Délicatesse du pacha Gif sept 2023

Gens de Chez Nous, Personnalités du jour

Personnalité du jour | Alain Laforest

Partout au Québec, Charlevoix

Mar. 23 avril 2024 3 minutes

Par André Magny

En 2017, dans Mon Charlevoix, Marc Larouche avait fait un intéressant portrait de la carrière du journaliste charlevoisien Alain Laforest. Sept ans plus tard, qu’est-ce qui a changé dans le métier de journaliste pour celui qui « habite » sur la colline parlementaire depuis 15 ans?

Alain Laforest sur les ondes de TVA IMG 0167
Depuis 15 ans, Alain Laforest couvre pour TVA l’actualité parlementaire québécoise.
Crédit photo: Daniel Coulombe
Alain Laforest sur les ondes de TVA IMG 0167

Petit moment de silence à l’autre bout du fil avant que le journaliste de TVA laisse tomber : « La COVID a changé les choses. La composition du lectorat a changé. Certaines personnes me disaient : « Tu fais juste relier le message du gouvernement. » Pourtant, quand quelqu’un comme Amir Khadir, qui n’avait pas l’habitude d’être pour la CAQ, disait qu’il fallait aller dans le sens des directives, ça montre bien qu’il se passait quelque chose au niveau mondial. » Il se désole que la confusion des genres altère le raisonnement des gens. « Il y a une différence entre un journaliste qui rapporte les faits et un chroniqueur qui donne son opinion », explique le journaliste d’expérience.

Dans le fond, ce que déplore Alain Laforest, c’est l’absence d’éducation aux médias chez les gens, en particulier chez les jeunes. « Le désir de s‘informer part de l’école. » Cette absence de désir inquiète quelque peu celui qui a commencé à la télé communautaire à La Malbaie, à TVC-VM, à l’âge de 12 ans ! Il se rappelle que TVC-VM fut une formidable pépinière pour les journalistes en herbe qu’il était. L’un des fondateurs de cette télé communautaire charlevoisienne, Réjean Tremblay envoyait son monde faire des stages à Télé-Québec et Radio-Canada. Ça forme une jeunesse ! De cette époque, il croise encore des gens comme le caméraman Dany Pilote, qui exerce son métier à Radio-Canada.

Melee de presse Alain Laforest
Alain Laforest, à gauche, en pleine mêlée de presse, avec ses collègues et le ministre Simon Jolin-Barrette.
Crédit photo : Daniel Coulombe
Melee de presse Alain Laforest

Journalisme et politique

À côtoyer au quotidien dans les couloirs de l’Assemblée nationale tous ces hommes et femmes politiques, n’y a-t-il pas un danger de confondre travail, rapports humains et amitié ? Le correspondant parlementaire est honnête dans sa réponse. Il est d’avis que l’objectivité n’existe pas, mais l’honnêteté, oui. « Je ne suis pas influençable. » Ce qui ne l’empêche pas d’avoir des amis chez les politiciens comme Martin Cauchon, qu’il a côtoyé dans sa jeunesse charlevoisienne. Il est capable de faire la différence entre l’ami et le politicien.

Est-ce que le saut en politique est possible pour Alain Laforest. La réponse est sans équivoque. Non. Est-ce qu’un parti l’a déjà approché pour qu’il traverse la barrière ? La réponse est oui. « J’ai beaucoup de respect pour les politiciens. Il faut avoir des convictions. » Et puis, c’est un job qui demande énormément de temps, selon Alain Laforest, même s’il est le premier à admettre que son horaire ne ressemble en rien à du 9 à 5, mais souvent à du 6 h 15 jusqu’à 21 h. « Vous savez, il y a des ministres qui ne prennent jamais de vacances. » Heureusement pour lui, Alain Laforest a également une conjointe qui comprend bien sa passion.


Alain Laforest IMG 0165
Alain Laforest à son bureau
Alain Laforest IMG 0165

Après 15 ans à couvrir tout se qui grouille sur la colline parlementaire, il trouve toujours sa dose de plaisir à l’Assemblée nationale, même si un deuxième mandat comme celui de la CAQ peut être moins excitant à couvrir. « Le PM est moins présent qu’avant… »

Mais dans l’ensemble, Alain Laforest a « encore du fun ! Je suis tombé dedans quand j’étais petit… comme Obélix ! ». Et s’il devait prendre sa retraite, que ferait-il ? « Je m’occuperais de ma blonde et de mes chiens ! » À 60 ans, le chose est-elle sur le point d’arriver ? « Ça va arriver un jour, mais je ne planifie pas ça. Et puis, je ferais quoi à la retraite ? Non, la journée que je n’aurai plus de plaisir, j’arrêterai. » Tout simplement.

Autre lien: https://moncharlevoix.net/gens-de-chez-nous/sur-la-colline-avec-alain-laforet

Chroniqueur André Magny
André Magny

Partager

Lien copié avec succès

25500 abonnés 2024