LA VUE no. 1

Serge Simard, le développeur

8 oct. 2020 4 minutes 423 vues

Serge Simard, le développeur
Né d'un père Simard, de St-Siméon et d'une mère Mailloux de Saint-Fidèle, seul garçon de 4 enfants, Serge Simard grandit dans le magnifique village de Cap-à-l’aigle. Son père parcourt les chemins de Charlevoix pour livrer de la viande aux maisons et Serge l'accompagne souvent, ce qui lui donne une bonne connaissance du territoire. Son père Bruno s'implique dans la vie politique de Cap-à-l'Aigle jusqu'à occuper la mairie pendant 14 années à la suite de monsieur Gérard Dufour. Un petit cousin est James Bambert, journaliste très coté de Radio Canada, né à St-Fidèle (secteur Bas de l’anse) et grandi à St-Siméon.

Après ses études dans Charlevoix, Serge va étudier en génie civil pour devenir éventuellement Technologue Professionnel en bâtiment et travaux publics. Très jeune, il se dirige vers l'entreprenariat avec les Laboratoires SL qui travaillent en génie civil dans la région. Il est très ami avec Charles Warren et le journaliste Denis Gauthier et ce sont des années de fête bien arrosée. À 31 ans, il cesse de consommer et demeure toujours sobre à ce jour. Il sera un des rares non-ingénieur à fonder une firme de génie basée à Québec, et ce, à la mi-trentaine. En 2005, l’Ordre des Technologues du Québec lui décerne le titre honorifique de Technologue de l’année. Flanqué d’ingénieurs et techniciens chevronnés, il travaille beaucoup en assainissement des eaux et une bonne partie de sa clientèle est constituée d'autochtones particulièrement à la Baie James et dans le Nord du Québec. Depuis presque 30 ans, il se rend régulièrement en Jamésie pour exécuter certains mandats.  En 2008, il vend son entreprise aux associés et il prend une semi-retraite. Il n'a cependant pas fini de développer et de créer. Il deviendra PMP (Project Manager Professionnal) doublé d'une maîtrise en gestion de projet de l'Université du Québec à Rimouski.

ss3

Il recevra la médaille de l’Assemblée des Gouverneurs de l’Université du Québec après son élection par l'ensemble des étudiants pour siéger à l’institution qui regroupe toutes les UQ de la province. Il fonde également deux compagnies de construction et un cabinet de gestion de projet avec les Cris de la Baie James et devient lui-même entrepreneur général en routes et canalisation. Pour couronner le tout, il devient pilote de drone accrédité par Transport Canada, ce qui lui permet, par exemple de voler près des aéroports. Le pilotage lui permet, entre autres, d’offrir des services de relevé topographique et imagerie géoréférencé par photogrammétrie ou lidar. 

[caption id="attachment_75909" align="alignnone" width="1024"]Drone à la Baie James Drone à la Baie James[/caption]

Il aura siégé pendant 5 ans sur le C.A. de la Commission Canadienne d'Évaluation des Matériaux de Construction pour le Conseil National de Recherches du Canada. Il fût élu au Conseil de Quartier de Cap-Rouge de la Ville de Québec pour un mandat de 2 ans. Il fera aussi partie du jury des prix Nobilis de l’APCHQ en 2018, les récompenses les plus prestigieuses de l'industrie de la construction de maisons de la région de Québec. Sur un plan plus personnel, après avoir commencé son karaté dans Charlevoix avec Sensei Errold Tremblay, il devient ceinture noire 2e dan à 52 ans.

[caption id="attachment_75906" align="alignnone" width="315"]Serge sur le site d'une mine de lithium à la Baie James. Serge sur le site d'une mine de lithium à la Baie James.[/caption]

Il a épousé Luz Maria Radilla, originaire d'Acapulco au Mexique qui était son professeur d'espagnol et maintenant son adjointe administrative. Ils ont 3 filles maintenant devenues de jeunes adultes. Il se passionne pour l'histoire de la villégiature dans Charlevoix. Il y a quelques années, une opportunité lui permet de se porter acquéreur de Blairvocky (AD1893), aussi connu sous le nom de maison Van Duyse. Cette maison construite par la famille Buchanan est une, sinon la plus belle, du Boulevard des Falaises. Il continue ses recherches sur le caractère unique de Pointe-au-Pic et Cap-à-l'Aigle avec la présence continue des estivants depuis plus de 100 ans.

DSC_0123


Serge Simard a la fibre du développement. Il veut participer au développement de sa ville de différentes façons tout en continuant à se rendre à la Baie James tous les mois. Charlevoisien dans l'âme, il passe le plus clair de son temps à Blairvocky même s'il a un pied à terre à Québec. La famille est très attachée à la région tout comme ses sœurs Danny, Martine et Sylvie que l’on rencontre de plus en plus dans la région. Serge et Luz sont des citoyens actifs de La Malbaie et il leur reste encore bien des choses à réaliser pour le bien de notre collectivité.

www.falcomanagement.org

 

 

Partager
Lien copié avec succès

Vous aimerez aussi

Émilie Foster Vacances de la Construction