25500 abonnés 2024

Chroniques, Saviez vous que!, Souvenirs

Saviez-vous que! | La circonscription électorale fédérale de Charlevoix | Quatrième et dernière partie

Charlevoix

Mer. 10 janvier 2024 2 minutes

Par Christian Harvey

L’après-rapatriement de la Constitution (1984 à aujourd’hui)

En 1980, Charles Lapointe avait devancé son adversaire progressiste-conservateur par plus de 16 451 voix. Quatre ans plus tard, le candidat Charles Hamelin le défait par 11 755 voix. C’est une vague progressiste-conservatrice qui balaie le Canada, et en particulier le Québec. Au lendemain du rapatriement de la Constitution, réalisée par Pierre Elliott Trudeau, le nouveau chef Brian Mulroney entend ramener le Québec dans le giron canadien dans « l’honneur et l’enthousiasme ». L’année 1984 semble marquer un basculement dans l’histoire de la circonscription électorale fédérale de Charlevoix, avec le recul du parti, aux dépens du Parti conservateur et, surtout, avec l’apparition d’un tiers parti, le Bloc québécois.

En 1988, le « petit gars de Baie-Comeau », le premier ministre du Canada, Brian Mulroney, devient le député de Charlevoix à la suite de l’ajout de sa ville de naissance à la circonscription. Sa victoire est écrasante : il dépasse son adversaire libéral, Martin Cauchon, par près de 28 000 voix ! Plusieurs projets d’importance, en lien avec l’infrastructure culturelle et touristique du Charlevoix d’aujourd’hui, connaîtront alors un appui majeur du premier ministre du Canada, lequel est attentif aux besoins des électeurs de son comté.

Et puis c’est la débâcle. Le Parti progressiste-conservateur s’effondre à l’élection fédérale de 1993. Dans Charlevoix, c’est le Bloc québécois qui prendra dès lors la place ; les élus de ce parti (Gérard Asselin 1993-2004, Michel Guimond 2004-2011 et Caroline Desbiens depuis 2019) ont été en poste dans la circonscription pendant 22 des 30 dernières années. Toutefois, l’intégration progressive du comté dans la grande région de Québec rend la dynamique électorale beaucoup plus changeante. Notons les effets de la vague orange, avec l’élection de Jonathan Tremblay (2011-2015) du Nouveau Parti démocratique. Et l’appui marqué au Parti conservateur du Canada dans la grande région de Québec, qui permet l’élection de Sylvie Boucher (2015-2019), avec un appui très fort dans la section de Beauport.

01 Michel Guimond S
Michel Guimond
01 Michel Guimond S
02 Caroline Desbiens S
Caroline Desbiens
02 Caroline Desbiens S
03 Sylvie Boucher S
Sylvie Boucher
03 Sylvie Boucher S

Quel avenir ?

Nul n’est prophète et chaque nouveau redécoupage de la carte électorale, rendu nécessaire par la faible démographie des deux MRC de Charlevoix, vient bouleverser le visage de la circonscription de Charlevoix. On peut se demander quel sera le poids du Charlevoix traditionnel, entre Petite-Rivière-Saint-François et la rivière Saguenay, dans l’avenir, comme on s’interroge sur la place du Québec dans l’ensemble du Canada. Chose certaine, son histoire politique est riche !

Partager

Lien copié avec succès

Délicatesse du pacha Gif sept 2023