Déry Télé 3 de 9 avec fête 2021

Winnipeg, part two

15 sept. 2021 2 minutes 117 vues

Winnipeg, part two

Si à une certaine époque on disait que tous les chauffeurs de taxi à Montréal étaient haitiens, à Winnipeg comme à Vancouver d'ailleurs, ils sont tous Sikhs, enturbannés ou non. En tout cas, ça fait 3 en 3. Mardi matin, c'est le zoo qui était à l'horaire. La première bénévole que nous avons rencontrée parlait français, habitante de Saint-Boniface ou subsiste tel des Gaulois, une quinzaine de milliers de francophones et métis. Mettons que la dame était en processus d'assimilation, car son français était légèrement approximatif, mais d'une grande gentillesse. Un peu plus tard devant un enclos de boeufs musqués, une sympathique dame entame la conversation.  Nous révélant comme Québécois, elle se tourne vers sa fille qui parle un français correct et nous apprenons qu'elle part vivre en Angleterre avec son conjoint britannique. Je me vante que beaucoups des bégulas et des aigles à tête blanche, on se barre les pieds dedans tellement il y en a, donc je suis pas très impressionné. Comme on est des seniors (on a payé moins cher) on se fatigue vite. Je voulais louer des scooters électriques pour faire la visite mais ma blonde a pas voulu. Elle s'est plutôt fait photographié avec un ours en gazon.



Comme ailleurs au Canada, et bientôt ici, il y a beaucoup de Chinois. Ce n'est pas Vancouver mais c'est quand même bien visible, d'ailleurs ils ont même apporté leurs boeufs avec eux, on en a vu un au zoo, un vrai boeuf sauvage de Chine.




Après 2 heures, nous rejoignons un nouveau Sikh pour le retour à La Fourche où nous logeons.


Ce que je remarque ici c'est la reconnaissance faite aux autochtones. À plusieurs endroits, des inscriptions nous informent que nous sommes sur des terres des premières nations et que cela est reconnu comme tel. On est encore loin de cela au Québec et probablement que cela susciterait énormément de réactions. Je pensais aussi que Louis Riel n'était pas aimé des méchants Anglais, pas du tout, sa statue imposante est bien installée à l'avant du Parlement du Manitoba. Comme quoi il représente un personnage centrale de l'histoire de la province.



La journée se termine par une ballade en ponton sur les rivières Assiniboine et Rouge qui ont été à l'origine de plusieurs inondations catastrophiques. Nous longeons Saint-Boniface le quartier francophone. Quand on dit d'où nous venons on nous gratifie toujours de quelques paroles agréables et souvent on veut en savoir plus. En passant le passeport est encore plus appliqué qu'au Québec et avec nos petites cartes plastifiés tout va très bien. Demain le musée des droits humains. À SUIVRE.



Partager
Lien copié avec succès

Déry Télé 3 de 9 avec fête 2021