RECRUTREMENT Groupe LEBEL

Des plantes pour nous soigner grâce à Marie-Claude Sagala

14 mars 2022 3 minutes 1256 vues

Des plantes pour nous soigner grâce à Marie-Claude Sagala

Marie-Claude Sagala habite Cap-à-l’Aigle et La Malbaie depuis plus de 30 ans. À Montréal, elle a rencontré un r est en contact avec ce secteur professionnel et veut se destiner à devenir pharmacienne (elle aura de la suite dans les idées). Au cégep en sciences santé, elle se rend compte que cette profession nécessite une bonne connaissance de la chimie et elle n’aime pas vraiment cette matière. De plus en parlant avec un étudiant en pharmacie, elle apprend que les expériences à l’université obligent une grande utilisation de l’anglais et elle n’a pas vraiment le don des langues.


Maintenant installée dans Charlevoix, elle doit s’établir, car un enfant, Ève, est arrivé. Une situation lui fait comprendre que l’administration et la comptabilité sont en demande dans la région. Elle s’inscrit au Cégep à distance en administration et par la suite à l’UQAC dans le même domaine. En 1979, elle commence à faire des rapports d’impôts. D’une quinzaine la première année, sa clientèle est toujours en augmentation et elle est remarquée par Benoît Côté, comptable, qui la prend à son service. Elle va y travailler de très nombreuses d’années.


Voulant diversifier ses activités, elle s’intéresse à l’herboristerie ou les soins par les plantes. Cette activité lui procurait un équilibre avec son travail plus clérical. Elle se demandait si elle aurait la force physique nécessaire pour créer et entretenir des jardins où elle fait pousser des dizaines de variétés de plantes. À sa grande surprise, elle y arrive très bien et est même plus forte aujourd’hui qu’au début de sa pratique en 2004. Elle veut être rigoureuse et sérieuse et elle suit une formation approfondie de 1099 heures avec l’Herbothèque, herboristerie tradionnelle. Elle lit aussi des centaines de livres.


L’herboristerie est un mélange de tradition et science, car de nos jours on connaît beaucoup mieux les propriétés moléculaires des plantes et les effets sur le corps humain. Elle sème ses premiers jardins dans le rang Sainte-Mathilde pour se déplacer sur le Chemin des Loisirs où elle bénéficie d’un grand terrain pour ses vivaces et ses annuelles. Elle cueille également des plantes sauvages comme l’achillée mille-feuille, la verge d’or ou l’armoise ou des espèces communes comme les marguerites. Ces plantes en herboristerie sont appelées des SIMPLES. Comme nous avons un climat semblable à la Chine et que ce peuple est le leader en herboristerie traditionnelle, il est possible de faire pousser certaines plantes asiatiques. Marie-Claude aime la nature diriger son jardin tout en exerçant une constante surveillance, car certaines espèces veulent prendre toute la place.


La transformation se fait de différentes façons. Pour les tisanes, on les fait sécher, on transforme en concentré liquide, en teinture mère, en pommade ou en gouttes. Typiquement, on remplit un pot mason de plantes ou parties de plantes, Marie-Claude utilise le vinaigre de cidre plutôt que l’alcool pour la macération. Cette dernière dure jusqu’à un mois et on recueille le liquide.




À la différence du phytothérapeute qui ne fabrique pas ses remèdes, l’herboriste a la connaissance intrinsèque de ses outils de travail. Elle ne fait cependant pas de diagnostic, ses actes sont strictement réservés aux professionnels de la santé. Elle est constamment en formation. Elle termine une autre longue formation d’herboriste naturopathe. Ses semis pour l’été qui vient sont déjà en route et pour sa santé elle pratique le vélo sur une base régulière. Elle prend des vitamines parce c’est important et s’adonne à sa passion sans excès.



Vous pouvez en sa voir plus sur la boutique en ligne sur le magnifique site web de Marie-Claude Sagala : https://www.marieclaudesagala.com/


Partager
Lien copié avec succès

Josette McNicoll septembre