Délicatesse du pacha Gif sept 2023

Chroniques, Une photo une histoire, Souvenirs

Une photo une histoire | François-Albert Angers

Charlevoix

Dim. 28 avril 2024 1 minute

Par Christian Harvey

Francois Albert Angers M SHC
Cette photo provient du Fonds famille Angers conservé à la Société d’histoire de Charlevoix.
Francois Albert Angers M SHC

Cette photo de François-Albert Angers assis avec son chien à La Malbaie tranche avec l’image souvent austère rattachée au personnage. Mais que fait-il là dans Charlevoix au juste?

Économiste reconnu, fervent nationaliste devenu indépendantiste, bâtisseur du Québec moderne, François-Albert Angers a marqué plusieurs générations d’étudiants à l’École des hautes études commerciales de Montréal (HEC) dont Jacques Parizeau dont il a été une sorte de mentor.

Né en 1909 à Québec, François-Albert Angers se retrouve à La Malbaie car il est le fils d’Albert Angers, le médecin venu s’installer dans cette paroisse autour de 1920. Étudiant, François-Albert Angers revient durant l’été à La Malbaie où il travaille à la pharmacie de son père située sur la rue Saint-Étienne.

Pierre Tombale Photo Christian Harvey S
Photo Christian Harvey
Pierre Tombale Photo Christian Harvey S

Après ses études en Europe, François-Albert Angers travaille à réaliser un impressionnant inventaire des ressources naturelles et industrielles de Charlevoix paru en 1942. D’approche monographique, cet inventaire contient des descriptions fouillées mais plus encore une vision : celle de créer en Charlevoix une base économique plus solide en tenant compte des forces locales qu’étaient alors la forêt, l’agriculture, le cabotage. François-Albert Angers s’intéresse aussi dans son inventaire à la relance de l’industrie touristique alors un peu en désuétude; il est en quelque sorte un des premiers à imaginer le développement important que ce secteur pourrait connaître dans Charlevoix. Il écrit même : « Les deux grandes ressources du comté de Charlevoix sont le bois et le tourisme», ce qui se vérifie sans problème dans la suite de l’histoire de Charlevoix.

François-Albert Angers était un villégiateur dans Charlevoix où il se rend à un chalet familial situé au Grand Lac à Saint-Aimé-des-Lacs. Modeste, le célèbre économiste se mêlait à la population locale dont il appréciait le contact. Notons que plusieurs générations d’étudiants à Polyvalente du Plateau à La Malbaie ont pu connaître son fils, François-René Angers, à titre de professeur de français.

François-Albert Angers s’est éteint à Montréal, le 14 juillet 2003, à l’âge de 94 ans. Il a demandé à être inhumé au cimetière de La Malbaie avec ses parents.

Partager

Lien copié avec succès

Le festif de BSP 2024