LA VUE no. 1

Jocelyn Delarosbyl, peindre avec un esprit punk

18 janv. 2022 3 minutes 1139 vues

Jocelyn Delarosbyl, peindre avec un esprit punk

J’ai repéré notre personnalité du jour sur Facebook. Ses toiles ont attiré mon regard et j’ai constaté qu’il habitait Baie-Saint-Paul. Son nom me donnait à penser qu'il s'agissait d’un artiste de Montréal ou d’ailleurs venu pratiquer son art au paradis des artistes. Je fus légèrement surpris de me retrouver devant un pur et fier natif de Saint-Urbain dont le père venu de Gaspésie a épousé une Charlevoisienne tout en pratiquant le métier de bûcheron, chose courante dans les années 40. Jocelyn grandit donc dans son village et se déplace à Baie-Saint-Paul pour le secondaire.


Son enfance n’est pas banale, car son père est devenu gardien du camp Sainte-Anne dans le p’tit parc de la Galette. C’était l’époque où il fallait s’enregistrer à l’entrée et à la sortie. Toute la famille de 3 enfants passe l’été en forêt où la pêche est l’activité privilégiée.


Rendu au moment de choisir un métier, Jocelyn se tourne vers la cuisine via un programme de formation professionnelle. Il a pratiqué cette profession pendant 40 ans et il a voyagé beaucoup au Canada pour nourrir les travailleurs de différents chantiers avant de revenir à ses racines en fin de carrière. Il a tout de même commencé à la Maison Otis, dans ses années fastes, avant de se retrouver au phare de la Pointe des Monts, le deuxième plus vieux au Canada. On y opérait une auberge et un site touristique. Il y travaille 3 ans comme saisonnier. Il ne laisse pas la Basse-Côte-Nord, car il s’établit à Aguanish pour nourrir les travailleurs qui bâtissent la route de jonction vers Baie-Johan-Betz. À la demande de la commission scolaire du Havre, il se met à enseigner la cuisine notamment à Pointe Parent à une clientèle de femmes innues. Il a adoré cette expérience et il garde toujours des contacts avec des gens de cette localité. Il a aussi travaillé sur un porte-conteneurs faisant la navette entre Halifax et les Grands Lacs.


Une autre belle période de sa vie professionnelle fut ses 5 ans à l’Auberge Chez Georges à Baie-Saint-Paul. Il a un grand respect pour monsieur Fournier qu’il a beaucoup apprécié comme personne et comme humain. Son plus long engagement professionnel fut au Pierre-Narcisse au centre-ville de Baie-Saint-Paul avec les frères Simard. Il a pris part aux belles années de ce restaurant aujourd’hui disparu.


Rendu à l’âge de la retraite à 64 ans il ne se voyait pas rester chez lui à rien faire. Il n’a jamais touché à un pinceau de sa vie, mais il a en lui 2 éléments essentiels : de la créativité et des émotions. Il choisit de peindre ce qui ne détonne pas à Baie-Saint-Paul. D’ailleurs il habite dans un coin entouré de galeries d’art. Autodidacte, sans base en dessin, sans cours avec seulement des tubes de couleurs et différents pinceaux il se met à créer des œuvres abstraites avec la méthode du ‘’splash painting’’, c’est-à-dire qu’au lieu d’étendre la peinture, il compose ses tableaux par éclaboussure dans des gestes toutefois très prémédités. Il s’est monté un atelier dans son sous-sol et il fait jaillir la peinture sur ses toiles, mais aussi un peu sur les murs autour.





 Il écoute toujours de la musique en peignant et particulièrement du punk rock comme Tiger Lily dont les atmosphères se reflètent dans sa création. Son travail m’avait interpellé en ligne et j’avoue que j’aime beaucoup sa manière de s’exprimer.





Il a fait quelques expositions, dont une, à la bibliothèque de Baie-Saint-Paul et il aimerait bien récidiver après la Covid puisqu’il peint une cinquantaine de toiles par années. Il réussit à en vendre plusieurs malgré le confinement.


Outre la peinture il a une belle famille de 2 enfants et 4 petits-enfants et pour ne pas perdre la main il va prêter main-forte au IGA une vingtaine d’heures par semaine. Ce peintre au parcours atypique a su se réinviter et innover dans sa vie et dans son art. Il peut être une inspiration pour les retraités qui s’ennuient à la retraite, il y a toujours moyen de rester actif comme Jocelyn Delarosbyl.

Partager
Lien copié avec succès

Services Mécaniques Simard