Tou & Cie Fondussimo février 2024

Chroniques, Familles d'ici, Souvenirs

Familles d’ici | La famille Warren

Charlevoix

Jeu. 21 décembre 2023 2 minutes

Par Sylvain Dufour

Titre Les Warren 24 24
Titre Les Warren 24 24

Plusieurs Warren immigrent au Canada, mais un seul s’intègre à la société canadienne-française : l’Écossais John Warren, vétéran de la guerre d’indépendance des États-Unis (1775-1782). Né le 15 novembre 1758 à Blackness, John est baptisé deux semaines plus tard à l’église de la paroisse (Carriden). Le village est sur l’estuaire de la rivière Forth, à environ 32 km à l’ouest d’Édimbourg. Ces Warren sont artisans, militaires et aventuriers; ils ne vivent pas de la terre.

Malcom Fraser aurait recruté John Warren dans l’armée au début de septembre 1775 lors d’une tournée dans les provinces maritimes. John participe à la défense de Québec lors de la tentative des Américains de prendre la ville le jour de la Saint-Sylvestre 1775. Avant sa démobilisation du 29 mai 1783, John est en congé sans solde durant 17 mois, dont au moins les derniers six sont passés en Angleterre.

Peut-être influencé par John Nairne et Malcom Fraser, John Warren choisit de s’établir dans Charlevoix, entre 1784 et 1789, mais à Baie-Saint-Paul plutôt qu’à La Malbaie — peut-être parce qu’on y trouvait plus de clients potentiels pour un artisan cordonnier comme lui. Vers 1794, John se lie informellement à Monique Clesse, presque 13 ans plus jeune. Cette alliance donnera deux filles : Marie et Hélène. Née à Québec en 1771, Monique était venue à Baie-Saint-Paul vers 1777 avec son père Louis, forgeron. L’union de Monique et John sera formalisée en 1801, à l’église presbytérienne St Andrew’s de Québec. Les neuf enfants de John et Monique nés après leur mariage sont baptisés à l’église catholique.

Vers 1818, John et Monique quittent Baie-Saint-Paul pour s'établir à La Malbaie, dans le rang Pointe-au-Pic entre la côte Bellevue et la côte Taft — la terre leur est concédée par la veuve de John Nairne le 14 septembre 1819. Étaient avec eux à ce moment 10 enfants âgés de 4 à 18 ans. En tout, 10 des 11 enfants de John et Monique se sont mariés dont cinq fils qui ont transmis le patronyme.

Avec la collaboration de Sylvain Dufour.
Des familles prennent racine sur la côte nord du Saint-Laurent, en aval de la côte de Beaupré, dès la deuxième demie du XVIIe siècle. Débutant à Baie-Saint-Paul, alors de la seigneurie de Beaupré, l’établissement français s’étend par la suite à Petite-Rivière-Saint-François (1676), à La Malbaie (1688), aux Éboulements (1709) et à l’île aux Coudres (1719). La région de Charlevoix devient le berceau de familles dont la nombreuse descendance se retrouve partout en Amérique du Nord.
Auteur de « La Malbaie, les premières années », Sylvain Dufour a grandi à La Malbaie au sein d’une famille qui s’y est implantée au début du XIXe siècle. Détenteur de plusieurs diplômes d’études supérieures, Sylvain est retraité d’une prestigieuse société d’État fédérale — le Centre de recherches pour le développement international.
Sylvain a travaillé avec le Musée de Charlevoix et Parcours Fil Rouge pour créer une série de balades généalogiques sur plusieurs familles de Charlevoix. Passeurs de mémoire, Parcours Fil Rouge et le Musée de Charlevoix vous invitent à une grande fête de famille dans vos villages d’origine. Visitez https://www.passeursdememoire.com/territoire/charlevoix

Partager

Lien copié avec succès

Recettes d'ici | Dè le 22 février 2024