Josette McNicoll septembre

On fête en grand ses 98 ans!

12 nov. 2019 6 minutes 129 vues

On fête en grand ses 98 ans!
Mercredi le 06 novembre dernier, au Centre d’Accueil Pierre Dupré de Baie-St-Paul, se tenait un événement spécial pour Mme Olivine Bluteau qui fêtait ses 98 ans entourée de ses enfants et amis.

Comme on dit, le temps passe trop vite…il faut profiter de chaque moment…   98 ans, c’est un exploit pour cette dame… exploit qu’on ne pouvait passer sous silence.


Madame Olivine est la seule survivante de la famille Bluteau.


Avant de poursuivre, voici un album photo de son anniversaire de 98 ans.


[gallery columns="8" ids="64481,64470,64487,64471,64474,64476,64472,64478,64486,64491,64475,64477,64483,64488,64473,64485,64484,64480,64469,64503,64507,64505,64500"]

Pour l’occasion, ses enfants voulaient lui rendre hommage.


Nous vous partageons ici un portrait de  la petite vie d’Olivine Bluteau.

 Texte de sa fille Chantale

C'est dans le rang de la Martine, à petite-Rivière-Saint-François, le 6 novembre 1921 que naît une belle petite fille, qu’on baptisa Olivine la journée même. Elle est la deuxième de la famille d'Elzéar Bluteau et d'Albertine Tremblay qui ont eu 14 enfants.

À la petite école de la Martine, Olivine se montre disciplinée, intelligente et studieuse. Elle est la meilleure en classe et elle sait son catéchisme par cœur et s’en rappelle encore.   En juin 1933, elle termine sa sixième année avec brio. Elle n'a que 12 ans, mais elle doit déjà quitter l'école pour aider ses parents à la maison et sur la terre.  Elle était la coqueluche du village, une jeun e fille très fière et coquette et c’est toujours le cas aujourd’hui avec ses 98 ans.

Samedi le 14 mars 1936

Des pluies torrentielles, de la neige, de la glace… Un désastre. Un événement effroyable s’abat à Petite-Rivière-Saint-François, mais plus précisément sur le rang de la Martine. En l’espace de quelques heures, on apprenait que la famille d'Elzéar Bluteau et d'Albertine Tremblay, du rang La Martine, avait failli périr.

Plus tard, cours d'une autre avalanche de neige, de glace et d'eau, cinq enfants sur dix sont morts lors de cette catastrophe. Il s’agit de Gérard,11 ans; Léger, 8 ans ; Louis Cyr, 5 ans, Thérèse, 4 ans ; Gisèle, 6 mois.

La famille éplorée de Monsieur et Madame Elzéar Bluteau s'est réfugiée chez des voisins.

« La tragédie de la Petite-Rivière-Saint-François offre des détails poignants. Monsieur et Madame Elzéar Bluteau dormaient paisiblement, vendredi matin dans leur demeure, quand un fracas effroyable les réveilla. La maison avait cédé sur ses bases. Les fondations étaient parties. Les murs s'effondrèrent et l'eau pénétra en abondance dans les pièces dont les planchers cédèrent à leur tour. Les meubles furent entraînés avec les autres débris dans le torrent qui s'était formé. Le jour suivant, on aperçut les petits lits des enfants qui suivaient le fil du courant. »

 Madame Bluteau saisit la plus jeune de ses fillettes et à grande peine, pu sortir du flot qui descendait vers le fleuve.

Cinq enfants dont Jean-Marie, Olivine, 14 ans, Alban, Pauline et Jeanne d’Arc, plus âgés que les autres échappèrent à la mort grâce à leur mère et à quelques voisins accourus sur les lieux sitôt que le fracas de l’effondrement eut attiré leur attention.

Devant cette tragédie, le curé en appelle à la solidarité des paroissiens. Aussitôt, la corvée s'organise. Quelques semaines après le désastre, la maison est reconstruite.

La vie reprend son cours, mais la tristesse et la peine étaient toujours aussi présentes.

