Rouler dans le temps en exclusivité

Chroniques, Souvenirs, Familles d'ici

Familles d’ici | La famille Gaudreault

Charlevoix

Jeu. 12 octobre 2023 2 minutes

Par Sylvain Dufour

Titre Les Gaudreault 14 24
Titre Les Gaudreault 14 24

Les Gaudreault de Charlevoix peuvent retracer leurs racines à La Flotte-en-Ré, la deuxième commune en population sur l’île de Ré, une des deux grandes îles au large de La Rochelle. Gilles et Jean Gaudreault y sont baptisés dans l’église Sainte-Catherine-d’Alexandrie, en 1644 et 1649, respectivement. Le 31 mars 1665, Gilles se rend chez le notaire Teuleron à La Rochelle pour finaliser son contrat d’engagement chez Jacques Bernier dit Jean de Paris pour une période de trois ans. Gilles quitte La Rochelle le 25 avril 1665 sur le navire Cat de Hollande qui arrive à Québec le 18 juin.

Au terme de son contrat avec Bernier, Gilles s’établit à l’île d’Orléans. Sans terre, il fait un peu de tout. Il épouse Anne de la Vieville en 1671. Entretemps, son frère Jean arrive à Québec en 1670 et s’établit à Cap-Saint-Ignace. En 1675, Gilles reçoit des sœurs Hospitalières et des Ursulines deux concessions sur l’île d’Orléans. En 1678, Gilles, Anne et leurs trois enfants rejoignent Jean à Cap-Saint-Ignace; leur terre est à l’endroit désormais nommé l’Anse-à-Gilles. Trois autres enfants naissent à Cap-Saint-Ignace.

Des six enfants de Gilles et Anne, un seul perpétue le patronyme : Gilles, fils, le deuxième enfant, qui épouse Élisabeth Tomingo à Québec en 1700. Le nouveau couple s’établit dans la seigneurie de Bonsecours à L’Islet. Ils y côtoient certainement des Gamache et leurs cousins Fortin, qui ont de la famille sur la rive nord. Leur fils Jacques s’établit à L’Isle-aux-aux Coudres après y avoir épousé Madeleine Desbiens, fille d’Étienne, le premier Desbiens sur l’île. Madeleine meurt vers 1760, probablement durant l’épidémie qui a sévi cet automne-là. Jacques se remarie à Élisabeth Delage, de Saint-Jean-de-l’Île-d’Orléans.

Jacques Gaudreault est l’ancêtre de la plupart des Gaudreault de Charlevoix. Cependant, à toute règle il y a des exceptions. L’institutrice Laure Gaudreault descend de l’immigrant Jean Gaudreault; son grand-père Cyprien, menuisier, est venu de L’Islet à Saint-Irénée vers 1842. Il y a marié Flavienne Lavoie

Avec la collaboration de Sylvain Dufour.
Des familles prennent racine sur la côte nord du Saint-Laurent, en aval de la côte de Beaupré, dès la deuxième demie du XVIIe siècle. Débutant à Baie-Saint-Paul, alors de la seigneurie de Beaupré, l’établissement français s’étend par la suite à Petite-Rivière-Saint-François (1676), à La Malbaie (1688), aux Éboulements (1709) et à l’île aux Coudres (1719). La région de Charlevoix devient le berceau de familles dont la nombreuse descendance se retrouve partout en Amérique du Nord.
Auteur de « La Malbaie, les premières années », Sylvain Dufour a grandi à La Malbaie au sein d’une famille qui s’y est implantée au début du XIXe siècle. Détenteur de plusieurs diplômes d’études supérieures, Sylvain est retraité d’une prestigieuse société d’État fédérale — le Centre de recherches pour le développement international.
Sylvain a travaillé avec le Musée de Charlevoix et Parcours Fil Rouge pour créer une série de balades généalogiques sur plusieurs familles de Charlevoix. Passeurs de mémoire, Parcours Fil Rouge et le Musée de Charlevoix vous invitent à une grande fête de famille dans vos villages d’origine. Visitez https://www.passeursdememoire.com/territoire/charlevoix

Partager

Lien copié avec succès

Nadia Lavoie Barbière mars 2024