RECRUTREMENT Groupe LEBEL

Mauvaise passe pour Charlevoix

30 sept. 2019 4 minutes 309 vues

Mauvaise passe pour Charlevoix
Le mois de septembre a été dur pour l'économie charlevoisienne . D'abord la saison touristique s'est terminée et on voit très vite la baisse de l'achalandage, surtout en semaine. Mais ça c'est normal. La papetière RÉSOLU a commencé le mois en arrêt de production obligeant ses employés à rentrer à la maison sans les salaires normaux qu'ils auraient dû toucher. L'avenir du papier journal est incertain et les quelques 125 emplois de l'usine sont sur la corde raide d'autant plus que l'approvisionnement en fibres semble difficile. Tout le monde se croise les doigts pour l’avenir de RÉSOLU seule entreprise de très grand gabarit de la région. La productivité des travailleurs et de la machine 5 suffira-t-elle à garder l'usine en vie? Espérons ne pas se lever un matin avec une annonce de fermeture. L'histoire du Casino à Québec nous a aussi donné des sueurs froides. La poussière est un peu retombée, mais je ne pense pas que tout a été dit. Il faut rester vigilant d'autant plus que les revenus du Casino sont en baisse. Maison Mère ne nage pas non plus dans la facilité. Avec un déficit de 400 000$ épongé par la Ville Baie-Saint-Paul et une infirmerie non vendue et non utilisée, Jean Fortin se promène avec son tube de Tylenol pour atténuer ses maux de tête. C'est un immense défi à moyen et long terme de rentabiliser les opérations de ces immenses bâtiments. Espérons que ça ne finira pas par un immeuble de condos au cœur de Baie-Saint-Paul.

Alphonse et Dorimène se retournent dans leurs tombes

Déjà les caisses populaires avaient franchi le pas en fermant plusieurs points de services locaux.  Fleuve et Montagnes (Ouest) ont déjà fermé Saint-Urbain, Petite-Rivière, Les Éboulements et bientôt Saint-Irénée. Cette année, c’est la caisse de Charlevoix-est qui annonce la fermeture des caisses locales de Saint-Aime-des-Lacs, Notre-Dame-des- Monts, Pointe-au-Pic et Baie-Sainte-Catherine. Pour l'ensemble de Charlevoix, cela fait huit points de service en moins, c’est ÉNORME. Ça veut dire moins de service pour la population et en particulier pour les personnes âgées et celles à faible revenu (moins intéressantes pour les caisses). Aussi il y aura fort possiblement des immeubles ou locaux désaffectés dans les cœurs villageois. A force de se retourner dans leurs tombes Alphonse et Dorimène Desjardins doivent avoir passé au travers du bois. Heureusement on ne parle pas de perte d'emploi. N’empêche que lorsque que j'appelle à la caisse de La Malbaie, c’est à Montréal ou à Lévis qu'on me répond.

Autres mauvaises nouvelles, le Pierre Narcisse fait faillite, Bijouterie Rayon d’or au Centre Le Village va fermer si non vendu. Ces commerces sont installés de longue date à Baie-Saint-Paul et vont laisser des vides dans deux endroits commerciaux importants. Espérons que des repreneurs se présenteront. La Ville et la MRC par leurs services de développement économique devraient s'en mêler pour protéger la trame commerciale. L'annonce du report d'un an du Club Med amène aussi une certaine déception. Ces 400 emplois auraient été bienvenus en 2020 malgré la pénurie qui existera toujours en 2021. L'usine de pot médicinal ne finit plus de s'allumer, sa soif d'électricité la fait bouger dans la côte de Pérou. Supposé projet de 100 millions et 400 emplois, on le croira quand on le verra.

Le feu s'en mêle

Pour couronner le tout, une des rares épiceries de village de Charlevoix, le marché Lapointe, part en fumée. Depuis près de 80 ans que les Clermontois y trouvaient l'essentiel de leurs besoins de base, il fut un temps où c’était la bière et les cigarettes. L'offre était plus diversifiée avec des plats cuisinés et une gamme de produits plus étendus. Il serait très surprenant que l’épicerie soit reconstruite, ce qui laissera un grand trou au cœur de la ville. Une dizaine d’emplois perdus, un lieu d’échange et de convivialité disparu. Même si ce n'est pas en septembre, c’est toujours un peu déprimant de voir le bâtiment du Café de la Gare à Pointe-au-Pic inoccupé.

Non septembre n'est pas fini et il n'a pas été facile. Charlevoix ne baissera pas les bras, si rien ne se perd, il faudra relever nos manches collectives pour palier à ce qui est perdu ou supporter ce qui est en péril. Dans cette ère ou des niveaux records d'emploi sont atteints, ou beaucoup d'entreprises ont le vent dans les voiles, on dirait toujours que Charlevoix fait bande à part avec toutes sortes de difficultés qui font qu'il y a perte d'entreprises ou retards de projets (ne pensons qu'au quai de Pointe-au-Pic).  Espérons qu'octobre nous apporte de bonnes nouvelles venant entres autres du secteur agroalimentaire qui se porte bien. La nouvelle mouture du projet du Havre à Pointe-au-Pic sera aussi rendue publique pour dynamiser un secteur qui a bien besoin. Un peu d'air frais nous ferait du bien cet automne.

Serrons-nous les coudes comme nous avons su le faire dans le passé et nous y arriverons.

Partager
Lien copié avec succès

Vous aimerez aussi

Josette McNicoll septembre