A chacun son pain
COVID

Chronique de David Huot :Playdoyer pour un Charlevoix charlevoisien

7 avr. 20218 minutes

Chronique de David Huot :Playdoyer pour un Charlevoix charlevoisien

Crise territoriale; statut de Charlevoix

Jusqu'à encore ce matin, mon sujet de chronique était tout autre. Mais vu l'ampleur de la controverse, les conséquences sur nos vies et sa récurrence chaque fois qu'un enjeu local important se présente, je me voyais mal écrire sur autre chose que le grand sujet d'actualité du moment, l'annonce du retour en zone rouge de Charlevoix. Précisons ici que je suis propriétaire d'une auberge de jeunesse, d'un restaurant, d'un bar et d'une salle de spectacle. C'est pas mal le jackpot des secteurs touchés par le Covid, je suis affecté à tout niveau par cette pandémie.

Depuis que j'habites dans Charlevoix, notre allégeance administrative et politique à la Capitale Nationale a soulevé les passions sporadiquement au rythme de nos enjeux régionaux. Prenons par exemple les périodes d'élection, le G7, le trou noir en assurance chômage, le fameux dossier des hôpitaux, etc., pour nommer que ceux-là. Mais jamais le sujet a été aussi virulent et généralisé que maintenant. Charlevoix a-t-il encore intérêt de continuer à faire partie de la Capitale nationale? Aurait-on avantage à plutôt joindre la Côte-Nord ou le Saguenay-Lac-St-Jean? On n'a jamais vraiment débattu sérieusement du sujet et eu le courage d'aborder cette problématique en temps normal. Là! Ça nous pète en plein gueule, en période de crise, les réactions sont émotives et impulsives.

unnamed

Je suis pas mal certain que tout le monde a eu cette conversation avec un ami, un collègue de travail, un voisin ou dans une file d'attente quelque part. Tout le monde possède leur opinion selon leurs priorités et leur réalité quotidienne. Et vous, sur quel aspect basez-vous votre décision? Est-ce personnel, politique, économique, démographique, logistique, le découpage électoral ou peut-être votre sentiment d'appartenance? Vos critères sont-ils plus légitimes que les autres? Comment pourrait-on discuter sur l'enjeu du statut de Charlevoix sans nous diviser? Bien, détendez-vous, je me mouille à votre place, je pense détenir une option  sensée et je gage qu'elle ne vous a jamais été proposée. Tsé! Quand la solution véritable n'est même pas proposée parmi nos 4 choix; soit rester dans la Capitale Nationale ou devenir une région à part entière ou faire partie de la Côte-Nord ou du Saguenay Lac St-Jean, Ça part mal en ciboulette!

Osons imaginer autrement. Prenons le temps de le faire bien! Avant de vous exposer mon approche alternative, je veux vous partager les fondements sur lesquelles elle repose. Notons qu'à part quelques cours d'introduction de base à l'université et mon expérience de citoyen, je n'ai pas d'expertise quelconque en politique, en économie ou en administration publique. Mes champs de compétences sont l'histoire, la géographie et le tourisme durable. Je vous épargne 6 ans d'études intensives et de nuits blanches en retenant une seule leçon, tellement mais tellement essentielle ici; le territoire fait foi de tout, il finira toujours par s'imposer.

Chaque fois que les colonisateurs et les envahisseurs de ce monde ont créé des frontières selon leurs ambitions, sans considération du territoire, des guerres interminables, des conflits sociaux et des catastrophes humanitaires se sont succédés. On peut penser à l'empire romain ou, plus récemment, aux puissances européennes qui se sont partagées le continent africain en 1890 assis autour d'une table avec la carte de l'Afrique devant eux sans aucune connaissance du territoire. Comme on joue au jeu Risk ou Monopoly; '' Moi je prends tel coin, ok, la rivière sera la limite, moi je veux ces montagnes-là, mais moi aussi je les veux, ok, on les coupe en deux, je prends à gauche, parfait. Qui veux le grand désert? Personne, ça va pas ben! Bien, on se le split à gang. Es-tu sérieux? Je n'en veux pas du désert. Ok, j'accepte mais tu me donnes la pointe au sud ''. Résultat; un continent déchiré, encore aujourd'hui, qui s'en n'ait jamais remis 130 ans après.

Carte_Afrique

Pareille pour nos décisions politiques et nos activités économiques modernes, lorsqu'elles ne sont pas harmonisées avec le territoire, elles sont souvent vouées à l'échec à moyen long-terme. Chaque région a ses spécificités et son rôle à jouer. Il faut l'accepter, l'affirmer et le mettre en valeur. Faut éviter de tout mélanger ou vouloir tout faire.

On y est donc. Quelle est la particularité de Charlevoix? Tout le monde est d'accord pour dire que notre histoire et notre patrimoine sont directement liés à notre territoire; le fleuve, les montagnes, le fjord, nos forêts et rivières et c'est vraiment une très bonne nouvelle. Nous avons une identité forte et les caractéristiques de notre territoire sont spectaculaires. Nous sommes choyés. Continuons dans cette voie. Honorons notre territoire et écoutons-le davantage, pas plus compliqué que ça. Finies les divisions inutiles, rassemblons-nous autour de notre territoire et son histoire. Qui s'obstinerait sur le fleuve et les montagnes?

