Déry Télé 3 de 9 avec fête 2021

Bravo aux élus municipaux , nos maires et mairesses

9 nov. 2021 6 minutes 56 vues

Bravo aux élus municipaux , nos maires et mairesses

MonCharlevoix.net n’a pas l’habitude de s’occuper de politique partisane. Mais les élus municipaux méritent une bonne tape dans le dos. Ayant moi-même été conseiller municipal, je suis à même de témoigner que ces personnes méritent toute notre appréciation. Il n’y a rien de bien glamour d’être conseiller-ère ou encore maire d’une petite municipalité et le salaire est dérisoire. La gestion municipale en est une de détails. Un bout de tuyau ici, un coin d’asphalte là-bas, une chicane de clôture à régler, une rue mal déneigée occupe à mon avis beaucoup trop du temps de nos élus qui à avoir le nez trop collé sur l’assiette ne voit plus assez le plat. C’est le prix à payer pour être proches des citoyens, s’occuper de leurs problèmes au quotidien. Revient alors au premier magistrat le devoir de regarder plus loin et de prendre le leadership du développement de sa municipalité. Les réunions sont nombreuses et se poursuivent parfois tard en soirée. Dans Charlevoix, La Malbaie et Baie-Saint-Paul sont de gros bateaux qui ont des moyens de créer de la valeur, mais que voulez-vous que fasse monsieur Kenney à Baie-Sainte-Catherine avec un budget d’à peine 200 000$. Je veux féliciter plusieurs élus que je connais et parler positivement de chacun-e d’entre eux alors qu’ils sont souvent victimes de sévères critiques. Mais aujourd’hui tout le monde est de bonne heure, car c’est jour de victoire.


Donald Kenny Baie-Sainte-Catherine


Je ne connais pas personnellement monsieur Kenny, mais il a quand même battu un Panaroni, un nom de famille associé depuis à ce village. Il se débat avec un maigre budget pour préserver la plus petite municipalité de Charlevoix qui doit vivre avec un éloignement des services (écoles, hôpitaux). Heureusement le tourisme est très développé en été, mais la capacité d’accueil est limitée. Il y a aussi un gros enjeu d’assainissement des eaux. Bonne chance au maire de Baie-Sainte-Catherine.



Sylvain Tremblay, Saint-Siméon


Mon ami Bix, comme nous sommes plusieurs à l’appeler, a gagné son pari de s’être présenté en équipe contre un outsider sorti un peu de nulle part, mais c’est cela la démocratie. On a pu croire un instant que lui et son équipe aient pu mordre la poussière, mais le bon sens a parlé. Bix a beaucoup fait pour Saint-Siméon et il y donne tout son cœur. Il a beaucoup de qualités même s’il est parfois un peu ‘’loose canon’’ comme dans le dossier du musée des cornichons qui a fait l’objet de commentaires pendant la campagne électorale. Il n’y a pas de meilleur défenseur et même développeur pour Saint-Siméon que Bix. Il a parfois des accès oratoires qui lui créent des ennuis, mais je ne peux le blâmer, je suis comme lui. Nous sommes humains et passionnés et c’est ce qui fait la force de BIX. C’est un politicien atypique surtout sur les photos avec ses chapeaux, mais il croit en Saint-Siméon et en Charlevoix. Comme préfet il était trop intense, comme maire il est presque parfait. Un très bon mandat pour BIX et toute son équipe dans ce village qui a vu naître mon arrière-grand-père Flavien.



Luc Cauchon, Clermont


Victoire écrasante du nouveau maire sur son adversaire ce qui démontre que l’orientation sexuelle d’une personne n’a plus aucun impact sur le choix démocratique des électeurs peut importe leur âge. C’est une avancée sociale très importante, car Luc Cauchon a toutes les qualités requises pour occuper le siège de maire. Il est un gentleman, positif, dynamique et profondément Clermontois. Jeune retraité rappelé au travail en temps de COVID, il pourra consacrer son temps et ses efforts à sa ville. Comme à Québec, on pourrait parler de Clermont forte et fière pour la ville qui revendique son autonomie dans beaucoup de domaines et dont les habitants et le maire sont fiers de leur histoire et de leur vocation historique industrielle. Resolu demeure un défi de taille pour Luc Cauchon qui devra participer à la recherche de solution pour l’avenir de l’usine.