Un jour, des hommes viennent voir M. Elzéar pour du bois. Alban le frère Olivine, lui mentionne qu’un de ces hommes serait parfait pour elle.  Il s’organise donc pour le faire entrer dans la maison.

Olivine le trouve grand, fort et très beau.

Elle demande à son père qui est ce beau jeune homme ?  Son père lui répond que c’est un gars de St-Fidèle et qu’il travaille au Café St-Jean.  Elle demande à son père de l’inviter à la maison.  De fil en aiguille, elle tombe amoureuse de ce beau jeune homme Sylvio Savard.

Nous étions rendus au premier jour de février 1938, Sylvio lui raconte un peu sa jeunesse et lui avoue qu’il est fiancé avec une fille de St-Fidèle, Marie Boudreault.  Quelle ne fut pas la surprise d’Olivine qui lui demande alors de choisir entre les deux.  Sylvio était tombé amoureux d’Olivine et c’est elle qu’il choisit.  Il lui mentionne qu’il va appeler la fille de St-Fidèle Marie Boudreault pour lui annoncer. Mais Olivine plus ratoureuse, dit à Sylvio qu’elle va plutôt écrire une lettre à cette fille pour lui dire que tu te maries le 23 février 1938 avec Olivine Bluteau.  WOW !  Il fallait être jeune et amoureuse.

Elle avait 16 ans et elle épousa le beau Sylvio qui lui  a 24 ans. C’est le 23 février 1938, à Petite-Rivière-Saint-François, « qu’ils convolèrent en justes noces ». Ils vécurent quelques mois à St-Fidèle, mais l’ennui et le mal du pays les ramènent à Petite-Rivière-St-François.

De cette union, sont nés 14 beaux-enfants, la famille se complétant avec 27 petits-enfants et 40 arrières petits-enfants.

Papa nous a quittés à l’âge de 80 ans.  Maman disait toujours qu’il allait tous nous enterrer…combien de fois nous l’a-t-elle répété...

Mais elle s’est trompée, car c’est elle qui est toujours avec nous !

Et nous avons la chance de la voir vieillir…

Elle a marié ses 11 enfants vivants. Elle qui était très catholique, c’était très important que ses enfants se marient.  Elle a beaucoup de difficulté à accepter que les temps aient changé et surtout la religion.   Nous avons droit quelques fois à un petit sermon de sa part…mais cela fait partie de son charme. Que ce soit, ses enfants, petits-enfants ou ses arrières petits-enfants.  pas de passe-droit !

Nous pouvons dire qu’Olivine


Est une femme coquine


Elle a son style bien à elle


Bien coiffée, bien habillée


Et toujours aussi belle


Chapeau blanc, bleu, vert, jaune, marron


Un pour toutes les occasions


Même à 98 ans, elle porte son chapeau


Avec la petite fleur assortie.


Sa garde-robe en dit long sur ses convictions


Robes longues, courtes, frivoles, classiques


C’est magique !!


Elle aime la danse et


Elle suit  la cadence


Avec ses souliers à talons hauts


Elle est toujours prête à danser le tango !


Elle joue de l’accordéon


Et tous les rigodons


Toujours prête à donner


Toujours prête à pardonner


Elle est très généreuse


Et de loin, la plus courageuse


Elle ne cesse de nous étonner !


 

L’automobile, le téléphone, la télévision, l’internet


Elle a évolué à travers toutes ces découvertes


Des joies, des peines et beaucoup d’amour


Elle en a vécu plus qu’à son tour


Nous parlons d’une vie de 98 ans….


Nous t’aimons beaucoup !


Merci à toi, MAMAN d’être là


Et comme tu le dis souvent :

Dans l’bon vieux temps ça s’passait d’même,


Ça s’passait d’même dans le bon vieux temps…


Mon Charlevoix vous souhaite un joyeux anniversaire Madame Bluteau et plusieurs autres années en santé!


Et pour citer une parole de la chanson "Place des Grands hommes" de Patrick Bruel:  




"et si on donnait rendez-vous dans 2 ans pour vos 100 ans"!


Partager
Lien copié avec succès

Vous aimerez aussi

LA VUE no. 1