RECRUTEMENT Ville Baie-St-Paul

Michel-Alexandre Proulx ne lâche pas la patate

1 oct. 2020 6 minutes 343 vues

Michel-Alexandre Proulx ne lâche pas la patate

Michel-Alexandre Proulx habite Charlevoix depuis vingt ans, mais c'est dans les Hautes-Laurentides, à Sainte-Véronique plus exactement qu'il voit le jour il y a 65 ans. Il est le plus jeune d'une famille de 8 enfants. Son père est bûcheron dans cette région de forêts et sa mère s'occupe de la nombreuse maisonnée. Il commence sa scolarité dans son patelin pour la terminer à Sainte-Thérèse de Blainville. Il fréquente le Conservatoire en Art Oratoire où il perfectionne sa diction, la phonétique et la lecture. On peut toujours deviner dans son parler les relents de cette noble formation qui se sont adoucis du terroir charlevoisien.


Il fait carrière en radio et en télévision, plus particulièrement à CHOI-TV, télévision communautaire de Saint-Jérôme qui existe toujours aujourd'hui. Il fait aussi de la radio à Maniwaki, Blainville et Laval. Dans Charlevoix, il anime pendant un an La ballade du dimanche à CIHO.


À 45 ans, il décide de tout plaquer et d'aller vivre en campagne. Il se marie en Italie et pendant 14 fins de semaine ils visitent les régions du Québec à la recherche de son Eldorado. Son choix se porte sur Charlevoix. Il sait déjà qu'il veut se rapprocher de la culture maraîchère. Ses premiers plans de tomates plantés sous des sapins sont un échec retentissant. Sa première année, il la passe à Petite-Rivière-Saint-François. Les 6 suivantes, il se pose en insulaire au Vergers Pedneault où il est vendeur et cueilleur. Mais il fait un jardin et il se passionne pour cette activité. Il retraverse le fleuve pour les Jardins du centre où sa passion se confirme en même temps que germe en lui un projet de jardin communautaire. Après 5 ans, il se lance dans le projet des Grands Jardins d'Alexandre. L'expérience débute au Bas de la Baie, mais la terre est capricieuse et ne donne pas toujours les résultats dans le type d'agriculture totalement biologique que pratique Alexandre. De plus, les passants sont rares pour vendre les légumes au jardin.


DSC_0147


Il déménage son jardin, qui est un organisme sans but lucratif, dans le rang Saint-Laurent sur des terres louées qui sont parmi les meilleures de Charlevoix. La rosée matinale de la Rivière du Gouffre est un véritable don de la nature. Sa devise est l'agriculture de proximité, de la main-d'œuvre bénévole travaille avec lui au jardin. Au début ils étaient 30, mais il y avait toutes sortes de difficulté dont la fiabilité ou la capacité physique. Aujourd'hui, ils sont 4 réguliers, mais ils en font autant. Ce sont des retraités actifs qui aime le jardinage.


DSC_0144


Alexandre est fier de ne pas avoir eu de vers gris cet été. Cela est dû simplement à sa méthode de culture, car il sème sur couvert végétal dans le trèfle comme on dit. Les fameux papillons aiment la terre retournée et nue. Comme il n'y a aucun labour, ils ne sont pas attirés par les jardins. Comme tout bon cultivateur biologique, il repousse Monsanto et son round-up qui font l'objet de tenaces et vindicatives critiques. Il semble que les principaux  ennemis des légumes d'Alexandre soient les ratons laveurs et les corneilles.




[caption id="attachment_75682" align="alignnone" width="1024"]couvert végétal couvert végétal[/caption]

Notre homme est aussi un as du marketing, il sait attirer l'attention. Cela lui vient peut-être de ses 25 ans dans les médias. Son premier coup d'éclat, c'est cette affiche qui proclame que manger des légumes c'est comme faire l'amour, c'est bon souvent. Et hop il se bâtit une clientèle fidèle qui revient le voir souvent. Son affiche est photographiée des centaines de fois par les touristes. Il change le nom pour Les Grands Jardins de Charlevoix et il est en train de finir de peinturer en jaune tous les bâtiments et autres accessoires de l'installation, ce qui en fait une véritable attraction du rang Saint-Laurent. Les locaux viennent lui porter des poches de cendre qu'il utilise comme engrais. Sa dernière trouvaille est la compétition internationale du lancer de la patate qui consiste à lancer un tubercule dans un seau situé à 50 pieds et les résultats sont donnés chaque jour sur Facebook.


DSC_0139


Mais le plus beau dans tout ça, ce sont les légumes, ils sont beaux, il sont gros et ont l'air très heureux de leur condition. Alexandre et ses amis se préparent pour l'hiver, mais Les Grands Jardins de Charlevoix sont toujours ouverts jusqu'au 21 octobre. Si vous n'avez pas l'occasion de faire l'amour trop souvent, arrêter là où c'est jaune dans le rang Saint-Laurent ne serait-ce que pour essayer le lancement de la patate.




[caption id="attachment_75690" align="alignnone" width="1024"]Comptoir de vente Comptoir de vente[/caption]

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager
Lien copié avec succès

Vous aimerez aussi

Marché public La Malbaie