RECRUTEMENT Ville Baie-St-Paul

Marc Asselin: l'entrepreneuriat dans le sang

5 juin 2020 6 minutes 162 vues

Marc Asselin: l'entrepreneuriat dans le sang

Marc Asselin est né dans une famille d'entrepreneurs. Son grand-père Sylvio possédait le garage Asselin à l'emplacement actuel du Subway à La Malbaie. Il était également entrepreneur. Ses oncles Patrick (Pat Asselin Sports), Robert (Nettoyeur Moderne), Hervé et André (Agence Gulf) et son père Lionel (produits laitiers) ont tous mené leurs affaires dans Charlevoix pendant de très nombreuses années. Très jeune, Marc commence à travailler à l'entreprise familiale, souvent très tôt le matin, car il faut approvisionner les détaillants en crème glacée, beurre et autres produits laitiers. L'entrepôt était situé dans la rue McLean. S'ajoute la distribution du lait de la Laiterie Laval. Cette dernière fusionne avec Béatrice Food et achète Distribution Lionel Asselin qui avait beaucoup grossi avec les années et changé d'entrepôt.

À 17 ans, Marc part pour Québec pour étudier en réfrigération où il devient technicien certifié. Pendant 2 ans, il fait différents contrats en réfrigération à Québec. L'appel du voyage l'amène au Mexique et aux États-Unis à l'aube de la vingtaine. Ces voyages lui ouvrent l'esprit sur un monde de possibilités.

Au retour, il démarre sa première entreprise à Québec sur la rue Fleury où il mélange ce qu'il a appris dans l'entreprise familiale et dans ses études. Il vend des équipements pour les bars laitiers et les casse-croûtes. L'entreprise FRIGMA est née. Pendant 5 ans Marc se fait la main dans un domaine qu'il connaît très bien. Puis il vend ses parts à son associé. Il a un grave accident de la route alors qu'il s'endort au volant tard le soir dans le Parc des Laurentides. Son véhicule est une perte totale et est incendié, mais il est éjecté par le pare-brise et s'en tire. Il aura cependant une pause obligée de 8 mois. Il se rend compte que le marché de la crème glacée n'est pas très fort en hiver. Et grâce à un contact à Vancouver, il intègre le monde des machines à café haut de gamme de marque Simonelli. La personne de Vancouver lui envoie 5 machines en consignation et en deux semaines elles sont toutes vendues dans Charlevoix (elles peuvent valoir de 2000$ à 10000$). Il poursuit sous le nom de FRIGMA à Québec dans les équipements pour le café, la crème glacée (gelato) et les pâtes alimentaires fraîches. Marc aime commercialiser des équipements qui donnent une valeur ajoutée à ses clients. Il a alors 24 ou 25 ans. Il s'implique dans l'ouverture de plusieurs halles dans la ville de Québec et celle de Montréal. À ce stade, il importe directement ses machines de l'Italie et il se rend dans ce pays à tous les trois mois à Marcherata sur la Côte Adriatique. Il ouvre une place d'affaires sur la rue Jean Talon à Montréal. Il fait la conception de restaurants et vend beaucoup de machines à café. Arrive la crise des taux intérêt de 1984 qui frappe durement, il a deux restaurants à Québec dans l'immeuble du célèbre chef Serge Buissières sur la rue Saint-Jean. Il y a Joli Joli Gelato et le restaurant La Raclette. En 1987, il vend ses entreprises. Il est maintenant marié et a un enfant. Déjà à 30 ans, il a bagage appréciable. Il s'installe sur la rue Kirouac dans Saint-Sacrement pour continuer à vendre des machines à café. Il devient agent manufacturier pour Simonelli pour le Canada et les États-Unis, c'est-à-dire qu'il a des vendeurs à travers le continent et il coordonne la distribution. Il s'occupe de faire approuver les machines aux États-Unis par les agences réglementaires. Il gère de 18 à 20 employés.

