Services Mécaniques Simard

Craig Clow, un Charlevoisien doublement champion

13 mai 2022 5 minutes 749 vues

Craig Clow, un Charlevoisien doublement champion

Qu’est-ce qui pousse un jeune adolescent de Montréal ne parlant pas français à s’établir dans Charlevoix loin de sa famille? Très jeune, il venait tous les étés dans la maison du Docteur McKenzie à Cap-à-l’Aigle et durant ces vacances il côtoyait les jeunes de la place et s’était fait des amis malgré la différence de langage. Un peu tard, ils ont emménagé dans la maison de la famille Wright qui avait déménagé à Boston. La maison datait de 1904. On est à l’époque où les villégiateurs (Taft, Wright, McKenzie etc.) délaissent un peu leurs quartiers d’été où ils passaient un ou deux mois. Leurs maisons deviennent disponibles pour une nouvelle clientèle particulièrement de Montréal.


La mère de Craig adorait Charlevoix et son fils a suivi le même fil. Ils viennent toutes les fins de semaine et plus longtemps dès que Craig à l’âge de 8 ans. Il s’attache beaucoup à Cap-à-l’Aigle. Il travaille un peu à la ferme chez Adolphe Dufour et il assiste à la naissance du Mont Grand Fonds et ça va changer sa vie. Il prend la décision de rester à plein temps dans Charlevoix. Normalement il n’a pas droit à l’école francophone parce qu’il ne parle pas la langue, mais il convainc Paul-Henri-Jean de l’accepter à la Polyvalente du Plateau à l’âge de 16 ans. C’est à ce moment qu’il commence à parler français faisant une des personnes les plus bilingues que j’ai jamais rencontrées. Les débuts sont difficiles, il est seul et a peu d’amis, les jeunes de l’époque n’étant pas habitués à la diversité. Un ami, Éric Sieb de Cap-à-l’Aigle parle anglais et ils deviennent co-locataires.


Ce qui passionne Craig et ce qui est son intérêt prioritaire c’est le ski. Il est un des skieurs pionniers du Mont Grands Fonds. Avec Bruno Gagné, Paul Falardeau et Paul Warren ils dévalent les pentes dans le style casse-cou.



C’est le plongeon qui amènera et ses amis au ski acrobatique. Jean Corriveau, champion très connu originaire de Chicoutimi qui est un plongeur performant et Pierre Poulin avec Craig formeront la cellule de futurs champions internationaux qui ont commencé au Mont Grand Fonds. Il tient à souligner le rôle important qu’a joué monsieur Jean Bergeron dans son cheminement. Alors qu’il veut donner des cours de ski gratuit. Il lui donne une chance en lui défiant de parler français en 3 mois ce que Craig a réalisé, avec l’accord du directement de la station, Alain Bouchard, ils aménagent un saut dans les sous-bois pour s’entraîner. Le but, se qualifier pour la coupe du mode de ski acrobatique, un sport encore en développement à l’époque. Craig se qualifie et se joint au Quebec Air Force qui comprend aussi les frères Laroche de Québec. À partir de ce moment, Craig passe ses hivers en Europe sur le circuit de la Coupe du monde et il revient chaque été travailler au Manoir Richelieu.



En 10 ans de compétition, il est multiple champion du monde. Ils compétitionnent aussi aux États-Unis, en Californie et au Nouveau-Mexique. Mais c’est à Tignes dans les Alpes françaises qu’il débute un nouveau projet à sa retraite de la compétition. Pendant 6 ans il enseigne à la station de ski possédant le plus grand glacier skiable à l’année. Cependant, il n’oublie jamais Cap-à-l’Aigle et il rentre chaque été pour un ou deux mois.


.le temps où le monde du ski ne lui offre plus les défis dont il a besoin. Il crée la compagnie ACTION/FASHION qui se spécialise dans les défilés de mode sportifs. Il est basé à Calgary pendant les Olympiques, à Las Vegas et à Paris. IL travaille étroitement avec la compagnie SALOMON, très connue dans le monde du ski. Parallèlement il commence à pratiquer le golf avec le seul exemplaire de bâton en acier. Il est membre au Club de golf du Manoir Richelieu.



Jusqu’à ce moment, il a vécu la vie de jet set, de pays en pays, dans les stations de ski les plus huppées tout en étant champion du monde. Comme il dit lui-même, c’était beaucoup de partys. Dans la cinquantaine, Craig fait un virage à 180 degrés qui débute à la piscine de la polyvalente. Chantale Lavoie est celle qui lui donne sa première motivation, nager une simple longueur de piscine. Il arrête de fumer et de consommer de l’alcool et vise la traversée du grand lac en quelques petits mois d’entraînement et il réussit son pari. L’athlète qui sommeillait en lui s’est réveillé et pas juste un peu. C’est le début d’une quasi-résurrection et l’équivalent de l’atteinte d’un championnat du monde pour son propre bénéfice. Il perd 40 livres, il va au gym avec persistance et commence par s’inspirer des enfants qui font de l’activité sportive, ce qu’il voit dans leurs yeux l’émerveille et l’encourage pour son entraînement. Il recommence à compétitionner à de bons niveaux pour son âge. Il a 5 demi-Iron Man à son actif et il est en amour avec le triathlon de Charlevoix et il participe à chaque fois qu’il le peut. 





De toute façon son cœur est toujours ici et il se considère comme un Charlevoisien même s’il habite maintenant à Montréal par obligation. Il est dans le commerce international, notamment avec la Chine et avec ce qui se passe actuellement ce n’est pas facile, le transport international des marchandises est sens dessus dessous. J’ai eu l’occasion de jouer une partie de golf avec Craig récemment, il a l’attitude d’un champion et de compétition. Même si le tournoi est social, il est concentré sur sa partie et il a du talent pour ce sport comme probablement dans beaucoup d’autres.



Même si je l’ai connu quand j’avais 14 ans, Craig était toujours un peu un mystère pour moi. Nous entendions parler de ses exploits en ski acrobatique et ses victoires au Globe de Cristal, mais les médias locaux ne semblaient pas en parler. Pourtant sans aucun doute, Craig est l’un des nôtres. Un Charlevoix qui fut pionnier de son sport pour être une première fois champion et une personne méritoire qui est redevenue un athlète dans la cinquantaine pour un autre championnat plus personnel.


Par Claude Harvey



Partager
Lien copié avec succès

RECRUTREMENT Groupe LEBEL