Desjardins Subaru oct 2023

Chroniques, Les Charlevoisiens au Saguenay, Souvenirs

Les Charlevoisiens au Saguenay | Les Cimon | 5/24

Charlevoix

Jeu. 8 février 2024 2 minutes

Par Sylvain Dufour

Charlevoisiens saguenay vedette Cimon 05 24
Charlevoisiens saguenay vedette Cimon 05 24

Au moment de la création de la Société des Pinières du Saguenay, les frères André et Hubert Cimon avaient une importante présence dans le commerce à Baie-Saint-Paul et à La Malbaie, respectivement. Aucun des deux n’a investi dans l’aventure du Saguenay mais certains de leurs descendants ont quand même abouti dans cette région.

L’abbé Henri Cimon, originaire de La Malbaie, a été très actif dans le développement du Saguenay et du Lac Saint-Jean. Né en 1855 de Malvina Lemoine et du notaire Pamphile Cimon, shérif du district judiciaire de Saguenay, il est ordonné en 1879. En 1881, il est vicaire à Hébertville, puis, en 1882, il devient curé à Alma où il demeurera pendant 10 ans. Dans la grande région d’Alma, il fonde les agglomérations de Mistouk et de Saint-Nazaire-de-Taché. En 1888-1889, il dessert la nouvelle paroisse de Saint-Henri-de-Taillon, entre Alma et Péribonka.

Henri Cimon laisse aussi sa marque comme le neuvième curé de Bagotville où il sert 24 ans (1898–1922). À la fin des années 1900, il entreprend avec neuf autres investisseurs la prolongation du chemin de fer de Chicoutimi à la Baie des Ha ! Ha ! Ce tronçon ouvre en décembre 1910.

Henri avait été précédé au Saguenay par son cousin Ernest Cimon, fils du notaire Cléophe de La Malbaie. Ernest, né sept ans avant Henri, s’installe à Chicoutimi après ses études de droit à l’université Laval (1871). Ernest est député fédéral de Chicoutimi de 1874 à 1882 et maire de Chicoutimi en 1881-1882 — le cumul de fonctions était permis à l’époque. Il devient juge de la Cour Supérieure en 1882, avec résidence à Percé. Ernest Cimon est mieux connu pour avoir marié en deuxième noce, en 1891, la fille du politicien fédéral Hector Langevin qu’il avait connu lorsqu’il était député.

Quelque temps après la Première Guerre, un descendant d’André Cimon de Baie-Saint-Paul, Thomas-Xavier, a quitté cette localité pour s’établir à Jonquière où on retrouve aujourd’hui ses descendants. Thomas-Xavier a ainsi rejoint au Saguenay de lointains cousins qui y sont parvenus sans passer par Charlevoix.

Avec la collaboration de Sylvain Dufour.
De plus en plus à l’étroit dans Charlevoix, des familles prennent le chemin de l’exil pour améliorer leur sort. Le Saguenay était non seulement proche de Charlevoix physiquement mais aussi du point de vue des conditions climatiques et agricoles. Le Saguenay-Lac Saint-Jean devient donc une des premières grandes destinations des familles charlevoisiennes en quête d’un avenir meilleur.
Auteur de « La Malbaie, les premières années », Sylvain Dufour a grandi à La Malbaie au sein d’une famille qui y est venue à la fin du XVIIIe siècle. Détenteur de plusieurs diplômes d’études supérieures, Sylvain se passionne pour l’histoire de la terre de ses ancêtres. Aujourd’hui retraité, il a récemment travaillé avec le Musée de Charlevoix et Parcours Fil Rouge pour créer une série de balados généalogiques sur plusieurs familles de Charlevoix. Passeurs de mémoire, Parcours Fil Rouge et le Musée de Charlevoix vous invitent à écouter ces histoires; visitez
https://www.passeursdememoire.com/territoire/charlevoix

Partager

Lien copié avec succès

Tchin-tchin! Bientôt sur MC