Bon mandat à Luc pour la ville de mon grand-père Lucien Bouchard et de ma grand-mère Gertrude Gaudreault.



Claire Gagnon, Saint-Aimé des Lacs


Lutte à trois serrée dans la municipalité aux multiples lacs. Claire Gagnon obtient un 3e mandat après le second qui fut tumultueux. Tous se souviendront du lancer du marteau qui a fait les délices de Jean-René Dufort. Claire Gagnon est une femme forte. Elle a dû dès son tout jeune âge s’occuper de ses frères. C’est une bûcheuse qui a toujours beaucoup travaillé en plus de faire du bénévolat. Même si elle est Clermontoise d’origine, elle est devenue Amélaçoise. Elle a fait face à de gros dossiers pas faciles (rodéo, Pied des Monts, division du conseil, etc.) et elle est passée au travers. Sa résilience lui permet d’entamer un 3e mandat encore plein de défi.


La famille de Gérard Tremblay, mon beau-père, est toujours présente sur les rives du lac Nairn et la santé du grand lac est selon moi, le dossier le plus important, car la dégradation est irréversible et doit absolument être stoppée.


Photo Hebdo Charlevoisien

Michael Pilote, Baie-Saint-Paul


Lorsqu’il a commencé en politique municipale, Jean Fortin était aussi tout jeune. Baie-Saint-Paul retourne aux sources avec son jeune maire. Il est une personne sérieuse qui semble cartésienne et analytique et très mature. Malgré ses problèmes de trafic estival. Baie-Saint-Paul est une belle ville à diriger pour un maire. Maison mère, le taux d’endettement et la circulation devrait l’occuper dans sa première année. L’accès au logement le préoccupe aussi avec raison.


La ville d’origine de ma belle-mère, Louisette Simard (RIP) est une référence en tourisme et culture au Québec.



Christian Dufour, Isle-aux-Coudres


Toute une surprise créée par Christian Dufour qui a délogé Patrice Desgagnés. Je ne connais pas le nouveau maire, donc je ne peux m’avancer beaucoup sur ses qualités. Les insulaires ont leurs propres enjeux, dont le traversier qui est un lien essentiel pour eux. Je crois que M. Dufour a de l’expertise en la matière et c’est un dossier qui a de grands impacts économiques pour les entreprises de l’Îsle. Comme d’habitude, les marsouins vont faire corps et se regrouper derrière leur nouveau leader.



Je n'ai pas d'inquiétude pour le mandat de M. Dufour dans l'Isle de mes ancêtres, Gabriel et Sébastien Hervé.


Jean-Guy Bouchard, Petite-Rivière-Saint-François


Quant à moi, c'est la surprise de la précédente élection. J'ai bien connu monsieur Bouchard, il y a quelques décennies alors qu'il était maire du village où ouvrira bientôt le club Med. C'était une personne sérieuse et réfléchie. En plus de la mairie, il conduisait les autobus et coupait des cheveux les samedis matins. Car être maire d'une petite municipalité ne vous fait pas vivre. Il était présent aux premiers balbuciements du Massif jusqu'à ce qu'un dossier de terrains que je n'ai jamais compris lui coûte son poste de maire et 5 ans d'exclusion des fonctions municipales. Son come back est d'autant plus remarquable et démontre qu'il n'a pas perdu la confiance de la population pour diriger le village à deux réalités. Celle des résidents de longue date et les villégiateurs. C'est probablement la municipalité qui se développe le plus dans Charlevoix. J'imagine qu'il ne conduit plus d'autobus et qu'il a serré ses ciseaux de coiffeur car il aura beaucoup de pain sur la planche.



Bravo aux conseillers et conseillères élus et un très bon mandat.

Partager
Lien copié avec succès

Déry Télé 3 de 9 avec fête 2021