Une fois le territoire remis au cœur de notre développement et nos décisions, comment aborder l'enjeu du statut de Charlevoix? Bien, en se posant la question si nos frontières délimitées présentement reflètent fidèlement la réalité géographique de notre territoire. Qu'est-ce que Baie-Ste-Catherine a en commun avec Ste-Anne-de-Beaupré ou St-Siméon avec Québec? Est-ce que Baie-Ste-Paul et Chicoutimi ou La Malbaie et Baie-Comeau aurait plus en commun? Pas évident, je sais. Il faut quand même de bonnes connaissances générales sur l'histoire, la géographie et la culture de ces endroits pour en saisir leur caractère et faire la part des choses. Dès la première fois où j'ai analysé la question, j'en suis toujours venu rapidement à la même conclusion; Charlevoix doit se dissocier au plus vite de la Capitale Nationale mais sans pour autant rejoindre un de ses autres voisins. Son identité territoriale est juste trop dominante et atypique pour être assimilée. Charlevoix doit briller plus que jamais!

Avec ses 2 parcs nationaux et un 3e en route, son statut de Réserve de la Biosphère, le premier parc marin au Canada, le berceau de la villégiature en Amérique du Nord, une agriculture saine de renommée internationale, sa richesse entre fleuve et montagnes, ses paysages à couper le souffle et son astroblème; Charlevoix est unique au monde. Un lieu naturel, bien préservé qui a su éviter l'implantation abusive d'une industrialisation lourde et résister à la mondialisation agressive de notre époque. Une place de prédilection pour le plein air, le tourisme, le ressourcement, la recherche scientifique, les arts, la culture, l'agriculture alternative, etc.  Pour moi, Charlevoix possède tous les atouts nécessaires afin de se démarquer et devenir un leader mondial dans ces disciplines. Ce qui aiderait beaucoup, c'est que Charlevoix agrandisse son territoire et englobe les autres petites municipalités semblables, motivées par les mêmes vocations.

On jase là! Mais L'Anse St-Jean a-t-elle plus en commun avec Roberval que St-Fidèle ou Les Grandes-Bergeronnes a-t-elle plus en commun avec Les Éboulements que Sept-Îles. J'entrevoie très bien un grand Charlevoix qui remonte le fjord sur les 2 rives jusqu'à environ Ste-Rose-du- Nord et qui pousse sa limite à l'est jusqu'aux Grandes-Bergeronnes ou même Les Escoumins. En incluant ces petites communautés qui vivent du tourisme et du plein air comme nous, Charlevoix augmenterait sa population pour avoir un poids politique plus considérable et deviendrait beaucoup plus concis dans ses aspirations. Utiliser le fjord comme frontière est d'une absurdité débile selon moi. Comme si les deux rives chaque côté avait une réalité différente, comme si les enjeux du fjord et son embouchure (traverse Tadoussac, projet GNL, protection des mammifères marins, etc.) peuvent se permettre d'être enfourchés par 3 régions administratives différentes.

Imaginez Charlevoix de la Côte de la Miche jusqu'aux Escoumins et remontant le fjord jusqu'à la hauteur de Ste-Rose-du-Nord.

fjordsaguenay.ca_dsc_0156

Baie-Ste-Paul jouerait son rôle de porte d'entrée de notre région mieux que jamais, La Malbaie avec son parc hôtelier et sa concentration commerciale demeurerait le grand centre des services. Le cœur de la région se déplacerait vers l'est à la hauteur de St-Siméon avec son futur traversier annuel. L'est de Charlevoix serait mieux représenté, l'embouchure du fjord serait l'affaire d'une seule région et notre territoire serait en symbiose avec son identité. De plus, probablement que le Saguenay et la Côte-Nord, davantage miniers, forestiers et industriels, pourraient à leur tour mieux affirmer leurs forces sans avoir dans leurs pattes ces petits villages, loin des grands centres, qui préfèrent protéger le béluga au lieu de participer avec eux au développement économique. Tout le monde serait heureux. Il resterait juste à se chicaner pour décider l'appellation de cette nouvelle région. Mais rendu là, c'est un heureux problème.

Qu'en pensez-vous? Seriez-vous plus heureux dans ce nouveau Charlevoix plus vaste? Y voyez-vous des avantages? Traverser la crise sanitaire actuelle aurait-il été plus simple pour nous dans ce Charlevoix hypothétique? Aviez-vous déjà pensé à cette solution? Ou suis-je dans le champ ben raide? Qu'en pensent vos proches et amis? J'espère vous avoir donné des pistes de réflexion différente sur le sujet. J'espère aussi que le débat sera moins négativement acharné vers la gestion immédiate du covid mais bien positivement orienté vers notre avenir, notre vision à long-terme.

Au plaisir, à la semaine prochaine.

 

 

Partager
Lien copié avec succés