Tchin-tchin! Bientôt sur MC

Gens de Chez Nous, Chroniques

Gens de chez nous | Les trois mousquetaires de ProprioDirect

Charlevoix

Mar. 19 mars 2024 4 minutes

Par André Magny

3 mousquetaires Proprio Direct S
3 mousquetaires Proprio Direct S

Home sweet home

Prendre un agent ou pas ? C’est souvent le dilemme qui se pose aux gens qui s’apprêtent à vendre leur maison. Et si la solution se trouvait dans une formule hybride ? C’est en tout cas le pari qu’ont fait trois agents immobiliers de Charlevoix .

Les agences immobilières sont nombreuses. Originaire de La Malbaie, Serge Turcotte en sait quelque chose. Ça fait 19 ans qu’il œuvre dans le métier. Et pas toujours pour la même bannière. Cependant, depuis 2010, il est fidèle à Proprio Direct. C’est douze ans dans le cas de Josette McNicoll et un an en ce qui concerne Roger Deschênes. Ce sont donc les seuls courtiers dans Charlevoix à défendre les couleurs de Proprio Direct. Et il y aurait de la place prochainement pour un ou une quatrième mousquetaire.

« On collabore, même si on a nos propres clients », explique Serge Turcotte. Alors quel est l’intérêt d’être trois ? « Par exemple, poursuit cet ancien de La Capitale, ça nous permet de faire de la publicité pour tous les trois. » Pour Josette McNicoll, c’est loin d’être négatif : « On voit notre visage partout ! »

Arriere plan C Proprio Direct S
Arriere plan C Proprio Direct S

Une bannière différente

Selon les trois conseillers interrogés, Proprio Direct se démarque de deux façons. Dans un premier temps, « on donne la possibilité aux clients de vendre leur maison sans passer par un agent. Ou de le faire avec un agent ou une agente. Résultat, dans le premier cas, la commission est moins grande. « Si le vendeur trouve son acheteur, selon certaines conditions, la commission sera de 2 % », mentionne Serge Turcotte.

Et deuxièmement, que le vendeur fasse affaires ou non avec un agent, dans les deux cas, ce sera l’agent qui remplira la paperasse. Une préoccupation de moins pour le vendeur. Selon Serge Turcotte, c’est aussi lui qui s’occupe de la mise en marché, de l’inscription et de réaliser les vidéos, parfois avec l’aide de drones, pour mettre en valeur la maison à vendre. Pour l’agent immobilier charlevoisien, ces deux options sont « un bon concept pour aller chercher de la clientèle. » Il rappelle que 70 % des maisons vendues le sont par des courtiers. Il reste un 30 % qui est le lot des particuliers.

Le marché de Charlevoix

On le sait, la pandémie a fait en sorte que nombre de citadins ont voulu délaisser les grands centres. Même si la folie a quelque peu diminué au niveau du coût des maisons, Charlevoix demeure un marché convoité, selon Serge Turcotte, que ce soit en raison des maisons disponibles face au fleuve voire dans l’arrière-pays.

Cependant pour Mme McNicoll, si 2024 s’annonce pour elle une bonne année, elle est tout de même d’avis « que le marché n’est pas égal. Il y a peu d’inscriptions, donc les prix restent élevés. » Un peu comme les agriculteurs sont tributaires de la météo pour obtenir de bonnes récoltes, les agents immobiliers sont également obligés de négocier avec les sautes d’humeur des taux d’intérêt, ce qui peut rebuter certains acheteurs.

Néanmoins, au-delà des caprices du marché, vendre une maison ou trouver une maison pour un client reste avant tout une aventure humaine. À 70 ans, après 15 ans dans la profession, Roger Deschênes raconte avec humour que « les cheveux blancs mettent en confiance ! » Il prend plaisir à dire que plusieurs de ses clients sont demeurés des amis. « On est comme Loto-Québec pour eux ! » Josette McNicoll renchérit en racontant des ventes que les acheteurs n’espéraient plus et qui se concluent à la satisfaction de tous. (4e photo)

Et les coûts dans tout ça ? Pour une unifamiliale, Serge Turcotte avance un chiffre moyen de 250 000 $. Un prix qui varie évidemment selon la taille de la maison son emplacement. Cependant, malgré les aléas du marché, « l’immobilier dans Charlevoix est encore un bon placement », selon Serge Turcotte et ses acolytes.


Pendant longtemps, Josette McNicoll a mené de front deux carrières : celle dans un CIUSSS et l’autre comme agente d’immeubles
Crédit : gracieuseté de Josette McNicoll
Il y a presque 15 ans que Serge Turcotte est sous la bannière de Proprio Direct.
Crédit : photo gracieuseté de Serge Turcotte
Une première visite sur les réseaux sociaux donnera un aperçu des maisons à vendre par les agents de Proprio Direct.
Crédit : photo gracieuseté de Serge Turcotte
Bas de vignette : Comme Josette McNicoll et Serge Turcotte, Roger Deschênes couvre l’ensemble du territoire charlevoisien pour Proprio Direct.
Crédit : photo gracieuseté de Roger Deschênes
Chroniqueur André Magny
André Magny

Partager

Lien copié avec succès

Le festif de BSP 2024