Caroline Desbiens Journée des Patriotes

Gilles Bergeron ne modère pas ses transports

17 mars 2022 2 minutes 2477 vues

Gilles Bergeron ne modère pas ses transports

Gilles Bergeron,du plus loin qu’il s’en souvienne, a toujours aimé les camions. Dans son village natal, dans le 5e rang de Saint-Hilarion, c’est d’abord sur la ferme familiale qu’il apprend à travailler dur. À la fin de son secondaire à Baie-Saint-Paul, quelqu’un lui suggère de faire un cours en aménagement paysager. Il écoute le conseil et se forme pendant un an à Québec.


Mais sa passion pour le transport lourd prend le dessus et il se retrouve assez rapidement au volant de mastodontes sur les routes de l’Ontario et des États-Unis. Il part pour la semaine, avec tout ce qu’il faut dans son bed, micro-ondes, télévision, frigo et internet. Pendant 15 ans, il charrie des cargaisons de toutes sortes. Il a été à l’emploi du groupe Robert un géant du camionnage au Québec, entre autres. Il a eu quelques accidents, inévitables en étant constamment sur la route dont un plus mémorable près de Détroit du côté canadien. Parfois il peut partir un mois sans revenir dans Charlevoix.


Devenu citoyen de Saint-Aimé des Lacs il décide de se lancer à son compte et il fonde logistique TGV qui semble axé son marketing sur la vitesse. Il débute avec un camion, une remorque de type ‘’dumper’’ et il transporte du grain et de la silice. Il opère durant deux ans et il s’achète un deuxième camion, un ‘’flat’’ pour faire du transport aux États-Unis étant donné qu’il possède tous les permis. À partir de ce moment, sa fibre entrepreneuriale remonte à la surface et il souhaite agrandir. Éric Tremblay de RJ Transport l’appelle pour un voyage en Ontario. De fil en aiguille, Éric Tremblay lui parle de son intérêt à vendre son entreprise, RJ Transports qui existe depuis 15 ans. Les lettres RJ signifient Rosaire et Jocelyne, probablement présents à l’origine.




La vente se fait en 2021 et Gilles Bergeron se retrouve à la tête d’une flotte de 13 camions, dont plusieurs camions cubes pour le transport local et régional et 4 vans de grande capacité. Une douzaine d’employés travaillent dans l’entreprise dont les bureaux sont à Baie-Saint-Paul. L’entrepreneur de 44 ans est bien occupé et il a toujours des projets d’expansion. Une autre entreprise de transport occupe le bureau voisin, mais au lieu de se concurrencer ils se donnent des coups de main. Gilles Bergeron est sur une lancée. Il ne compte pas modérer ses transports, au contraire. Pour le moment, il cherche à recruter de nouveaux chauffeurs ce qui n’est pas facile. Si jamais vous en connaissez, faites-lui signe, il vous sera sûrement reconnaissant. Longue vie à une entreprise typiquement charlevoisienne, Transports RJ.

Partager
Lien copié avec succès

Émilie Foster (Journée de la femme)