RECRUTREMENT Groupe LEBEL

Gabrielle Lajoie Bergeron, un parcours artistique remarquable

1 nov. 2021 3 minutes 500 vues

Gabrielle Lajoie Bergeron, un parcours artistique remarquable

Gabrielle Lajoie-Bergeron est originaire de La Malbaie, plus précisément Rivière-Malbaie. Elle vit et travaille entre Charlevoix et Baltimore. Elle est détentrice d’une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal (2014) et récipiendaire de nombreux prix et bourses, dont la bourse Plein sud (2016). Elle a également peaufiné sa pratique avec un séjour d’études à Marseille. Elle a également donné des cours à l’université avant son déménagement à Baltimore..


Son travail a été présenté au Canada, en Europe, en Argentine, en Afrique et aux États-Unis. Notamment elle a participé au volet peinture des 8e Jeux de la Francophonie à Abidjan en Côte d’Ivoire en 2017. Elle a déjà exposé à La Malbaie en 2014 mais ses créations voyagent énormément à l’échelle nationale et internationale. Utilisant une approche historique et féministe, elle ‘’met ensemble’’ différents matériaux et techniques pour raconter des histoires. Ses attaches géographiques sont multiples que ce soit La Malbaie, Montréal ou Baltimore, son atelier la suit partout.



L’exposition qu’on peut actuellement voir à la salle multi de la bibliothèque Laure Conan de La Malbaie se présente comme suit :


Pays du 8e jour – Nous sommes les petites-filles des sorcières qui ont brûlé s’inspirent de la légende du même nom et d’un slogan féministe argentin – Somos las nietas de las brujas que pudieron quemar. Le projet prend racine dans les montagnes et les paysages escarpés de Charlevoix – région qui aurait été créée par le Diable selon la légende – pour se transposer en histoire collective, multiculturelle et multigénérationnelle. Les recherches portent sur les liens entre légendes, féminismes, identités, territoires et appartenance afin de connecter le caractère mythique de ses récits avec l’Histoire passée et actuelle.




S’inspirant des contes et des ornements populaires de Charlevoix, du Québec, mais aussi des États-Unis, d’Amérique du Sud et d’Afrique, le projet questionne la manière dont on se réapproprie ces histoires/légendes/chansons régionales pour les mettre en relation avec des récits similaires provenant d’autres cultures et pays ? En voir les ressemblances et les différences pour (re)créer et redéfinir une histoire collective. Le projet interroge la place des femmes dans l’espace public et les notions sous-jacentes liées à la féminité, aux fantasmes et à la dangerosité qu’inspirent parfois ces archétypes.



Commencée il y a 5 ans, la construction de cette exposition a souffert des délais causés par la pandémie. Plusieurs personnes de Charlevoix ont contribué à l’élaboration des thématiques comme le CALAC, le Musée de Charlevoix, Julie Côté, Lyne Duplain, Dominic Marier, Serge Gauthier et le Cercle des Fermières.



Notons que le projet est rendu possible grâce au soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec (programme partenariat territorial) ainsi qu’à la MRC de Charlevoix-Est.



L’exposition est accessible gratuitement selon les heures d’ouverture de la bibliothèque. Plus de détails sur le site internet de la Ville de La Malbaie au www.ville.lamalbaie.qc.ca.

Partager
Lien copié avec succès

DERY TELECOM 5 DE 9