Le festif de BSP 2024

Chroniques, Saviez vous que!, Souvenirs

Saviez-vous que! | La mi-carême dans Charlevoix

Charlevoix

Mer. 6 mars 2024 2 minutes

Par Christian Harvey

Mi Careme a Saint Simeon S
Mi Careme a Saint Simeon S

La mi-carême dans Charlevoix

La mi-carême est une pratique transgressive, très prisée de nos ancêtres, venant ponctuer le Carême au plus grand désarroi de la plupart des prêtres de l’époque.

Le Carême est une période de l’année issue de la tradition catholique où les fidèles sont invités par leurs pasteurs « à jeûner et à faire abstinence » pendant 40 jours, le tout rappelant le passage de Jésus dans le désert. C’est une exigence difficile à respecter en particulier pour les travailleurs forestiers qui doivent exécuter leurs tâches en s’alimentant très peu.

La mi-carême s’avère une fête populaire fort appréciée dans la région de Charlevoix au 19e et jusqu’au milieu du 20e siècle. Ces festivités se situent au milieu du Carême soit environ 20 jours après le début du temps d’abstinence. La mi-carême peut durer de 3 à 7 jours dans certains villages.

Elle ne se distingue pas beaucoup de celle du Mardi Gras. Elle comporte des déguisements et des masques permettant aux participants de se rendre dans les maisons de leur village afin de savoir s’ils seront ou non reconnus. Le vainqueur de la mi-carême est celui qui parvient à maintenir jusqu’à la fin son identité cachée.


Les femmes participent activement à la fabrication des déguisements : mi-carêmes « chics » ou encore « en guenille », costumes d’animaux ou de Pierrot. Les personnages de la « Vieille » ou du « Vieux » sont aussi fort appréciés comme ceux de notables de la paroisse : le médecin, le notaire ou encore le curé.

Mi careme Pierre Perrault 1 S
Mi careme Pierre Perrault 1 S
Mi careme Pierre Perrault S
Mi careme Pierre Perrault S

Un curé de La Malbaie écrit en 1909:

« De cette sotte coutume, il y a quelque chose d’immoral. Ces grossiers personnages qui s’appellent mi-carême commettent bien des fautes par leurs mauvaises paroles à double sens et par leur conduite répréhensible! Ils ne sont pas gênés... De plus il y en a qui pour se donner encore plus de façon se mettent chauds. Ils trouvent alors des gens sans cœur et sans morale qui pour quelques piastres leur vendent cette liqueur diabolique... »

Avec les transformations de l’Église catholique autour du Concile Vatican II, la pratique perd de son importance et, dès 1965 environ, la pratique de la mi-carême a déjà disparue dans Charlevoix. Il nous reste toutefois comme un témoignage unique les belles images du cinéaste Pierre Perrault qui dans son film intitulé Pour la suite du monde a filmé l’une des dernières fêtes de la mi-carême à l’île aux Coudres, dont deux images sont ici reproduites. Sur l’autre cliché, un mi-carême à Saint-Siméon.

Partager

Lien copié avec succès

Rouler dans le temps en exclusivité