Tou & Cie cuisine & Tendance

Chroniques, Les Charlevoisiens au Saguenay, Souvenirs

Les Charlevoisiens au Saguenay | Les Desbiens | 8/24

Charlevoix

Jeu. 29 février 2024 2 minutes

Par Sylvain Dufour

Charlevoisiens saguenay vedette Desbiens 08 24
Charlevoisiens saguenay vedette Desbiens 08 24

La Société des Pinières du Saguenay ne comprenait aucun associé issu de la famille Desbiens. Quelques membres de cette famille ont cependant fait partie du mouvement migratoire qui a suivi le début de l’exploitation forestière dans cette région.

François Desbiens de La Malbaie est un arrière-petit-fils d’Étienne Desbiens et Dorothée Tremblay de Baie-Saint-Paul. Né à l’île aux Coudres, François s’installe à La Malbaie peu de temps avant de marier Tharcille Brisson en 1832. François et Tharcille font partie de ceux qui se rendent à Grande-Baie avec Thomas Simard en 1838. Le premier hiver à Grande-Baie est très dur. Tharcille Brisson meurt le 7 avril 1839 et son corps est transporté à La Malbaie où il est inhumé quatre jours plus tard. Il s’agissait du troisième décès parmi les colons du Saguenay durant cet hiver.

Joseph-Marie Desbiens et Jean-Baptiste Desbiens, sans liens familiaux proches ni entre eux, ni avec François, quittent La Malbaie pour le Saguenay après 1843. Joseph-Marie est accompagné de ses frères Alarie et Ephrem. Après quelques années, Ephrem et Joseph-Marie quittent La Baie pour s’établir à Saint-Bruno-du-Lac Saint-Jean et à Métabetchouan, respectivement.

Louis Desbiens, un petit-fils de Joseph-Marie, épouse à Laterrière Emma Desbiens, une petite-fille de Jean-Baptiste. En 1896, Louis s’associe à Georges Perron pour construire près du poste de Métabetchouan une scierie qui attire plusieurs familles. Ce nouveau noyau de population est à l'origine de la ville de Desbiens où Louis fait aussi construire un tronçon de chemin de fer avant de vendre son établissement à la compagnie Price Brothers en 1900. Désormais bien nanti, il continue son entreprenariat. Par exemple, c’est lui qui a érigé l'église de Saint-Henri-de-Taillon en 1907.

En 2006, le patronyme Desbiens était au 12e rang des plus communs dans l’est de Charlevoix. L’émigration de plusieurs membres de cette famille de Charlevoix vers le Saguenay et le Lac Saint-Jean a contribué à faire de ce nom le 29e plus fréquent dans cette grande région administrative (22e dans Fjord du Saguenay et 34e dans Lac-Saint-Jean Est).

Avec la collaboration de Sylvain Dufour.
De plus en plus à l’étroit dans Charlevoix, des familles prennent le chemin de l’exil pour améliorer leur sort. Le Saguenay était non seulement proche de Charlevoix physiquement mais aussi du point de vue des conditions climatiques et agricoles. Le Saguenay-Lac Saint-Jean devient donc une des premières grandes destinations des familles charlevoisiennes en quête d’un avenir meilleur.
Auteur de « La Malbaie, les premières années », Sylvain Dufour a grandi à La Malbaie au sein d’une famille qui y est venue à la fin du XVIIIe siècle. Détenteur de plusieurs diplômes d’études supérieures, Sylvain se passionne pour l’histoire de la terre de ses ancêtres. Aujourd’hui retraité, il a récemment travaillé avec le Musée de Charlevoix et Parcours Fil Rouge pour créer une série de balados généalogiques sur plusieurs familles de Charlevoix. Passeurs de mémoire, Parcours Fil Rouge et le Musée de Charlevoix vous invitent à écouter ces histoires; visitez https://www.passeursdememoire.com/territoire/charlevoix

Partager

Lien copié avec succès

Desjardins Subaru oct 2023