RECRUTREMENT Groupe LEBEL

Les vieilles familles de Charlevoix no. 2

4 avr. 2022 6 minutes 702 vues

Les vieilles familles de Charlevoix no. 2

Le premier volet de ces articles sur les vieilles familles de Charlevoix a connu un succès phénoménal. Pourtant rien de scientifique ou d'historique, juste un mélange de faits et d'anecdotes au sujet des familles et de l'origine de leurs noms. On se lance dans le tome 2 dans ce salmigondis familial de chez nous.


Les Bilodeau : Une famille étendue un peu partout dans Charlevoix mais plus particulièrement dans l'est. Certaines branches ont permis un métissage avec les Innus dont un des membres bien connus est le célèbre Mingo de Saint-Urbain (Jocelyn Bilodeau).  Un des plus connus représentant de cette famille fut monsieur Célestin Bilodeau qui avait une réputation de dur a cuire. Différentes légendes couraient a son sujet sans qu'on puisse jamais savoir si c'était vrai.


Alexann Bilodeau, Charlevoix-Est

Les Belley : Encore une famille plus présente dans Charlevoix-Est avec des foyers particuliers dans le rang Saint-Charles, dans la côte Bellevue et a Saint-Siméon. C'est une de ces familles qui s'est si bien implantée au Saguenay qu'ils sont beaucoup plus nombreux la-bas que dans Charlevoix. 


Jean-Yves Belley, Pointe-au-Pic

Les Boivin: Voila une famille qui est assez bien répartie sur le territoire de Charlevoix. Ils ne sont pas nombreux mais on les retrouve a Baie-Saint-Paul, a Saint-Urbain, a Clermont et a La Malbaie, entre autres. Ceux et celles de l'est sont principalement dans le tourisme dont M. Léo Boivin dont on se souvient de la présence a la porte du Manoir Richelieu pandant de nombreuses années. Également les soeurs Boivin de Saint-Urbain, des chanteuses qui sillonnaient Charlevoix dans les années 80.


École Léonce Boivi Les Éboulements

Les Cimon: Une famille praticienne de Charlevoix, surtout présente a Baie-Saint-Paul. Simon Xavier fut député au 19è siècle. Elle est très associée a la peinture car le Domaine Cimon a accueilli au 20e siècle de nombreux peintres, en particulier américains. C'est d'ailleurs a cet endroit que René Richard rencontre Blanche Cimon qu'il épouse en 1942. La tradition picturale s'est transmise jusqu'a Jean-Louis qui a encadré les oeuvres des peintres de partout pendant de nombreuses années.


Simon-Xavier Cimon, La Malbaie né en 1849

Les Fortin :Une très grande famille qui peut même se vanter de compter Madonna dans ses rangs, sachant que 6% de la population de Windsor Ontario face a Détroit (ou est née Madonna) est francophone. Depuis sa fondation, Baie-Saint-Paul a compté de nombreux maires portant le nom de Fortin dont non le moindre, Jean Fortin. C'est une famille présente partout dans Charlevoix. Saint-Urbain en compte beaucoup dont le plus connu est Eudore. Saint-Siméon compte aussi avec la famille Fortin bien implantée en affaires avec entre autres, le restaurant chez Veilleux et finalement qui ne connaît pas le trou des Fortin a Clermont ?


Eudore Fortin

Les Gauthier: Les premiers Gauthier se sont installés a Les Éboulements en 1706 ce qui en fait sûrement une des premières familles de Charlevoix et du Québec. D'ailleurs on les retrouvent toujours dans ces environs plus particulièment dans le rang Saint-Pierre de Saint-Irénée oû ils exploitent de grandes porcheries. Reste a savoir si Bernard Rambo Gauthier a les mêmes origines. 


Ginette Gauthier, Domaine Forget, Saint-Irénée

Les Villeneuve: Cette famille est le 1/8 de moi même de par ma grand-mère Léda Villeneuve de Pointe-au-Pic, décédée a 28 ans d'un cancer du sein avec 5 enfants en bas âge. Son père était Joseph Villeneuve et sa mère Bertha Howe était une Irlandaise venue travailler en tourisme a Pointe-au-Pic pour finir pour s'installer a demeure. Elle est décédée en 1938 et sa croix de métal est tout prêt de la croix du cimetière de La Malbaie. Les cheveux roux de quelques Villeneuve peuvent être dûes aux gènes irlandais. Le foyer des Villeneuve est en bonne partie à La Malbaie mais ils sont maintenant présents partout au Québec avec des représentants très connus dans le domaine artistique. 


Stéphanie Villeneuve, Cap-a-l'Aigle, Salut Bonjour

Il y a des familles dont on se demande d'ou vient leur patronyme et qui sont pourtant installées depuis longtemps dans Charlevoix: pensons aux Lowe et aux Foster a Saint-Siméon, aux Panaroni a Baie-Sainte-Catherine. Dans l'ouest, moins de présence américaine ou anglaise sauf pour les visites des peintres paysagistes américains. Le métissage a été moins prononcé. Mais des noms comme Bossé (rive sud), Chatigny, Laflamme ou Kègle sortent un peu du lot.


Sylvie Foster Saint-Siméon

Les McNicoll, les Blackburn, McLean, les Murray, les Bhérer (Burher) : Eux on sait d'ou ils viennent, Ils gravitaient autour des troupes angalises et des seigneurs Nairn et Fraser. Écossais ou Allemand pour les Bhérer, ils se sont établis a La Malbaie/Clermont et ils se sont assimilés au terroir charlevoisien. La fille de John Nairn, Mary a même épousé le catholique Hugh Blackburn leur valant a tous deux l'excommunication pour s'être unis entre catholique et protestante.


Hugh Blackburn

Les Rémillard : Originaires de Hull et installés a Baie-Saint-Paul, les Rémillard était une famille de bonne éducation comme on en trouve beaucoup a Baie-Saint-Paul en raison de la forte présence des religieux et religieuses. Le plus connu Gil, fut un ministre de la justice du Québec.


Gil Rémillard

Et il y a les étranges, les familles qui sont installés dans Charlevoix depuis longtemps mais qui sont venus d'ailleurs. Ça peut être de la rive sud pour les Pelletier, les Hudon, les Viel ou les Kidd. Les familles originaires d'autres pays comme les Van Duyse, les Kawina, les Samama, les Rousset, les Horik, les Pinochet, les Le Mouelle, les Serres, les Richard, les Bessonne, les Hervé (cousin des Harvey), les Bertrand ou autres  viennent pour la plupart d'Europe. 


Régis Hervé

Il y aussi de nouveaux noms de famille a consonnance étrangère, notamment arabes ou latinos, qu'il est difficile de connaître par coeur mais ce sont des gens qui sont bien la et qui relèvent le défi de l'intégration, pas évident dans une communauté tissé serrée comme la nôtre.


En conclusion, les noms de famille c'est très relatif. Même si on m'appelle Harvey, je suis aussi Bouchard, Villeneuve, Bergeron et Duchesne et ça c'est sur 4 générations. Nous sommes de résultats de nombreuses familles et nous portons en nous les gênes de cette diversité. Charlevoix aussi se diversifie et la mixité fait son chemin. C'est aussi cela la mondialisation. 


Trop de grandes familles n'ont pas encore été touchées par ces articles sans prétention, il y aura donc un tome 3 oû on parlera des Ménard, des Cauchon et bien d'autres familles qui constituent la trame de base de notre collectivité originale tout en ayant une tradition d'accueil centenaire.



 









l

Partager
Lien copié avec succès

Services Mécaniques Simard