Bientôt Sports Motorisés avec André

Gens de Chez Nous, Chroniques

Gens de chez-nous | Les Mains de l’Espoir

La Malbaie, Charlevoix

Mar. 7 mai 2024 3 minutes

Par André Magny

Equipe et voitures
C’est avec une voiture aux couleurs des Mains de l’Espoir que des bénévoles reconduisent presque chaque jour les Charlevoisiens atteints de cancer et devant se déplacer pour leurs soins médicaux.
Equipe et voitures

Les Mains de l’Espoir
Près de 50 fois le tour de la terre en 27 ans !

Plus d’un million neuf cent mille kilomètres, c’est la distance que les bénévoles de l’organisme charlevoisien ont parcouru depuis sa fondation, en 1997, lorsqu’ils amènent et ramènent de leur rendez-vous médical les personnes victimes de cancer.

Avant de prendre la direction des Mains de l’Espoir en janvier dernier, Anne Carré était allée à la bonne école. Elle s’est engagée au sein de l’organisme il y a plus de 20 ans, alors qu’elle était toute jeune adulte. Il faut dire aussi que sa mère, Francine Bhérer, actuellement consultante et intervenante, y a été également directrice générale pendant plusieurs années.

Cette transmission de mère en fille tombait presque sous le sens. « On est une belle cause ! », aime à dire Mme Carré. Avec deux bureaux en activité, l’un à La Malbaie, ville de naissance de l’organisme, et l’autre à Baie-St-Paul, tenu par Nicolas Potvin. Les Mains de l’Espoir fonctionnent avec six salariés à temps plein. Mais sans la présence des bénévoles, il y a fort à parier que l’organisme d’entraide n’aurait pas fait long feu. Si la DG mentionne qu’il y a déjà eu jusqu’à 50 bénévoles, actuellement, on en compte une bonne trentaine. Il faut dire que la pandémie a ralenti les ardeurs de certains.

En cours d’entrevue, les chiffres soumis par la DG sont éloquents. Simplement au cours de l’année financière 2023-2024, Anne Carré mentionne qu’il y a eu 338 transports auprès de quelque 350 personnes. C’est presqu’un par jour en une année. Au total, 69 000 km ont été parcourus au cours des douze derniers mois ! (photo 1 avec voiture aux couleurs des Mains de l’Espoir)

Mais Les Mains de l’Espoir, c’est beaucoup plus que des voyagements. Grâce à sa fondation, ce sont des prothèses mammaires et capillaires, qui sont offertes à celles qui en demandent. Ce sont aussi des frais de séjour proposés quand les Charlevoisiens et Charlevoisiennes doivent se déplacer jusqu’à Québec pour recevoir leurs soins, car c’est parfois une fin de semaine que les gens doivent prendre pour rester dans la Capitale nationale. C’est donc une aide financière que la fondation apporte aux gens. Depuis la création de la fondation, c’est plus d’un million et demi de dollars qui sont venus soutenir les personnes souffrant de cancer. Mais Les Mains de l’Espoir, c’est aussi de l’écoute.

Equipe mains espoir 2024 RS
Stéphanie Savard Boudreault, Anne Carré, Évelyne Bouchard, Nicolas Potvin, Francien Bhérer, Marie Andrée Ratté
Equipe mains espoir 2024 RS

Ne pas rester seul avec le cancer

Si l’organisme vient réconforter les personnes atteintes de cancer, il soutient aussi les proches de celles-ci. Selon Anne Carré, pour une personne atteinte de cancer, cela touche sept autres membres de son entourage. Outre l’accompagnement pour les traitements et les rendez-vous médicaux, il y a notamment de l’écoute téléphonique, des rencontres dans les bureaux des Mains de l’Espoir, des références pour des besoins psychologiques et de la sensibilisation auprès de la population. (Photo 2 : l’équipe des Mains de l’espoir)

Les Mains de l’Espoir aident tous ceux qui le demandent, peu importe le compte en banque. « Vous savez, explique Mme Carré, vous pouvez avoir les moyens financiers pour aller à un rendez-vous, mais si les membres de votre famille sont occupés par leur travail et que vous ne pouvez conduire, vous allez vous retrouver seul. » Si certaines personnes hésitent encore à dire qu’elles ont le cancer, Les Mains de l’Espoir sont là pour leur dire qu’elles seront écoutées et aidées pour peu qu’elles viennent à la rencontre de l’organisme. (photo 3 : Anne Carré)

À titre de nouvelle directrice, Anne Carré souhaite, bien sûr, la continuité des services et la poursuite des liens étroits entretenus au fil du temps avec les divers intervenants du monde de la santé, que ce soient les médecins, les infirmières pivot et les pharmaciens. Et surtout, de redire aux personnes souffrant de cette maladie chronique qu’est devenue le cancer « de ne pas être gênées de demander de l’aide. » Après tout, le cancer n’est pas une maladie honteuse. D’ailleurs, en existe-t-il au XXIe siècle ?

Chroniqueur André Magny
André Magny

Partager

Lien copié avec succès

25500 abonnés 2024