Pub prodestinations Claude 7 décembre

DE NOUVELLES EXPOSITIONS PRÉSENTÉES AU CARREFOUR CULTUREL PAUL-MÉDÉRIC DÈS LE 5 AOÛT

5 août 2021 6 minutes 135 vues

DE NOUVELLES EXPOSITIONS PRÉSENTÉES AU CARREFOUR CULTUREL PAUL-MÉDÉRIC DÈS LE 5 AOÛT

Baie-Saint-Paul, le 4 août 2021 – Le carrefour culturel Paul-Médéric est fier d’accueillir en ses murs trois nouvelles expositions qui seront présentées du 5 août au 12 septembre 2021. La peinture et le dessin seront mis à l’honneur, et malgré que les trois expositions ont une esthétique et un langage pictural totalement différents un même thème les unit, soit la nature.



LE LANGAGE DES FLEURS

De Jocelyn D’Amours




Pénétrer dans l’univers de Jocelyn D’Amours, c’est découvrir la beauté simplifiée. Ce peintre innovateur privilégie une gestuelle linéaire et sait traduire, en quelques traits vifs, l’essence des thèmes qu’il met en scène. Il a développé l’art d’exprimer beaucoup avec peu. Il obtient ainsi des tableaux particulièrement dépouillés. Son objectif est atteint lorsqu’il réussit, à partir de quelques traits, à évoquer le caractère formel de son sujet.



Reconnu pour sa créativité toujours aussi débordante et son originalité, l’artiste québécois récidive et vous invite, par cette exposition, à la poursuite des festivités entourant ses 20+1 ans de carrière professionnelle.



Monsieur D’Amours jette un regard différent sur des événements se déroulant dans notre univers au fil du temps qui passe. Il immortalise des instants, des émotions qui créent une histoire représentant le quotidien des humains, de la faune et de la flore. Ces moments privilégiés de la vie sont peints sur différents supports physiques qui permettent à l'interlocuteur d'y incorporer son imaginaire. L’interprétation de ses œuvres varie selon l’expérience de vie de chacun.



Il est important de prendre le temps d'observer tout ce qui nous entoure: par exemple, une fleur est-elle seulement un objet décoratif ? Non, les fleurs ont leur propre langage. Ainsi, une fleur devient un personnage au même titre qu'un humain; c'est pourquoi il vous présente une exposition où les fleurs s’expriment …



Sa réputation a déjà franchi les frontières. Son travail a été récompensé par 2 prix internationaux; dont un prix remit par la Société nationale des Beaux-Arts (SNBA) de Paris, en décembre 2010.



« Arrêter le temps, créer des moments magiques, voir la vie autrement…» Jocelyn D’Amours





À PARTIR D’UNE CICATRICE

De Natasha Durand




Natasha Durand présente ici l’exposition intitulée À partir d’une cicatrice. Le catalogue de photo-identifications des bélugas du Saint-Laurent demeure le point de départ de ce travail. L’artiste visuelle donne également du jeu à cette idée pour considérer le contexte plus large qui l’englobe. Elle nous livre ainsi son point de vue imaginaire du bord de mer et des cicatrices des bélugas.



Des éléments périphériques déjà présents dans son processus de création, tel que l’observation minutieuse du paysage afin d’y découvrir et d’y recueillir quelque chose de caché, sont plus directement abordés. Ils sont projetés dans l’espace du dessin et de l’exposition afin d’ouvrir le langage plastique des œuvres. Parallèlement aux croquis exécutés à partir du catalogue de photo-identifications des bélugas, des souvenirs sensoriels deviennent aussi les matériaux premiers de cette nouvelle production.



Les encres et les aquarelles qui en découlent témoignent d’une fréquentation libre et fluide du littoral. À la fois incontrôlables et cohérentes, elles oscillent entre la volonté et l’abandon de leur autrice. C’est au territoire que l’artiste appartient et non l’inverse.



Les dessins se déclinent en plusieurs « saisons » et ressemblent le plus souvent à des paysages inventés où chaque spectateur peut créer sa propre histoire. Des sculptures accompagnent en outre les travaux sur papier. Il s’agit d’empreintes de coquillages, de reproductions de dos de bélugas et d’autres objets pétris qui en fin de compte gardent la taille d’une main.



