Desjardins Subaru oct 2023

Chroniques, Saviez vous que!, Souvenirs

Saviez-vous que! | Les mystérieuses buttes du club de golf Murray Bay

La Malbaie, Charlevoix

Mer. 4 octobre 2023 5 minutes

Par Christian Harvey Historien

Buttes GOLF MURRAY
Buttes GOLF MURRAY

Depuis le début du 19e siècle, il est possible de recenser, particulièrement en langue anglaise, un nombre substantiel de références directes à ce regroupement de buttes de forme conique (le « Mound Field ») situé sur le terrain du club de golf Murray Bay, à La Malbaie. Leurs origines a fait couler beaucoup d’encre et alimenté plusieurs légendes locales tenaces!

L’hypothèse du géologue John J. Bigsby

À l’automne 1819, le médecin et géologue John Jeremiah Bigsby (1792-1881) se rend à La Malbaie en compagnie du chef du corps de santé de l’armée britannique. Le récit de son voyage, publié en 1850 sous le titre The shoe and canoe, or pictures of travel in the Canadas, est le premier auteur connu à mentionner la présence du « Mound Field » :

« Près d’une résidence principale sur le côté ouest de la baie, se trouve un assemblage remarquable de collines détachées comme des monticules, de dix à vingt pieds de haut, couvertes d’arbustes. Elles se trouvent au niveau des eaux de marée et semblent avoir été formées à la jonction de remous dans une période antérieure. »

Il explique quelques lignes plus loin son hypothèse générale sur la vallée de la rivière Malbaie. Selon lui, cette « vallée est non seulement pittoresque, mais fortement intéressante au géologue. Celle-ci a, en fait, été le lit d'un lac qui a subi plus qu'une dépression de son niveau (…)».

Cette présence d’un ancien « lac » correspond sans doute à ce que les scientifiques nomment aujourd’hui la Mer de Goldthwait formée à la suite de la fonte des glaciers lors de la dernière glaciation, il y a environ 14 000 ans. Les secteurs riverains et les vallées (comme celle de la rivière Malbaie) en haut de la ville de Québec furent inondées par les eaux. Au fil du temps, la mer s’est retirée en laissant toutefois des indices de sa présence passée. Sur une carte reproduite ici, John J. Bigsby montre les traces laissées par ce plan d’eau dans la topographie dont le « Mound Field ».

La fouille de l’ethnologue Sir Daniel Wilson

Dans un article, Richard W. Hale Jr traite d’une explication plus insolite à la présence des buttes à La Malbaie. À son époque, certains golfeurs nomment les buttes « Indians Hills ». Il s’agit sans doute d’une référence directe aux œuvres de groupes amérindiens, les « Mounds Builders », présents dans l’Est américain il y a environ 1000 ans a.v. J.C qui avaient construits des buttes ou des « tumulus ». Donc, est-ce que les buttes de Murray Bay auraient été érigées par ces mêmes amérindiens précolombiens?

Selon Hale, un spécialiste des peuples amérindiens qui seraient venus analyser le « Mound Field » de La Malbaie :

« Cette ressemblance avec une construction indienne (Indian shell heaps) a amené monsieur Daniel Wilson, professeur d'archéologie à McGill, à en creuser une seulement pour constater qu'elles étaient naturelles et pas artificielles. »

Jean-Yves Chagnon et Jacques Locat : une origine sismique

Depuis quelques décennies, l’analyse de l’activité sismique dans la région de Charlevoix a fait l’objet de plusieurs études. Les géologues Jean-Yves Chagnon et Jacques Locat ont analysé, dans un article daté de 1988, à la lumière de la séismologie, l’origine des buttes de La Malbaie, ces « grandes collines coniques, pouvant aller jusqu’à une hauteur de 3 mètres et d’un diamètre de 12 mètres, avec des pentes raides (…) observées à La Malbaie, dans la section est du terrain de golf Murray Bay. »

Le « Mound Field » pourrait découler d’un phénomène lié aux tremblements de terres, la liquéfaction des sols. D’ailleurs, des volcans de sable auraient été formés dans la vallée du Gouffre à la suite du séisme de 1925 selon eux. Chagnon et Locat affirment que les « collines sont semblables à bien des égards à celles observées dans la vallée du Gouffre mais avec une différence majeure, celle de leur composition. Elles sont composées d'argile au lieu de sable. À cause de ceci on considère qu’elles ne peuvent résulter de la liquéfaction suivie par l'éjection d'argile à la surface.». Face à cela, les auteurs considèrent leur « origine » comme « problématique » et « l'explication la plus probable […] est qu'elles sont liées à un glissement de terrain. »

Carte La Malbaie 1823
Carte La Malbaie 1823

Une suite probable du tremblement de terre de 1663

À la lumière des dernières recherches, il faut probablement considérer que les mystérieuses buttes de La Malbaie ont été formées par un glissement de terrain survenu à la suite d’un tremblement de terre important. Sans doute l’argile des buttes provient des environs de la côte de Terreforte où le célèbre Alexis le Trotteur s’approvisionnait en matière première pour la confection de ses fameux fours à pain. Les glissements de terrain sont fréquents sur les bords de la rivière Mailloux et des travaux doivent être réalisés sous peu afin de consolider la route qui la borde.

Il serait sans doute intéressant d’autoriser au cours des prochaines années des géologues à réaliser des fouilles directement dans les buttes afin de trouver de nouvelles pistes ou apporter des confirmations à ce sujet.

Toutefois, l’historien peut affirmer une certitude aux géologues dans ce dossier. Il est impossible que le tremblement de terre majeur de 1791 ou ceux ultérieurs soient responsables de la création des buttes de La Malbaie. Une carte datée de 1784 montre clairement le « Mound Field ». Il faut donc probablement se tourner vers le tremblement de terre de 1663, le plus puissant connu à ce jour par les chercheurs, pour expliquer la naissance des mystérieuses buttes de La Malbaie.

Partager

Lien copié avec succès

Desjardins Subaru oct 2023