Fondation Mains de l'Espoir voeux noel

3 prêtres charlevoisiens dont le curé Maurice Girard

2 août 2022 3 minutes 795 vues

3 prêtres charlevoisiens dont le curé Maurice Girard

Abbé Godefroy Tremblay


Il faut remonter à 1800 l’année de la naissance de ce Charlevoisien. Il est non incardiné, c’est-à-dire qu’il n’appartient à aucune congrégation ou diocèse et il peut servir partout. Son père François Tremblay et sa mère Elizabeth Bouchard étaient parmi les premiers habitants de L’Isle-aux-Coudres. Il étudie pendant plusieurs années et est un des premiers professeurs du Collège Saint-Anne de La Pocatière. Il est ordonné en 1932, il habite alors la paroisse Saint-Roch à Québec. Il se retrouve vicaire à La Malbaie de 1832 à 1835. Il poursuit un an à Sainte-Rose de Laval où il est hospitalisé pour un asthme sévère qui le limitera toute sa vie. C’est pourquoi il est en convalescence pendant 2 ans à L’Isle-aux-Coudres, mais il fait quand même quelques courts remplacements comme à Rivière-Ouelle en 1837 alors que la rébellion fait rage sur le Richelieu. Finalement il devient curé de Saint-Agnès pendant 17 ans où il décède en 1879 à un âge respectable. Il est inhumé à L’Isle-aux-Coudres.


L’Abbé Maurice Girard


Né Girard de père et Guérin de mère en 1910 à La Malbaie. Il a été ordonné dans l’église de Pointe-au-Pic ce qui n’était pas courant. Il passe les 7 premières années de sa carrière comme vicaire à Port Alfred ou il fonde les Syndicats nationaux catholiques de la baie des Ha! Ha! Jusqu’en 1950, il est basé au Saguenay avant d’occuper la cure de Saint-Joseph-de-la-Rive pendant 9 ans. Il prend la route de Saint-Siméon et lieux avoisinants dont Sagard de 1959 à 1961. En 1961, il devient curé de Pointe-au-Pic pendant au moins 20 ans, car il m’a baptisé, communié et confirmé. J’ai servi la messe pour lui au mirifique salaire de 25 cents. Le curé Girard et sa servante madame Ross étaient des vedettes de la paroisse et toutes sortes de ragots, sûrement faux, circulaient sur leur possible liaison. Il était un grand golfeur qui attachait ses tees après lui pour ne pas les perdre. Il avait toujours un sac de bonbons mous en forme de banane et possiblement un petit remontant dans son sac de golf. La messe de 11h n’était pas très longue parce qu’il devait être sur le départ du 1 à 11h45. Un peu plus tard, lorsque je travaillais à TVC-VM j’ai eu l’occasion de le connaître un peu mieux, j’ai découvert un homme gentil et intéressant. Une chose est sûre, comme Québécois né à la fin des années 50, il a marqué mon enfance, car les curés avaient encore une influence importante sur la vie des communautés.


L’abbé Maurice Labbé


Avec un tel nom de famille, il est facile de deviner l’origine de ce religieux né en 1938. Le Baie-Saint-Paulois est fils D’Anathase Labbé et Anne-Marie Fortin. Il possède un bac en théologie de l’Université Laval. Il est ordonné prêtre dans sa ville natale le jour de la Saint-Jean-Baptiste 1962. Il est professeur multimatières au Petit Séminaire de Chicoutimi avant de devenir directeur de conscience en 1967. On n’en sait pas plus sur son parcours au-delà de cette date. Si vous avez de l’information. N’hésitez pas à nous la communiquer.

Partager
Lien copié avec succès

Boucherie Joe Voeux