Ville Baie-St-Paul (directeur Loisir)

L'Or Andalou

21 oct. 2021 3 minutes 13 vues

L'Or Andalou

Il est difficile de trouver quelque chose à redire de l’Espagne. Tout est beau, tout est propre, les rues piétonnières sont légions, il fait beau tout le temps, on mange bien et ce n’est pas très cher. Seul bémol, il y a encore beaucoup de fumeurs et on est parfois incommodés par la fumée de cigarette, ce qui ne se produit plus au Québec. Ha! Aussi il fait noir jusqu’à 8h30 le matin et les gens mangent à des heures bizarres pour nous. Le dîner n’est pas avant 14h et le souper peut se prendre aussi tard que 22 heures. Pour quelqu’un qui se couche à 21h comme moi, ça demande un ajustement.


Pendant notre voyage, les excursions sont nombreuses et aujourd’hui nous sommes allés à la découverte de l’or andalou. Mais avant de vous parler de ce mystérieux produit, nous avons visité la belle ville de Marbella au bord de la Méditerranée. Elle est célèbre, car elle fut adoptée par des vedettes comme Élizabeth Taylor qui venait s’y faire bronzer seins nus à la plage. Notre guide Cynthia de Tours Chanteclerc parle un français parfait et n’est pas avare d’explication.
En Espagne, la religion est omniprésente, surtout dans les petits villages où la moindre chapelle recèle de véritables petits trésors.


Voir la galerie


Mais qu’est-ce que l’or andalou? Avec sa couleur dorée et son goût fin et délicat, l’huile d’olive de la région aux 350 millions d’oliviers est une des meilleures au monde. Moi qui n’aime pas les olives au Québec, je me surprends à trouver excellentes celles de l’Andalousie qui ne laisse pas de goût amer en bouche et qui est tendre à souhait. L’huile d’olive première pression est d’une qualité plus que supérieure. Traditionnellement on écrasait les olives avec de grosses meules de pierre rondes.






C’était la première pression, celles qui tombaient à côté ou celles que l’on échappait sont encore aujourd’hui consommées en tapas. Cette huile est exportée partout dans le monde et il existe des centaines de coopératives agricoles qui en font la transformation. Celle que l’on a visitée presse 200 000 litres d’huiles annuellement et ce n’est pas une grosse exploitation.




Ojen, nom arabe, village qui abrite le petit musée de l’olive est perchée dans la montagne comme beaucoup de villages andalous. C’était une façon pour les conquérants musulmans de se protéger des attaques des chrétiens qui voulaient reconquérir les terres mauresques. Ce qui donne droit à de belles petites rues de médinas et à des points de vue pittoresques.






Et notre voyage est loin d’être fini, il nous reste encore à visiter Malaga, Ronda et le clou du voyage le Rocher de Gibraltar. J’espère que ces chroniques vous donnent le goût de découvrir la Costa Del Sol. Si oui, contactez-moi ou l’agence Prodestinations, nous pourrions former un groupe et découvrir ensemble ce merveilleux pays.





Partager
Lien copié avec succès

Ville Baie-St-Paul