Le Festif de Baie-St-Paul

Partez à la rencontre de l'impressionnante Marina Bherer, une femme au coeur charlevoisien!

29 nov. 2021 5 minutes 2391 vues

Partez à la rencontre de l'impressionnante Marina Bherer, une femme au coeur charlevoisien!

Les gens qui connaissent Marina Bherer, copropriétaire du restaurant Le Fin Gourmet à Québec avec sa fille Elsa Bherer, savent à quel point c’est une personne pétillante, fonceuse et remplie d’énergie! Son restaurant qui connaît un grand succès témoigne de ses nombreuses qualités, non seulement d’entrepreneure mais également de cuisinière, de pâtissière et de serveuse, parmi tant d’autres, comme elle est partie de rien, tel que plusieurs autres visionnaires de son genre. Partez à la découverte de cette femme originaire de Saint-Irénée qui fait saliver les québécois, depuis maintenant 25 ans, grâce à un menu dynamique, local et tout simplement excellent!

Capelan de Saint-Irénée, salade à la crème, ciboulette, fleurs de bleuet


Marina Bherer a grandi sur le bord de l’eau à St-Irénée, mais ne vécu pas une enfance typique, connaissant peu de stabilité et de soutien. Cette période poussa la jeune Marina à apprendre et à évoluer par elle-même. Vers l’âge de 16 ans, elle habitait déjà toute seule, où elle a appris, de ses propres moyens, la cuisine, notamment l’art de la mise en conserve. À 17 ans, elle décide de découvrir le monde et ce qu’il a à lui offrir et quitte sa ville natale. Pendant près de quatre ans, Marina Bherer ne connaît pas une plus grande stabilité, mais elle gagne beaucoup en expérience de vie. Lorsqu’elle revient pour de bon de sa grande aventure, elle se retrouve de nouveau à Saint-Irénée.



Quelque temps plus tard, Marina tombe enceinte d’Elsa Bherer, un individu tout aussi impressionnant que sa mère, manifestant elle-aussi des qualités d’entrepreneure et une passion pour la restauration. Elles ne le savent pas encore, mais leurs intérêts partagés les amèneront très loin! Marina Bherer élève Elsa dans la ville de Québec, où elle s’établit définitivement et continue sa carrière en restauration, un domaine qui l’a toujours passionné. Elle débute son parcours par des postes de serveuse, mais s’est toujours intéressée à tous les aspects de la restauration, particulièrement la cuisine. Demandant continuellement conseil à ses collègues de travail, elle souhaitait améliorer son talent de cuisinière à la maison, par pure passion. La petite Elsa a donc grandi dans un environnement de bonne bouffe, de belles tables et de bon vin!



Alors que la serveuse aux multiples talents travaillait au Lapin Sauté à Québec, elle se lia d’amitié avec une dame qui possédait une sandwicherie au 774 rue Raoul-Jobin. Cette-dernière souhaitait vendre sa petite entreprise à sa grande amie Marina, mais la jeune mère qui n’avait aucune expérience en gestion hésitait. Après avoir insisté à de nombreuses reprises, elle lui proposa de la financer pendant 3 ans, sans intérêt, car elle ne voyait que Marina comme future propriétaire du Fin Gourmet. C’est alors que Marina décida de foncer tête première dans ce nouveau projet, réunissant donc petit à petit une équipe pour l’aider. Son copain Stephane était à ses côtés depuis quelques années avant l’ouverture du restaurant et a contribué de nombreuses façons, autant dans les rénovations, les décorations, le mobilier, et plus encore.



Au départ, l’équipe était petite et Marina dû travailler fort pour développer sa nouvelle clientèle: elle se lança dans la pâtisserie, dans la cuisine, dans le service, dans la gestion et a tout appris par elle-même. Ayant toujours été très débrouillarde et fonceuse, Marina savait qu’elle pouvait créer son propre succès en restant soi-même. Elle connaissait son potentiel et a développé sa nouvelle entreprise graduellement, avec les moyens qu’elle possédait. C’est-à-dire que l’originalité et la beauté du Fin Gourmet proviennent des efforts, du temps et du talent dans lesquels a investis Marina, et non de sommes d’argents extraordinaires, élément qui s’ajoute au succès d’une entreprise, mais qui ne peut le créer.



Le vent de fraîcheur qui est Elsa Bherer fait partie de l’équipe du Fin Gourmet depuis maintenant 15 ans et elle a commencé sa carrière en restauration du côté du service, comme sa mère. Cependant, elle s’est formée dans l’art des cocktails et des vins importés également, ce qui amena une touche de plus au restaurant de Marina. Un peu plus tard, alors que le Fin Gourmet perd leur Chef cuisinier, Elsa, qui n’avait pas d’expérience en cuisine, s'est proposée. Marina hésitait, mais se rappelait de ses débuts et savait que tout s’apprend, avec de la volonté et de la patience! Elsa a donc débuté sa nouvelle vocation, celle de Chef cuisinière et excellait de façon surprenante dans son métier. Elle améliorait ses techniques par elle-même ainsi qu’avec l’aide de ses amis cuisiniers et aujourd’hui, elle produit un menu complètement extraordinaire qui demande un excellent savoir-faire. Sans grande surprise, son talent amena Elsa a devenir co-propriétaire du restaurant avec sa mère.



Le menu que propose Elsa est composé de rien de moins que de fabuleux produits du terroir, entre autres de la région bien-aimée de Marina, Charlevoix. Acheter local et en conscience est important pour l’équipe du Fin Gourmet, comme les repas qu’elle sert sont d’une grande qualité. Certains de leurs produits sont biologiques, tels que l’huile de tournesol et la farine de seigle provenant de Saint-Jean-Port-Joli, et Marina propose des desserts faits-maison de fruits de saison qui sont à tomber par terre. Bien que la réputation du restaurant est excellente, non-seulement dans l’oeil de sa clientèle mais auprès des autres restaurateurs de la ville, il faut absolument goûter par soi-même les délices du Fin Gourmet pour vivre cette expérience.



Cette année, le Fin Gourmet célèbre ses 25 ans d’ouverture dans un véritable esprit de réussite, d’évolution et d’amour. L’entreprise familiale connaît effectivement une grande notoriété grâce à ce qui la rend unique: l’habileté de l’équipe à apprendre par soi-même et à exploiter ses aptitudes de manière originale.




Par Léa Asselin-Abston

Partager
Lien copié avec succès

Marché public La Malbaie