LA VUE no 4

Les Familles charlevoisiennes

29 mars 2022 5 minutes 4717 vues

Les Familles charlevoisiennes

Charlevoix est une région tissée serrée hormis sa légendaire compétition entre l’est et l’ouest et plus particulièrement entre Baie-Saint-Paul et La Malbaie. Pourtant les grandes familles souches de notre région ont souvent des implantations des deux côtés du mur de Saint-Hilarion. Les mouvements migratoires à l’intérieur de la région ont fait passer des familles entières de l’ouest vers l’est et vice-versa. Les mariages mixtes entre amoureux non territoriaux ont créé des familles étendues sur l’ensemble du territoire. Allons à la rencontre de ces vieilles familles et essayons de situer un peu leur appartenance :


Les Audet : comme ce sont des Audet dit Lapointe, il est fort probable que la parenté touche les deux familles. Dans Charlevoix, on retrouve surtout à Saint-Irénée et Les Éboulements et Saint-Hilarion, donc le cœur de la région.


Frères Audet, charpentiers maritimes

· Les Asselin : Surtout une grande famille de La Malbaie dont la plus vieille génération encore vivante était surtout des gens d’affaires. Certains perpétuent la tradition. Le plus célèbre de la famille fut Martiel Asselin, ministre, sénateur et lieutenant-gouverneur sans oublier le célèbre journaliste de Saint-Hilarion, Olivar Asselin.



· Les Bergeron : Je le suis par ma grand-mère et sa famille qui sont quitté Saint-Hilarion et ses terres de roche vers le rang Terrebonne vers la fin du 19e siècle sûrement pour travailler dans l’industrie touristique tout en gardant une agriculture de subsistance. Ce fut le même parcours pour les Duchesne qui s’élèveront dans l’échelle sociale de Charlevoix-Est jusqu’à produire un lieutenant-gouverneur.


Les Bergeron d'aujourd'hui

· Les Bouchard


Tous descendants de Ti-Claude, le tailleur de Petite-Rivière-Saint-François, cette famille est restée en force et en nombre dans cette municipalité. C’est ainsi qu’au début des années 90, Lucien Bouchard, ex-premier ministre, était venu baiser le sol du berceau de ses ancêtres. Étant moi-même un Bouchard par ma mère, je présente une branche pointe-au-picienne de la famille.



Les Dufour : Il y a des Dufour partout dans Charlevoix, beaucoup de belles familles travaillantes qui ont de belles entreprises. Provient-il de L’Isle-aux-Coudres, c’est fort possible.



· Les Gagnon : présents sur tout le territoire charlevoisien. Il y avait une branche de navigateurs de goélettes à La Malbaie. Plusieurs étaient aussi cultivateurs ou professeurs. ON retrouve la jeune génération dans les professions libérales ou la construction, entre autres.


Clarence Gagnon

· Les Girard


Vieille famille qu’on retrouve surtout dans l’est avec une pointe à Notre-Dame-des-Monts dont le maire actuel et l’ancienne maire sont de cette famille.


Damien Girard Saint-Urbain

· Les Harvey : Dont le nom original est Hervé, changé par quelque curé voulant faire plaisir aux Anglais. Les premiers arrivent à L’Isle-aux-Coudres, un se noie et l’autre est responsable de la descendance. Famille souche encore solidement implantée sur l’île, immortalisée par le grand Louis dans les films de Pierre Perrault. On retrouve les Harvey en plus grand nombre dans l’est de Saint-Siméon à Clermont. Les grandes familles de plus de 10 enfants ont presque disparus mais le nom reste bien présent.


Grand Louis Harvey

· Les Lavoie


Leur ancêtre se nommait René Delavoye et les familles Lavoie qui se sont étendues partout au Québec ravivent parfois sa mémoire. Dans l’est il y a un foyer familial vers Saint-Siméon et le Bas-Saguenay, mais on en retrouve aussi des familles à Petite-Rivière-Saint-François.


René Delavoye

· Les Savard


Les Savard sont définitivement plus de l’est de Charlevoix. Sauf peut-être Mgr Félix-Antoine Savard qui venait du Saguenay. Des traits physiques de plusieurs Savard me font croire qu’ils auraient peut-être des ascendances autochtones, mais personne ne semble l’avoir revendiqué.

F.A. Savard

· Les Simard : Une des familles les plus importantes de la région en raison de son influence politique et du milieu des affaires. Surtout associées à Baie-Saint-Paul, plusieurs de ses membres se sont illustrées dans plusieurs domaines. Même si on peut penser à madame Jacinthe Simard, son nom de famille était Blackburn et elle venait du Saguenay, mais au bout du compte son adresse était Malbéenne.

Claudette Simard, maire de Saint-Urbain

· Les Tremblay


Pierre Tremblay, le plus chaud lapin de l’histoire du Canada. À lui seul, il a engendré une descendance de centaines de milliers d’individus qu’on retrouve partout en Amérique du Nord. Mais le berceau des Tremblay est d’abord dans le village de Trourouve en France où la maison originale de la famille est toujours debout et était encore habitée par une Tremblay il y a plusieurs années. Mais c’est Les Éboulements qui restent le territoire fondateur et toujours habité par une majorité de Tremblay ou on peut voir une élection à la mairie où Pierre Tremblay affronte Pierre Tremblay.



Je suis conscient que je n’ai pas couvert l’ensemble des noms de famille originaux de Charlevoix. Par exemple, j’aurais pu parler des Néron, des Gagné, des Lapointe, des Labbé, des Fortin, des Boily, des Maltais, des Gauthier, des Carré et bien d’autres encore. Toutes ces familles ont bâti le Charlevoix d’aujourd’hui de génération en génération et continue l’œuvre de leurs ancêtres dans un pays et une région où le mot guerre ne nous parvient que par les médias ce qui fait paraître bien dérisoire la dichotomie est-ouest, mais comme le disait le regretté Jean-Claude Turcotte (né à l’est, mort à l’ouest), il n’y a peut-être plus de clôture à Saint-Hilarion, mais on va encore longtemps se barrer les pieds dans les trous des piquettes.

Partager
Lien copié avec succès

RECRUTREMENT Groupe LEBEL