Rouler dans le temps en exclusivité

Chroniques, Saviez vous que!

Saviez-vous que! | Il y a 100 ans, décédait…

Charlevoix

Mer. 24 janvier 2024 1 minute

Par Christian Harvey

Alexis le trotteur sante
Alexis le trotteur sante

Alexis Lapointe, dit le Trotteur (1860-1924)

Le 12 janvier 1924, Alexis Lapointe dit le Trotteur travaille comme maçon à l’île Maligne, située près d’Alma, où un barrage est construit par la Quebec Development Co. Ltd. À l’heure du midi, il traverse le pont et il est happé par un train. Une enquête du coroner, analysant les circonstances de la mort, blâmera ensuite Alexis Lapointe pour sa négligence. Un travailleur faible d’esprit de 63 ans ne peut être que responsable de sa propre mort et pas la compagnie ! Le 14 janvier, son cercueil est acheminé par train de Hébertville à Québec. Puis, de là, il se rend jusqu’à La Malbaie par la voie ferrée. Le corps du défunt est exposé dans la maison familiale, celle de son frère Louis Lapointe. En plein hiver, le corps ne peut être enterré; après le dégel, il est enseveli au cimetière de La Malbaie.

Mais avec Alexis le Trotteur, rien n’est conventionnel. En 1966, son corps est exhumé sans véritable autorisation du cimetière de La Malbaie avant de se retrouver finalement exposé dans un musée saguenayen. À la suite de démarches de la Société d’histoire de Charlevoix, son corps est remis en terre dans l’ancien cimetière de Clermont le 7 novembre 2009. Alexis Lapointe aura eu droit à la fin de sa vie à deux funérailles et deux enterrements. Un cas un peu unique !

Alexis le trotteur messe
Alexis le trotteur messe
Alexis le trotteur enterrement
Alexis le trotteur enterrement

Partager

Lien copié avec succès

Rouler dans le temps en exclusivité