Bientôt Service de réseaux sociaux

Une photo une histoire, Chroniques, Souvenirs

Une photo une histoire | Deuxième génération

Charlevoix

Dim. 9 juin 2024 2 minutes

Par Christian Harvey

Union
Union
Union

Deuxième génération de bateaux blancs (1872-1886)

Le rôle joué par la Compagnie des remorqueurs du Saint-Laurent s’avère rarement reconnu. L’entreprise a à cœur de développer la ligne du Saguenay sans doute pour la bonne raison que ce volet constitue son activité principale. En 1874, son nom est modifié pour celui de Compagnie de navigation à vapeur du Saint-Laurent. L’entreprise jouissant d’un monopole sur la ligne du Saguenay cherche à améliorer sa flotte en misant sur une deuxième génération de navires à vapeur. En 1872, la Compagnie du Saint-Laurent a remis la main sur l’Union qu’elle avait vendue quelques années auparavant à la Canadian Navigation Company. Ce navire pouvait accueillir 773 passagers. En 1873, la compagnie fait l’achat de deux nouveaux bateaux : le St. Lawrence (703 passagers) et le Saguenay (707 passagers). Dès lors, le Clyde (416 passagers) servira principalement à relier les petits quais de la rive sud du Bas-Saint-Laurent.

Saguenay
Saguenay

Le service s’étend alors du début juin à la mi-septembre mais avec l’ajout du service postal, après 1869, il s’étend de l’ouverture de la navigation jusqu’à la mi-novembre. Un parcours typique de l’Union à l’été 1883 consistait en un trajet de 2 jours débutant vers 7h30 au quai Saint-André de Québec, avec des arrêts à Baie-Saint-Paul et Pointe-au-Pic en avant-midi, une traversée du fleuve vers Rivière-du-Loup avant de repartir vers le nord et remonter, en soirée, le Saguenay avec un arrêt à Chicoutimi pour la nuit. Le lendemain, l’Union refaisait le même trajet, en sens contraire, le tout se terminant en soirée à Québec. Les commentateurs de l’époque comme Jules-Paul Tardivel et Arthur Buies, si peu souvent d’accord en politique ou autres, semblent vibrer au même diapason.

St Lawrence
St Lawrence

Malgré ces succès, la Compagnie de navigation du Saint-Laurent connaît certains problèmes dans les années 1880. En 1882, l’Union subit d’importants problèmes et ne peut fonctionner pendant la période estivale. Le 24 septembre 1884, le bateau à vapeur Saguenay brûle en face du quai de Pointe-au-Pic. L’entreprise devra se résoudre à se voir absorber par la Richelieu & Ontario Navigation Company en 1886 ne pouvant faire face à des défis d’une ampleur la dépassant.

Les photos proviennent de la collection de la Société d’histoire de Charlevoix.

Pour en savoir plus, commandez le numéro 68 de la Revue d’histoire de Charlevoix, consacré à l’histoire des bateaux blancs, sur notre page web : www.shistoirecharlevoix.com

Partager

Lien copié avec succès

Le festif de BSP 2024