notamment sur les pipelines. Mais j’ai lu quelque part que la plus grande réalisation du mandat de madame Boucher était d'avoir tenu des cliniques de demandes de passeport. Si c’est bien cela, c’est extrêmement mince. A nouveau candidate, elle pourrait profiter d'un sentiment anti-Trudeau. Cependant tout peut arriver en campagne électorale. De plus, elle sera probablement opposée à un candidat de la même ville qu'elle (Beauport) et qui  jouit d'une grande popularité. Raymond Bernier, ex-député provincial libéral, brigue l'investiture, en vieux politicien aguerri, il a monté une association de comté entièrement vouée à son couronnement comme candidat. J'en faisais partie, j'ai démissionné. Je voulais essayer de m'impliquer activement en politique comme mon père l'a fait toute sa vie. J'ai été très déçu parce que la politique se fait encore comme il y a 50 ans, l'argent mène le bal et les vendeurs de cartes de membres (même gratuites) raflent la mise. Pas de place pour les idées. Bravo monsieur Bernier, vous avez brillamment joué le jeu. Vous êtes un homme de grande valeur, mais vous n’êtes pas le candidat que j'aurais choisi. Sans faire de l’autisme, vous aurez 72 ans à la fin de votre mandat si vous êtes élu. La vie de député fédéral est dure avec toutes les représentations et les déplacements. Comme le chante ABBA « The winner takes it all ». Bonne campagne et bonne chance.

Le Bloc Québécois maintenant, 2 candidats s'affrontent pour l'investiture, la Marsouine et l'outsider. La candidature de Caroline Desbiens est semblable à celle de Nathalie Leclerc aux dernières élections provinciales. Toutes deux ont fait leurs noms dans le domaine de la culture prioritairement très québécoise. Par contre, Madame Desbiens a eu une période où elle avait des fréquentations très canadiennes en la personne de Brian Mulroney et son épouse Mila, alors député de Charlevoix Côte-Nord. Aux dernières élections municipales pour une poste de conseiller à l’île, elle a terminé troisième, ca m'a beaucoup surpris.

Est-ce que la fille de l’Isle gagnera l'investiture, je lui souhaite, car nous avons besoin d'une candidature du Charlevoix traditionnel. Quand à son adversaire à la candidature, Monsieur Hoh, s'il fait honneur à son nom, il pourrait créer une surprise, il aurait l'appui de l'association locale ce qui ne veut pas dire grand-chose. Maintenant, est-ce que le Bloc Québécois aura un sursaut de vie ou il sera relégué aux oubliettes à tout jamais? Tant qu’à moi, ça ne me fait ni chaud ni froid.

Enfin il reste le NPD et le PCF.  Le parti de monsieur Jameet Singh n'a aucun candidat déclaré. J'ai voté quelques fois NPD, mais là on dirait qu'ils sont complètement absents. D'ailleurs à ma connaissance, aucun candidat ne s'est manifesté dans notre circonscription. Je ne donne pas cher de leur peau cette fois-là. Ils feront leurs gains dans l’Ouest et à Toronto. Sauf peut-être Ruth Hélène Brosseau qui a appris le français plus vite que son ombre.

Et notre cher Maxime lui? Je l'ai vu souvent dans mes deux ans à Ottawa, un vrai nerd toujours le nez dans ces dossiers, un gros travailleur, mais avec des idées incompatibles avec le Québec et le Canada. Un Trump c’est assez, pitié. Y aura-il un candidat chez nous? Supposément. Le pire scénario serait qu'il détienne la balance du pouvoir et qu'il s'allie aux conservateurs. On ressemblerait alors à la mère patrie de l’autre peuple, la Grande Bretagne.

Faites vos prédictions pour ma part je vais tout de même miser sur Raymonde Bernier parce que j'aime le changement et les revirements, mais c’est pas mal comme au Casino, je suis loin d’être sûr que ma mise va rapporter.
Partager
Lien copié avec succès

Vous aimerez aussi

Services Mécaniques Simard