Capture d’écran 2020-06-04 à 22.14.00

Il rencontre une Américaine, Caroline Israël qui est la mère de son deuxième enfant, Justin. Il déménage à Boston toujours comme agent manufacturier, mais le marché de cette ville est dur à percer. Sa conjointe qui travaille comme agente de bord à Pan Am est transférée à San Francisco, il la suit tout en demeurant agent manufacturier puis peu après il débarque à San Diego, il y reste 10 ans de 1992 à 2002. À San Diego, son entreprise se déploie. Il fonde New World Coffee, qui distribue des machines à café haut de gamme, qui torréfie du café, qui offre des services de traiteurs et qui manufacture des chariots à café sur mesure. Il emploie 40 personnes dans ses différentes activités.  Il fonctionne aussi avec le nom de Café Voilà. Son entreprise de chariot se nomme Euro Cart System, il en fabrique 75 dont 5 seront vendus à Djakarta en Indonésie. Un chariot se détaille environ 40 000$, machine à café incluse. Il implante des stations de café de luxe dans des "car wash" et autres salles d'attente. Dans les grands édifices sans service de restauration, il s'allie avec des agents d'immeuble pour y installer des chariots mobiles.

Capture d’écran 2020-06-04 à 22.16.58

Après cette période intense, il se retrouve de nouveau à Boston et suite à des rencontres dans des expositions à Las Vegas, il devient d'abord vendeur de chapiteaux pour une compagnie de Montréal à San Diego et vendeur de minibus Girardin dans tous l'ouest américain. Il s'ennuie, car ces produits n'ont pas cependant de valeur ajoutée malgré la grande qualité des minibus. Il commence à penser à revenir au Québec. Il se sépare de son épouse américaine et il rentre au pays en 2002. Il a plusieurs offres à Montréal ,car il est un vendeur hors pair. Son père vient de décéder et il veut se rapprocher de sa famille. Son plus vieux Phillipe est à Québec et commence à se distinguer dans le monde du skate board (nous y reviendrons). Il arrive avec les oeillères ouvertes au maximum, car la Californie ça change son homme. C'est le monde de tous les possibles et de tous les impossibles. Il renoue avec un de ses premiers amours, Brigitte Lapointe fille de David Lapointe des Chalets Bellevue de Cap-à-l'Aigle. Après un an de fréquentation à distance, le match est confirmé et se poursuit toujours aujourd'hui. Il achète l'ancienne maison de monsieur Alfred Warren sur la rue Richelieu et y ouvre un café de style californien, le Café Chez nous, extrêmement connu aujourd'hui.

[gallery ids="71970,71971,71972,71973,71974,71975,71976,71977"]

Le Café chez nous existe depuis 18 ans, il s'améliore constamment depuis ce temps. Avec des piliers comme le chef Aldo Florès (là là), la mère de Marc Berthe Hélène Dufour, Sophie Taché, Isabelle Desmeules et plusieurs autres, le café est un endroit avec un clientèle plus que fidèle et offre des cafés délicieux et une cuisine savoureuse et variée. Son fils Justin a fait une partie de ses études secondaire au Plateau et encore maintenant chef au 4 Seasons Hilton au Colorado où il vit avec sa mère. Philippe est maintenant établi à demeure dans Charlevoix. Il est maintenant très présent au café, car il se prépare à prendre la main et à suivre les pas du paternel. Nul doute que le Café chez nous sera entre bonnes mains.

PF

La COVID a frappé dur mais Marc en a vu d'autres, il est résilient et déterminé. À preuve, pendant la fermeture ils ont fait des rénovations, refait les planchers et nettoyer la cuisine à fond. Depuis le 1e juin, on peut se procurer de l'excellent café et acheter des plats pour sortir. Ils espèrent que le 15 juin sera la date où ils recommenceront à servir, du moins, en terrasse. Peut-être lors d'un prochain article, on pourra reparler plus en détail des 18 ans du Café Chez Nous. D'ici là ne vous gênez pas pour aller saluer Marc, Philippe et Aldo.

 

 

 

 

 

 

 

Partager
Lien copié avec succès

Vous aimerez aussi

Le Festif de Baie-St-Paul