Originaire de la Côte-Nord, Natasha Durand vit présentement à Baie-Saint-Paul. Elle a bénéficié d’une bourse du Conseil des arts et lettres du Québec en 2018 pour Cicatrices de bélugas. Ce projet visait à réaliser des dessins à partir des marques que portent sur leurs corps les cétacés du Saint-Laurent. Il comprenait une résidence à la station du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM) afin d’y étudier le catalogue de photo-identifications. Une exposition itinérante avait été présentée par la suite sur la Côte-Nord.





AU-DELÀ DES SENTIERS

De François Thivierge




François Thivierge est résident permanent à Baie-Saint-Paul depuis 2016, mais les paysages de Charlevoix ont toujours été pour lui une source d’inspiration, et ce, depuis ses premières randonnées au Cap-aux-Corbeaux dans les années 1960.



Inspiré par l’observation de la nature de Charlevoix, il ne cherche toutefois pas à la reproduire, mais à la réinterpréter. Il réalise d’abord de nombreux croquis inspirés de son observation des différents lieux où l’amènent ses excursions de pêche, ses randonnées à pied ou à ski. La pêche dont il apprécie le calme et le silence, lui suggère un grand nombre de scènes peuplées d’animaux dans des attitudes variées et des atmosphères colorées.



C’est à partir de ces croquis qu’il choisit celui qu’il réalisera sur une toile de grand format. Le transfert du dessin sur la toile n’est que le début d’un long processus où chaque surface de couleur est choisie avec soin, puis complétée par plusieurs couches de peinture appliquées par petites touches. Ce travail patient et long permet d’obtenir ce rendu texturé où la lumière vient modifier la perception de chaque élément du tableau et lui donner une profondeur et un mouvement. Il ressort de cette démarche des paysages colorés qui mettent en scène différents animaux sauvages dans une interprétation onirique de leur nature.



Dès son plus jeune âge, François Thivierge a démontré de l’intérêt pour le dessin, la peinture et la sculpture. Ce qui l’a amené à réaliser ses études en arts et obtenir un baccalauréat en arts visuels à l’Université du Québec à Montréal. Durant ses études il travaille à temps partiel dans le réseau de la santé et services sociaux, et par la suite toujours à temps partiel comme intervenant auprès des personnes itinérantes dans un centre de réadaptation en toxicomanie pour personnes itinérantes à Montréal.



Ce travail auprès des personnes itinérantes influence sa production artistique. Il produit une série de sculptures qui mettent en scènes des personnes itinérantes qu’il côtoie dans son travail. Parallèlement à sa production artistique, son travail auprès des personnes itinérantes le passionne de plus en plus. Il prend alors conscience des défis d’intervention que ce travail représente et des possibilités d’utiliser sa créativité dans la mise sur pied de projets novateurs afin d’améliorer la qualité de vie des personnes itinérantes. Il décide de s’impliquer à temps plein auprès de cette clientèle.



En 2013, après toutes ses années d’implication auprès des personnes itinérantes et des personnes démunies au centre-ville de Montréal, François Thivierge a repris à temps plein sa pratique artistique d’abord à Montréal, puis depuis 2016 dans son atelier à Baie-Saint-Paul.



Nous vous convions à découvrir ses tableaux hauts en couleur, peuplés de mystères et qui laissent place à la rêverie.



Les expositions se poursuivent jusqu’au 12 septembre. Veuillez noter les mesures sanitaires sont appliquées, et que vous pouvez apprécier les œuvres en toute sécurité. Les expositions permanentes Espace Baie-Saint-Paul et Studio Trad sont également accessibles. Les heures d’ouverture du Carrefour culturel Paul-Médéric sont du mardi au dimanche de 10 h à 17 h jusqu’à l’Action de grâce ainsi que les lundis du mois d’août. Bienvenue à tous !


Crédits :

Jocelyn D’Amours, Souvenir heureux, 27 ‘’ x 22’’, acrylique sur film à tracer, papier sans acide

Jocelyn D’Amours, Les amoureux, 6,25’’ x 4,62’’, acrylique sur papier sans acide

Natasha Durand, Lune de cicatrices, 2019, 43 x 35 cm, encre sur papier

Natasha Durand, Céline 2, 2018, 36 x 28 cm, encre sur papier


François Thivierge, La traversée, 2013, 48’’ x 60’’, acrylique sur toile


— 30 —


Pour information :


Johanne St-Gelais,


Directrice adjointe


Service des loisirs et de la culture


Ville de Baie-Saint-Paul


johannestgelais@baiesaintpaul.com


418 435-2540 poste 6251

Partager
Lien copié avec succès

Pub prodestinations Claude 7 décembre