Caroline Desbiens pour St-Jean-Baptiste

Charles Roberge, un genre de curé Labelle

20 mars 2019 4 minutes 378 vues

Charles Roberge, un genre de curé Labelle
DSC_0001 - copie 2

Entendre l'histoire de M. Charles Roberge m'a fait penser au curé Labelle dans les «Pays d'en haut». Un battant prêt à se battre corps et âme pour son projet. Le président de «Sentiers Québec-Charlevoix» a lutté plusieurs années avant d'avoir de l'avancement dans son dessein du Parc des Hautes-Gorges, la Traversée de Charlevoix.

Natif de Québec où il complète ses études, M. Roberge, s’implique rapidement au niveau du communautaire et du biologique. Dès l'âge de 19 ans, il fonde le «CRAC», une épicerie bio située à Québec. Il est aussi un membre fondateur d'un entrepôt coopératif pour l'alimentation naturelle. Ses actions communautaires le guident également vers  le premier organisme provincial au niveau de l'agriculture biologique au Québec. En 1973, il déménage dans Charlevoix et s’installe à St-Aimé des Lacs en reconstruisant morceau par morceau, une ancienne maison qu’il a achetée à Pointe-au-Pic.

DSC_0006 - copie

En 1974, il s’implique au niveau d’un projet du Parc des Hautes Gorges. «À ce moment, dans Charlevoix, les emplois étaient vraiment concentrés au niveau de la forêt et du tourisme».

En 1985 avec des amis, il va créer le guide des montagnes de Charlevoix avec comme principal sujet le fameux parc des Hautes-Gorges. Il en sera le directeur attitré. Suite à ce projet, dans les hautes instances, ils émettent une loi pour créer de nouveaux parcs et le parc national des Hautes-Gorges en fera partie. Le plan est approuvé à la grande joie des fondateurs. Mais peu de temps après, on lui annonce que son projet ne verra finalement pas le jour... « Quoi! Ça fait plus de dix ans qu'on en parle, tout le monde était d'accord et là ça avorte! Nous ne reculerons pas! Vous allez voir que ce n’est pas comme ça que ça va se passer! » (voilà mon analogie au curé Labelle ;) ) Les fondateurs ont donc fait une conférence de presse avec tous les médias pour exposer le litige et ont fait signer une pétition pour faire changer les choses. «Regardez-moi ben aller! On va relever nos manches et on va faire de quoi! » Il fait deux choses importantes suite à cela, il paye de sa poche et écrit une charte pour protéger son territoire et fait un plan de développement du tourisme dans la région. Et bien vingt-cinq ans après les premières démarches, le parc a été installé. (curé Labelle ;) ) Il assiste enfin à la naissance du projet pour lequel il s'est tant battu, la Traversée de Charlevoix.

DSC_0007 - copie

« La liberté et l'indépendance du droit de vivre chez nous c'est important. Je me suis vite rendu compte que les gens de Charlevoix ont des racines profondes et ils croient en leur pays». La première chose qui l'a inspiré pour agir ainsi quand il est arrivé dans Charlevoix, c'est Menaud, maître-draveur de Félix-Antoine Savard qui est rapidement devenu son livre de chevet.

Dernièrement, une fusion entre deux entités a été complétée; «la Traversée de Charlevoix» avec «Les Sentiers de la Capitale». Du sang neuf est également nouvellement au sein de l'équipe, M. Justin Verville-Alarie, un jeune gestionnaire du milieu de l'économie sociale, qui a été formé en aménagement du territoire et en gestion de projets. « Il succédera à Mme Johanne Leduc et M. Alain Marcoux, les deux anciens DG, à qui nous devons d’immenses remerciements pour leur fidélité, leur dévouement et leur compétence pendant de longues années », a ajouté M. Roberge. Son rêve va bon train, ils ont établi un réseau de cent kilomètres de longueur. Un circuit qui est réalisable en sept jours. Et à cela s'ajoute un quatre-vingt-cinq kilomètres de circuits journaliers qui sont accessibles avec la petite famille. Par contre, il était important pour l'organisme de garder l'aspect défi.
sans-titre



[caption id="attachment_55364" align="aligncenter" width="300"]Crédit image: page Facebook de la Traversée de Charlevoix de des Sentiers de la Capitale Crédit image: page Facebook de la Traversée de Charlevoix de des Sentiers de la Capitale[/caption]

 

Avec les retraites imminentes qui s'en venaient, il y avait  un processus de réflexion à avoir pour l'avenir de la Traversée de Charlevoix. Cette nouvelle ère pour les deux organismes à but non lucratif permettra de rationaliser les dépenses et d'avoir une meilleure marge de manoeuvre pour pouvoir permettre de faire du développement. « Sentiers Québec-Charlevoix» ( nouveau nom) aura son siège social au bureau de la Traversée à St-Urbain. Une des missions de ces organismes est je cite «permettre de goûter au plein air dans des infrastructures de qualité».

Allez, tous à vos chaussures de randonnées et rapportez-nous vos plus magnifiques photos :)

Pour en savoir plus sur

  •  le CRAC, cliquez ICI

  •  la traversée de Charlevoix, cliquez ICI


 

 

Partager
Lien copié avec succès

Vous aimerez aussi

Josette Mcicoll 5